WATCHMEN (lES GARDIENS)
de Zach Snyder

Smiley au sourire un peu gêné : ben oui, euh... on ne peut pas aller voir des films géniaux tous les soirs, hein ? Donc, hier soir, justement, vu, en avant-première (et en VF of course) cette... joyeuse bourrinade de chez bourrin. Enfin, pas exactement tout à fait que, mais presque. Adaptée d'un roman graphique (on ne dit plus BD ou comic) de deux mecs, dont l'un refuse absolument qu'on évoque son nom tellement il a été heureux des précédentes adaptations de son oeuvre, voici une uchronie (on est en 85, mais Richard Nixon en est à son cinquième mandat), à propos de super héros à la retraite que quelqu'un commence à décimer (violemment) l'un après l'autre. Avec une menace de guerre atomique et de fin du monde.
Le mélange années cinquante/science-fiction (la ville est mi celle de Batman et mi celle de Dick Tracy) est assez intéressant. La violence graphique extrêmement BD en (et très réaliste question bruitages et ralentis) ravira certains (ça commence par une scène de bagarre puis meurtre plutôt sportive) mais devient un peu fatiguante à la longue (et le film fait 2h40!).
A part ça, ça en jette : décors chiadés, effets spéciaux peaufinés en Inde, structure narrative à double couche pour... ce qui restera pour moi comme le seul (et l'unique, sauf s'il y a un Watchmen 2) FAQBV (film à quéquette bleue visible, car un des personnages a cette teinte -non non ce n'est pas Super Grand Schtroumpf!-), et passe presque tout son temps à oilp (des fois il a un ptit slip moulant, mais quand il devient géant c'est un peu ridicule...) avec la zigounette (étirée façon image de synthèse ?) à l'air (mais bon il est souvent pudiquement cadré jusqu'au nombril, hein...). 
En plus le super-méchant (qui est en fait un super-gentil) s'est fait une tête de Lambert Wilson péroxydé, et se rend ridiculos dans un final grave tartignole.
Voilà, ça ne m'a pas enthousiasmé grave, mais, vous savez, bien , je ne suis qu'une 'tite chose fragile...

19060210_w434_h_q80