samedi 18 avril 2009

confondant

PREDICTIONS
d'Alex Proyas

Tout d'abord, une mise au point : quelqu'un pourrait-il enfin dire à Nicholas Cage qu'il joue vraiment comme un pied ? C'en deviendrait presque émouvant. Je sais, je sais, bien fait pour moi, mais bon. Je voulais aller au ciéma, et j'avais peur de m'endormir face à Villa Amalia , par exemple. Et j'ai donc lu quelques autres critiques, jusqu'à ce que, tant moutons nous sommes, ô consommateurs (culturels ou autres) suivant les parcours balisés et pré-mâchants de la critique consumériste et impérative "Mangez ça, lisez ça, allez voir ça...", jusqu'à ce que donc, me saisisse l'envie irrépressible, irrésistible, d'aller voir ça, justement.
De la science-fiction, j'aime bien. Les histoires de fin du monde, aussi. Et j'avais plutôt bien aimé le Dark City du même Proyas. Alléché -appâté- notamment par Libé (Bayon, qui d'habitude m'insupporte -j'aurais dû me méfier- y parlait -je cite de mémoire- "d'inratable série B de la semaine") je m'y suis donc rendu.
Bon c'est vrai que je n'ai pas dormi. C'est vrai que l'atmosphère fifties du début est plutôt sympathique, que les catastrophes filmées ensuite (un accident de train et un autre de métro) sont plutôt bien foutues et nous donnent le sentiment à nous les hommes spectateurs d'en avoir pour nos sous, mais le dernier quart d'heure est tellement ridicule (Nicholas nous fait un festival de roulement de ses gros yeux comme un jeune veau à l'abattoir, de tombage sur les genoux , de tordage de mains convulsivement , de serre-moi fort contre ton corps c'est la fin du moooooonde) que le grotesque finit par l'emporter sur l'émotionnel , et que la fin du monde en question parait toute riquiquite (avec un message que certains qualifient de propagandesquement douteux et nauséabond, oui oui ça pourrait bien y ressembler...)
Bon quand même, il y a deux lapins qui sont sauvés... (serait-ce un signe ? message perso)

Posté par chori à 05:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]