CHERI
de Stephen Frears

Un film bien mieux que ce que j'en attendais (et c'était pas grand chose à vrai dire). Colette, à part les "dialogues de bête"... C'est toujours pareil, chez Stephen Frears y a toujours quelque chose qui me plait. il est fort, le bougre. Là, d'une histoire surannée (vieillotte et un peu cucul-la praline), il arrive à trousser un machin ironique en costumes et "à grand spectacle" en donnant le sentiment qu'il le filme en même temps au premier degré et au nième, au moins. En même temps dedans et complètement extérieur.
L'histoire, à vrai dire on s'en contrefiche un peu. La vieille chose (encore bien néanmoins pour son "âge canonique") et le jeune godelureau, je t'aime, je ne t'aime plus, je n'aime que toi, reviens va-t-en, ni avec toi ni sans toi, etc;, on connaît la musique. Le réalisateur aussi (semble s'en ficher un peu) à la façon dont il nous expédie l'épilogue via une voix off plutôt désinvoltement. Mais bon, il y a des bonnes choses...
D'abord, Mimichounette Pfeiffer, qui, il y a "quelques années" jouait la jeune oie blanche dans les Dangerous Liaisons (déjà une adaptation du french litterary patrimony) et qu'on retrouve ici dans un rôle de , n'ayons pas peur des mots, "vieille belle". (Bon, pas si vieille, quand même!)
Ensuite, Kathy Bates, grandiose, dans un de ses meilleurs rôles, en vieille copine, vieille cocotte vieille gossip girl, vieille peau, et accessoirement mère du jeune Chéri en question.
Sans oublier, pour l'enrobage, un super chef-op' (Darius Khondji), qui nous a concocté quelques vues sublimes dites "de Biarritz" du plus "carte postale de la belle-époquesque" effet (avec un bleu maritime hmmmm beau à s'y vautrer)
Mais comme disait mon copain Gilles à la sortie, "pour faire du beau comme ça, il faut du monde..." Témoin en est un générique-fleuve (qui dure presque la moitié du film -oh j'exagère à peine!-)où n'est pas oublié le moindre cireur de bouton de bottines, à tel point que ça en devient drôle tellement il a fallu de monde et tellement personne n'est oublié... Ah les fastes of the Belle-Epoque...

19072599_w434_h_q80