mardi 1 août 2017

juillet 2017

samedi 1er (mycanal)
commencer juillet en terminant  Le bureau des légendes saison 3, sur le sourire sybillin (j'avais d'abord écrit jocondesque) de la divine Florence Loiret-Caille
dimanche 2 (dans la cuisine)
préparé un monceau de gougères pour aller  arroser mon anni chez les voisins (comme je le leur avais vaguement annoncé) mais finalement non, ils avaient une autre invitée (me reste le monceau)
lundi 3 (dans la tête)
ce sentiment grisant de soulagement lorsqu'on reprend pied sur la terre ferme après s'être avancé tout au bord  et avoir manque de céder au vertige
mardi 4 (on the ouaibe)
un hasard bienveillant m'a mis en possession d'un genre de petite clé magique qui m'ouvre la porte à toutes les musiques envisageables (ou presque) (j'en profite)
mercredi 5 (parking)
une journée particulièrement chaude et... virile (je retrouve encore un ancien camarade de jeux, plus vu depuis des années, avec grand plaisir)
jeudi 6 (bôô cinéma)
pour voir L'amant d'un jour, à la séance de 18h, nous étions 6 ou 7, mais tous serrés au dernier rang de la salle (et j'étais spécialement content que Catherine m'y accompagne)
vendredi 7 (sms)
le plaisir de souhaiter en même temps de bonnes vacances à toutes mes copines qui travaillent encore (et qui les ont bien méritées, vu l'état d'épuisement dans lequel elles se trouvent)
samedi 8 (Besac)
(un monsieur qui partait juste quand j'arrivais) le plaisir de trouver la seule place disponible, et à l'ombre en plus, dans le parking gratuit (et d'économiser ainsi 8€!)
dimanche 9 (Eurocks)
la pluie qui s'arrête miraculeuseument (et le retour du soleil) juste avant le concert tant attendu de Bachar Mar-Khalifé (mais qui revient -la pluie- dix minutes avant la fin)
lundi 10 (au lit)
une alternance vaporeuse d'endormissements et de réveils, rythmés comme la succession des averses et du ciel bleu (de 4h du mat' jusquà 22h)
mardi 11 (chez les voisins)
troc : j'arrive avec trois oignons (dont Christine avait besoin), et je repars avec une cafetière à dosettes (qui fonctionne peut-être)
mercredi 12 (dans le frigo)
Il y a dans le jus de légumes bio de Super U un goût que j'adore et qui me le rend parfaitement addictif
jeudi 13 (sur la grille)
les ipomées comme voies de communication de centaines de fourmis : les tiges sont les autoroutes et les feuilles (l'envers) les aires de repos
vendredi 14 (sur le pas de la porte)
le jeune homme à qui j'ai ouvert tenait un très joli bouquet, mais, renseignement pris, celui-ci était destiné à la voisine (le bouquet)
samedi 15 (Gy et retour)
deux voix que j'ai eu grand plaisir à (ré)entendre : celle de Michel, "notre" metteur en scène, revu ce soir, puis celle d'Aidan Moffat, lors d'une splendide Peel session de Arab Strap
dimanche 16 (dans la cuisine)
une seule et unique mouche (et une petite en plus), mais alors quelle emmerdeuse! (elle a réchappé plusieurs fois à la raquette électrique)
lundi 17 (zone industrielle)
une photo que je n'ai pas pu prendre : devant un hanger bleu pétant au dessus d'un talus est accroupi un mec de l'équipement en tenue orange tout aussi pétant (le choc des complémentaires)
mardi 18 (parking)
ce jeune homme à baskets fluo attendait dans le sous-bois  que je m'approche de lui et a eu en souriant cette phrase curieuse "On va dire que c'est parce qu'il fait très chaud..."
mercredi 19 (plate-bandes)
Vu ce matin depuis la fenêtre de la salle de bains ma première fleur bleue d'ipomée (le temps que je m'habille que je descende et que je prenne l'appareil-photo, elle avait déjà commencé à se flétrir)
jeudi 20 (FJT)
assiette de crudités variées : betteraves / carottes / champignons / courgettes / fenouil / tomate mozza, face à une longue tablée de travailleurs tout aussi... variés
vendredi 21 (boîte aux lettres)
jour faste pour le courrier : deux cartes postales ! Une d'Avignon (Pépin et Coralie) et l'autre d'Irlande (Dominique)
samedi 22 (Cuse)
Une nuit un peu agitée avec au pied de mon lit un très vieux chien neurasthénique mais plutôt bruyant dans son sommeil
dimanche 23 (Le coin de l'oreille)
Il est devenu encore plus attendrissant, ce jeune chanteur maigrichon à lunettes de Radio Elvis, quand il a ôté (jeté) sa veste et s'est montré en marcel blanc
lundi 24 (Besac/Vesoul)
un retour dantesque : nuit, pluie,  chantier, déviations, changements de files, signalétique et marquage incompréhensibles, je me suis promis de ne plus jamais reprendre cette route dans ces conditions
mardi 25 (FJT)
deux fois dans la même journée : pour y manger à midi et écouter de la musique (et boire de la bière) le soir (concert d'Inuit)
mercredi 26 (Grattery)
tarot : des significations différentes que peut avoir le fait de ne pas jouer atout au premier tour  (et de l'importance de la couleur qu'on entame alors)
jeudi 27 (chez ma coiffeuse)
je venais (enfin!) prendre rendez-vous pour rafraîchir ma coupe d'été, et voilà que la cliente précédente sortait juste, et qu'elle a donc (la coiffeuse) pu s'occuper de moi sur le champ
vendredi 28 (ordi)
quand je tapais 9, ça écrivait 9+, quand je tapais 3, ça changeait de ligne, et quand je tapais normalement, le curseur revenait soudain en arrière et se mettait à écrire en plein milieu d'un mot : je viens donc de changer de clavier...
samedi 29 (cuisine)
mutualisation des ressources : papillote de dos de cabillaud  (Super U / dates courtes) aux petits légumes d'été (de chez les voisins / frais du jour)
dimanche 30 (ouaibe)
J'apprends, avec un peu de retard, que The National a donné un concert "exceptionnel, intimiste, et de dernière minute" au Centquatre, le jour de mon anniversaire en plus, et personne ne m'en a prévenu...
lundi 31 (jolie coïncidence)
au moment précis où j'apprenais en lisant le sms de Marie la mort de Jeanne Moreau, j'entendais à la télé sa voix qui fredonnait quelques instants dans le film de Julie Delpy Le skylab

Posté par chori à 06:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]