dimanche 1 octobre 2017

septembre 2017

vendredi 1er (chez les voisins)
à Christine j'ai offert pour son anniversaire deux cadeaux obsolètes : un disque (Albin de la Simone) et un livre (Un employé modèle), et on a bu beaucoup de champagne
samedi 2 (Emmaüs)
Je voulais absolument une cocotte en fonte, j'y suis allé, et elle était là. 3 euros. Ensuite j'ai acheté, en bouquins, l'équivalent de presque deux cocottes en fonte
dimanche 3 (cuisine)
... et je l'inaugure illico, cette cocotte en fonte  d'amour, en faisant un riz jaune au four dé-li-cieux! (pour accompagner des foies de lapin poêlés)
lundi 4 (Canal)
en zappant je tombe sur Jeanne Balibar et Mathieu Amalric faisant la promo du film Barbara qui sort mercredi et que j'ai très envie de voir (Balibar est sublime)
mardi 5 (Place du grand puits)
la pizzeria devant laquelle on s'était donné rendez-vous pour manger, avec les Soria, est fermée jusqu'au 19 septembre (on mangera chez eux sur la terrasse)
mercredi 6 (PHAJ)
Comme l'an dernier, les produits du "jardinet pédagogique" sont en vente dans le hall, et, comme l'an dernier, j'achète des côtes de bettes (avec lesquelles, comme l'an dernier, je ferai un gratin)
jeudi 7 (confusion)
j'ai cru pendant quelques heures qu'on était le vendredi 8 et j'ai agi comme si (pourquoi donc, me demandais-je, mon ordi n'était pas à la bonne date ?). Légère inquiétude
vendredi 8 (chez Martine)
20h30, café/dessert/signe entre survivant(e)s (6) du goupe 1 de LSF, histoire de réviser un peu avant la reprise (que je suis très moyennement motivé de faire...)
samedi 9 (Authoison)
une soirée "tarot d'automne" improvisée, aussi délicieuse que ce beau morceau de peau de poulet, croustillante, bien  grillée, que Manue avait posée dans mon assiette, tandis qu'elle le découpait (le poulet)

dimanche 10 (lecteur windows media)
en vue de faire une nouvelle clé "zik" à écouter dans la voiture, je prépare une liste d'écoute de 44 heures (660 éléments, de A comme Aidan Moffat à Y comme Yves Dormoy)
lundi 11 (PHAJ)
oh oh le grand monsieur avec le pantalon rouge met toujours autant de temps pour remplir son papier, à la caisse, à midi, et toujours aussi à angle droit (et toujours un aussi joli cul)
mardi 12 (dans la cour)
à 11h30, tandis que je sortais la poubelle jaune, j'ai vu passer la voiture de Marie qui venait me chercher, j'ai dû alors laisser la poubelle en plan au milieu de la cour pour aller répondre au téléphone (c'était Emma), tout en prenant, à travers la grille, mon courrier que la factrice, arrivée à ce moment là, me tendait par sa vitre ouverte, et j'ai pu terminer  mon trajet avec la poubelle, jusque sur le trottoir, avant de pouvoir monter -enfin- dans la voiture de Marie
mercredi 13 (FJT)
Abordé par la fille de mon ancienne ATSEM à Gray (que je reconnais), et, du coup, j'en viens à rire aux larmes  en évoquant à Catherine le surnom de Verduronnette, qu'elle avait donné à une des jeunes élèves (et auquel je n'avais pas pensé depuis 94)
jeudi 14 (à l'intérieur)
une toute petite mouche (la dernière ?) qui aura passé  la journée entière dans ma voiture sans vouloir  en sortir même quand j'ouvre en grand les vitres (le vent, la pluie, tout ça...)
vendredi 15 (dans la cuisine)
le temps s'y prêtait, (le vent, la pluie, tout ça...) je me suis lancé, et je l'ai fait, ce fameux gâteau-cocotte de mon enfance (il était presque aussi beau que dans mon souvenir)
samedi 16 (boîte aux lettres)
Ca y est il est arrivé, avec six jours d'avance sur la date de sortie officielle, le joli coffret noir (sérigraphié ?) contenant l'édition  limitée de Cabadzi x Blier (avec, comme je l'avais demandé, une dédicace pour Catherine, et un rdv à la Rodia)
dimanche 17 (ouaibe)
en fouinant un peu, (et en cherchant autre chose), je trouve, bonheur,  les Lettres à un jeune poète, de Rilke, lu par Barbara (que d'aucuns vendaient ailleurs à un prix exorbitant en k7)
lundi 18 (phaj)
quelle déception que ce riz au lait maison cuisiné avec du riz long, et pas assez cuit (concept de "riz au lait al dente") mais Milo a eu l'air d'apprécier
mardi 19 (à la cave)
à peine 17° ce matin : après plusieurs jours de résistance, j'ai fini par craquer et je suis descendu rallumer la chaudière
mercredi 20 (Pricem*nister)
Oh oh... GibertJ*seph avait-il quelque chose à se faire pardonner ? en tout cas ce matin huit de mes souhaits étaient exaucés en rafale! (entre 6h48 et 7h29)
jeudi 21 (place Rénet)
une manifette à 16h30 (on est à peine une groupuscule), où les retraités semblent plus représentés que les actifs (malgré le peu, ils partent quand même marcher, je rentre)
vendredi 22 (plate-bandes)
Beau ciel bleu et  soleil qui incitent à gentleman-farmer (le verbe) et à éradiquer ce qui ne fleurit plus : sécateur en main, zou les roses trémières et les ipomées (aussi, avec des gants, les orties!)
samedi 23 (Saulon-la-Chapelle)
après les recherches sur le verbe ouiller et la brioche (de) Nanterre, Claude s'était raccroché aux petites histoires de Jean-Pierre Chabrol, qu'il enchaînait, à l'heure de notre départ annoncé, comme s'il voulait nous retenir
dimanche 24 (station-service)
quand je suis arrivé pour faire le plein, je me suis demandé si la guerre avait été déclarée, au vu de la longueur des files d'attente devant les distributeurs de carburant (j'ai appris ensuite par Emma que les gens avaient anticipé l'annonce de blocage des routiers pour lundi)
lundi 25 (LSF)
appris lors de ce premier cours de l'année (qui sera aussi pour moi le dernier) que la phrase signée doit débuter par le thème (ce dont il est question)
mardi 26 (sur le papier)
de l'avantage d'avoir une signature simple (ce que la mienne hélas n'est pas) : j'ai  paraphé à la chaîne 185 chèques pour l'association
mercredi 27 (arte tv)
Regardé de très bon matin ce magnifique "100 citations de films au cinéma" pour le numéro 300 du web magazine  Blow up (qui finit avec une sublime séquence de Fellini -Ginger et Fred qui cite La dolce vita- qui me fait toujours autant pleurer)
jeudi 28 (place des jets d'eau)
pour les retraités on ne dit pas une manif, mais un rassemblement (parce qu'on reste sur place)
vendredi 29 (FJT)
Catherine, au café, était d'accord avec moi : les "Daval" sont bien plus mimi que les "Rodesch" (trop classe l'harmonie en gris et noir devant le bar)
samedi 30 (Détonation)
ce grand monsieur, passablement éméché, était plein d'attentions pour son copain plus court et trapu, l'étreignait régulièrement et lui faisait des bisous sur le sommet du crâne, après l'avoir, à plusieurs reprises, incité à photographier son cul, qu'il dévoilait en baissant son jean et en se contorsionnant pour faire face à l'objectif du téléphone de son pote, tout ça à quelques centimètres de moi, assis sur le banc juste à côté (et qui n'en perdais pas une miette)

Posté par chori à 08:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]