166
MARVIN OU LA BELLE ÉDUCATION
d'Anne Fontaine

C'était notre Soirée d'ouverture de saison, et Mars distribution avait très gentiment accepté de nous confier, très en avant-première (le film sort dans un mois) le film d'Anne Fontaine -je crois me souvenir qu'on a déjà fait par le passé une soirée d'ouverture avec un autre film d'Anne Fontaine, avec Danielle Darrieux me semble-t-il- qu'Hervé avait vu (à Cannes ?) et que j'avais très envie de voir, au simple énoncé du générique : Finnegan Olfield, Grégory Gadebois, Vincent Macaigne, Catherine Mouchet, Charles Berling, isabelle Huppert... Waouh!
Lointainement adapté (c'est la réalisatrice qui le dit) de Pour en finir avec Eddy Bellegueule (que je n'ai pas eu envie de lire, les histoires de garçons sensibles en milieu défavorisé ne me tentant pas plus que ça -j'ai eu la mienne merci ça m'a suffi-..) le film raconte l'histoire de Marvin Bijou, un gamin qui souffre de brimades et harcèlement(s) au collège et de pas beaucoup mieux en famille (entre indifférence et agression) parce qu'il est efféminé. Le vilain petit canard, au pays des bourrins (Jules Porier, qui l'incarne, est absolument magnifique). Anne Fontaine a l'excellente idée de ne pas respecter la chronologie  en nous présentant, dès le début, un Marvin (jeune) adulte qui se prépare à entrer en scène...
Elle a pris l'enfant du roman  et lui a fabriqué un avenir, via une série de rencontres (une principale attentive -Catherine Mouchet, divine -, un prof de théâtre impliqué -Vincent Macaigne, émouvant-,  un protecteur attentionné (Charles Berling, superbe), une actrice bienveillante -Isabelle Huppert, "dans le rôle d'"isabelle Huppert"- des portes successives qu'on ouvre ou qu'on entrouvre (ou qu'on déverrouille) pour réussir à trouver une manière de s'en sortir. De se trouver, oui, de se construire. Que marvin Bijou devienne Martin Clément.
Marvin découvre un jour, par hasard, le pouvoir qu'il a de dire, de jouer, d'exprimer "physiquement" ce qu'il vit, de mettre en scène les mots de ses proches. (une famille "haute en couleurs", des prolos, des vrais, qui pourrait évoquer, tiens, celle des Groseille dans La vie est un long fleuve tranquille : un père massif, tonitruant, chômeur -télé, pastis, clope- (saluer ici la performance sidérante de Grégory Gadebois qui l'incarne, avec une incontestable démesure réaliste -un réalisme démesuré ?- et qui  module ce personnage pittoresquement casse-gueule en réussissant à le rendre, oui, émouvant), une mère "brave", qui se définit comme "une bonne pondeuse", une  femme simple, aimante (Catherine Salée compose elle-aussi un personnage très attachant), sans chichis, et des frères et soeurs un peu plus sommairement esquissés). Marvin va prendre progressivement ses distances, en intégrant une section théâtre, puis en vivant sa vie d'étudiant théâtreux, et en "montant à Paris" avec le voeu, tenace, de monter sur scène pour faire son  one-Ma(rvi)n-show. Chose qu'on sait, dès la première image du film, qu'il a réussi à faire. Et qui rend donc plus aisé de voir la suite du film. Car la vie de Marvin/enfant n'est ni rose ni facile, il faut le reconnaître.
L'histoire, racontée "normalement", platement, aurait été sans intérêt. Ce qui est extraordinaire, c'est la manière dont c'est raconté, c'est le travail réalisé sur la chronologie, le brassage des époques des moments et des gens, qui les fait tous exister davantage, parce qu'en écho, en reflet, ou en opposition., et implique d'autant plus le spectateur. J'aime qu'il soit ainsi question d'homosexualité de cette façon, j'ai trouvé ça très très juste, surtout en ce qui concerne Marvin enfant, le rapport ambigu entre la servitude et le désir (le tortionnaire rouquin), la fascination naissante pour le corps masculin, le fait d'être catégorisé "pédé" avant même de savoir ce que c'est, la façon d'être, et c'est le moment où, à mon sens, le film est le plus fort et le plus juste. Et le jeune Jules Porier y est pour beaucoup, je le redis.
Finnegan Oldfield prend parfaitement le relais (je réalise que je ne l'ai pas encore vraiment mentionné depuis le début du post), avec peut-être un je-ne-sais-quoi de moins (c'est Pépin qui me l'a fait remarquer l'autre soir et je me dis qu'il a sans doute raison), un infime décalage dans le jeu (c'est peut-être, justement, cette part de Marvin-enfant que l'adulte a perdue ?) mais bon je chipote, c'est aussi le rôle qui veut ça (c'est vrai que je l'ai tellement aimé déjà, auparavant, que ce soit dans Nocturama, Réparer les vivants, Ni le ciel ni la terre ou Les cow-boys..).
Un beau film, de belles performances d'acteurs, de beaux moments d'émotion (ah Vincent Macaigne qui se met à pleurer...), les spectateurs semblaient contents à la sortie, oui c'était une belle soirée d'ouverture de saison

3256773

...