vendredi 27 octobre 2017

sniper!

167
UNE FAMILLE SYRIENNE
de Philippe Van Leeuw

J'avais oublié que c'était un film belge... Il ne passait plus que dimanche soir, alors j'y suis allé. Un quasi-total huis-clos (à peine quelques minutes, furtivement, dehors), dans un appartement, en Syrie. L'appartement d'Oum Yazam, (jouée par Hiam Abbass, qu'ici on adore toujours autant...) une maîtresse femme qui y héberge non seulement sa famille (ses enfants, son père, un copain de sa fille aînée) mais aussi d'autres gens (une femme qui s'occupe du ménage, un couple de voisins du dessus, dont l'appartement a été en grande partie détruit). L'appartement est grand, et la caméra le fait souvent paraître labyrinthique. Le spectateur va y vivre une journée, en compagnie de ses occupants. Un jour dans un appartement d'un pays en guerre. La guerre est omniprésente, mais restera la plupart du temps hors-champ.
Le coeur de l'appartement est la cuisine, où tous ont consigne de se réfugier en cas d'alerte, en un huis-clos encore plus resserré que celui de cet appartement dont la porte est dûment barricadée. Protection un peu illusoire, mais protection quand même. Le film s'ouvre, le matin, sur le jeune couple dans sa chambre, et se refermera, le soir, sur un gros plan silencieux (magnifique) du grand-père qui fume, les yeux dans le vague. Et le hors-champ.
Entre ces deux moments se seront passées beaucoup de choses, des moments quotidiens, toujours dans un état de tension "habituelle" (la guerre), et d'autres parfois touchants (la vie, simplement) parfois inquiétants, parfois terrifiants, insupportables même. Le film laisse en état de choc.
Ce jour-là est passé, et d'autres suivront. Et l'angoisse est toujours là. Et c'est intolérable de se sentir ainsi pris en otage, perpétuellement, au coeur de cette saloperie de guerre, imbécile, absurde, insensée.
Le film est fort, dense, et ne laisse que peu de place à l'espoir... Un film très tenu, tendu, qui nous assigne à notre place d'observateur impuissant, désarmé (mais n'est-ce pas ainsi que devraient l'être, tous ces connards de belligérants ? L'homme est con par nature, il suffirait peut-être de le désarmer simplement pour le rendre inoffensif ? Même pas sûr...), comme le sont, sous nos yeux, les habitants de ce logement, et, par extension ceux de tout ce pays.
La situation est un peu similiaire à celle de Dégradé, le film des frères Nasser, qui dressait le même genre de constat (huis-clos) dans un salon de coiffure, mais en Palestine cette fois. Avec la même violence hors-champ, mais je trouve cette Famille syrienne encore plus fort, parce que moins théâtralisé, plus brut, plus "réel". Moins "visiblement" théorique...
Et j'aime beaucoup ce thème récurrent du regard, tout au long du film, qui va vers le dehors, à travers ces rideaux ocre jaune (j'avais écrit jeune)... L'espoir ?

298749

(et l'affiche est simplement magnifique je trouve)

 

Posté par chori à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

woman on the beach

168
NUMERO UNE
de Tonie Marshall

J'ai fini par y aller, la deuxième semaine (en principe nos films n'ont la chance d'y rester qu'une seule, sauf les sorties nationales), car mes maies Emma et Dominique m'en avaient dit toutes les deux beaucoup de bien, et je les ai donc écoutées.
L'histoire d'une femme Emmanuelle Blachey (Emmanuelle Devos) à qui on offre l'opportunité - oui, c'est bien dans ce cas précis une opportunité...- de devenir la première femme pédégette d'une entreprise du CAC 40. Hervé, bien plus au fait (et au faîte) de l'actualité historico-économico-politico de notre pays m'a tout traduit à la sortie, aussi bien les acronymes des entreprises que les patronymes des gens impliqués. Mais le film se voit très bien sans savoir tout ça.
D'ordinaire les histoires de haute politique et ou haute finance m'inintéressent. Emma m'avait rassuré en disant que le point de vue humain était privilégié. Le film tourne (gravite) autour d'Emmanuelle Devos (j'ai toujours beaucoup aimé cette dame), qui occupe déjà de hautes fonctions au début du film, dans un monde de buildings-miroirs où s'assemblent des gens en costume-cravate (de façon écrasante du genre masculin) pour parler de gros sous et préparer d'autres rendez-vous pour d'autres réunions pour d'autres plus gros sous encore. Mais dans cet univers de prédateurs encostardés, quelques femmes ont la volonté de planter leurs jolies dents pointues dans de viriles anatomies pour récolter leur part du bifteck.
Notre héroïne est contactée par un "club de femmes" (avec à leur tête la divine Francine Bergé -me sont instantanément revenus en tête de quasi-émois érotiques adolescents à l'écoute de sa voix quand elle jouait La belle jardinière, tous les soirs à la télé en noir et blanc sur la première chaîne- qui lui propose de l'aider dans son accession au poste de pédégère en remplacement d'un vieux mourant après la succession duquel jappent déjà de multiples prétendants. Et nous sommes donc dans l'arrière-cuisine des bagarres intestines en vue de cette nomination, et ça n'est pas joli joli. On voit passer du beau monde : Suzanne Clément, Richard Berry, Benjamin Biolay, Anne Azoulay, Bernard Verley, Jérôme Deschamps, qui vont se battre, fleurets mouchetés, champagne, soirées fastueuses, ors de la République, arcanes du pouvoir...
C'est la guerre, mais Tonie Marshall reste concentrée (focalisée) sur le personnage d'Emmanuelle Devos, qu'elle dote d'une famille cinématographiquement (et humainement) forte : un père vieillissant (Sami Frey, très Chat du Cheshire), une mère disparue en mer, un mari américain, deux enfants pas du tout idéalement beaux. Et on s'intéresse du coup davantage à elle qu'à ce qui peut bien lui arriver, finalement (qui fait penser à la chanson de Cloclo Ca s'en va et ça revient...).
Et j'aime beaucoup cette rêverie périphérique qui sous-tend son existence, de plage, de femme et d'eau. Ce contrepoint formel et fantasmatique qui fait même citer un plan sublime de La nuit du chasseur, oui oui...

ob_4221b6_charles-laughton-la-nuit-du-chasseur

Un film, donc, plaisant dans ce qu'il peut avoir de surprenant (d'inattendu) encore plus que dans la qualité générale de son interprétation (une pensée spéciale pour Benjamin Biolay, parfait).

016113

Posté par chori à 06:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]