lundi 30 octobre 2017

ce qui (me) passe par la tête

des images, tiens, pour fêter le passage à l'heure d'hiver...

1055930-bal-marins
203467
lemaitre travail
Singin'_In_The_Rain_Lobby_Card_2
tumblr_owvrb5Ylxn1s7kce3o4_1280
Capture d’écran 2014-07-30 à 11
033a30672ee3afb8c6b83e0b01937f6f
20 villes les + dangereuses
capture_d_cran_2016-05-30_09_39_-1300x605
rr-21918-bw-r-1
51kZM9Qb8aL
qui quoi qui
IMG_5925
totoro
anni chris
est répu grand'tour
1056009-p102
BOUDOIR
ob_4221b6_charles-laughton-la-nuit-du-chasseur
DSC03008
DSC03075
Adolphe_Millot_champignon
DSC03165vlcsnap-2017-01-03-19h00m38s342
bachar mar
logan lucky

 



Posté par chori à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 28 octobre 2017

monument (aux morts)

169
AU REVOIR LA-HAUT
d'Albert Dupontel

Ce mec-là je l'aime énormément. Acteur, réalisateur aussi, responsable de quelques bonheurs cinématographiques dans un cas comme dans l'autre (Bernie, 9 mois ferme, Les premiers les derniers, Fauteuils d'orchestre, Le bruit des glaçons...). Là, il était attendu au tournant. Je n'avais pas lu le bouquin de Pierre Lemaitre (dont j'avais pourtant adoré les polars, et surtout Travail soigné que je recommande encore une fois -merci à Pépin qui me le fit découvrir-), parce que 1) roman historique et parce que 2) Prix Goncourt, deux raisons suffisantes pour moi. Mais voilà que j'avais trouvé le roman il y a peu de temps à Emmaüs, et que, grâce à une formidable insomnie, à 3h du matin, j'en ai lu cette nuit  les 100 premières pages, juste de quoi avoir encore plus envie de m'y précipiter (ce que n'avait pas forcément provoqué la bande-annonce...).
Donc j'y étais ce mercredi, dès la première séance, et qui plus est en compagnie de Catherinechounette, ce qui ne pouvait que me rendre encore plus joyeux. Et on était, bizarrement, dans la plus petite salle du bôô cinéma, mais qu'importe!
Ca commence par un truc qui n'est pas dans le roman (en tout cas pas à la même place, je n'ai pas encore lu la fin) : le personnage de Dupontel, au Maroc, arrêté par les policiers locaux et sommé par leur chef de raconter son histoire (parenthése d'ouverture qui aura sa jumelle -de fermeture donc- de la même manière à la fin du film) Et nous voilà partis, début novembre 18, dans les tranchées, tout comme dans le livre.
Bon, ne nous taisons pas plus longtemps, j'ai vraiment beaucoup beaucoup aimé ça, de a jusqu'à z. La double dédicace du film ("à Alain de Greef" et "à Marcel Gotlib" pourrait orienter le spectateur mu (c'est celui qui vient juste après le spectateur lambda, un petit cran au-dessus, quoi) vers l'option "on va se poiler" alors que non non pas vraiment (j'ai même versé ma larmichette oui oui). Et en parlant de se poiler, il y a peu de lettres de différence avec spoiler (j'avais écrit spolier, ça fonctionne aussi), alors je n'en dirai pas trop. Ceux qui ont lu le bouquin joueront au jeu des différences, et ceux qui ne l'ont pas lu le découvriront avec un grand bonheur, que je ne voudrais pas gâcher.
C'est donc un film en costumes (1918/1920), qui parle de la guerre, de ce qui arrive pendant, et après. Avec un budget gigantesquement confortable. Et Albert Dupontel (qui filme désormais dans la cour des grands) confirme qu'il est un homme sensible, et de goût qui plus est. Il a eu la bonne idée de s'adjoindre les talents de Nahuel Perez Biscayart, fraîchement ressuscité de 120 bpm, en tant que compère du personnage qu'il joue. Et rien que ça ça fait du bien, du encore mieux au film. J'ai déjà dit à plusieurs reprises combien je l'aime et combien il me touche, ce maigrichon touchant, et là, il est toujours aussi bien, à ne s'exprimer la plupart du temps que par les yeux (qu'il a très bleus) sous des masques divers (qui ont -hélas- fait chichiter le critique de Libé ("le film s’encroûte inexorablement en une lourde sarabande de masques percés de regards effarés, emblème d’une folie contagieuse que le film entend d’un même mouvement propager et dénoncer en une sorte de vrille qu’il voudrait vertigineuse."). Tsss*
C'est aussi un film qui fonctionne, qui remplit son contrat (l'adaptation d'un roman "historique", Prix Goncourt, de plus de 600 pages). Courageusement. Et on lui pardonne les à-peu-près, les un-peu-trop, qu'on voudra bien lui trouver, vu l'énorme plaisir de spectateur qu'il procure. Du vrai bon plaisir de spectateur au cinoche (le lieu du simulacre, de la fascination, des faux-semblants, dela poudre aux yeux).
C'est aussi -encore- un film qui parle du rapport au père (Niels Arestrup, immense), et ceci ne pouvait que me toucher davantage (la confrontation finale entre les deux, quand elle se joue juste avec les yeux, me bouleverse complètement.
Moi, si j'avais des réserves, ce serait à propos du méchant du film, du méchant très méchant qui est tellement méchant qu'il n'a pas le temps ou la place d'être autre chose qu'une caricature de méchant, un genre de loup de Tex Avery, quoi, mais qui a peut-être l'avantage fonctionnel de resituer le film dans le contexte du film de genre, du comic, du feuilleton. Entre mélo hyper-réaliste léché et bande dessinée grinçante façon Tardi (oui, j'ai pensé par moments, je ne sais pas pourquoi, à Adèle Blanc-Sec).
Un grand bravo donc à Monsieur Dupontel et à toute son équipe (et au générique, ils sont quasiment autant que sur celui de Blade Runner 2049, c'est dire...)
Je réalise que j'ai voulu faire vite, publier ce post tout de suite, à peine sorti du four ("démoulé trop chaud" ?), et qu'il y a plein de choses dont je n'ai pas parlé (j'y reviendrai peut-être plus tard). Je voulais juste vous dire "allez-y!"

196053

(et je trouve l'affiche justement magnifique -et, évidemment, magnifiquement juste!)

* ce même critique a pourtant dit le plus grand bien des films de Macaigne, Cantet, et Ferreira-Barbosa...

Posté par chori à 06:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 27 octobre 2017

sniper!

167
UNE FAMILLE SYRIENNE
de Philippe Van Leeuw

J'avais oublié que c'était un film belge... Il ne passait plus que dimanche soir, alors j'y suis allé. Un quasi-total huis-clos (à peine quelques minutes, furtivement, dehors), dans un appartement, en Syrie. L'appartement d'Oum Yazam, (jouée par Hiam Abbass, qu'ici on adore toujours autant...) une maîtresse femme qui y héberge non seulement sa famille (ses enfants, son père, un copain de sa fille aînée) mais aussi d'autres gens (une femme qui s'occupe du ménage, un couple de voisins du dessus, dont l'appartement a été en grande partie détruit). L'appartement est grand, et la caméra le fait souvent paraître labyrinthique. Le spectateur va y vivre une journée, en compagnie de ses occupants. Un jour dans un appartement d'un pays en guerre. La guerre est omniprésente, mais restera la plupart du temps hors-champ.
Le coeur de l'appartement est la cuisine, où tous ont consigne de se réfugier en cas d'alerte, en un huis-clos encore plus resserré que celui de cet appartement dont la porte est dûment barricadée. Protection un peu illusoire, mais protection quand même. Le film s'ouvre, le matin, sur le jeune couple dans sa chambre, et se refermera, le soir, sur un gros plan silencieux (magnifique) du grand-père qui fume, les yeux dans le vague. Et le hors-champ.
Entre ces deux moments se seront passées beaucoup de choses, des moments quotidiens, toujours dans un état de tension "habituelle" (la guerre), et d'autres parfois touchants (la vie, simplement) parfois inquiétants, parfois terrifiants, insupportables même. Le film laisse en état de choc.
Ce jour-là est passé, et d'autres suivront. Et l'angoisse est toujours là. Et c'est intolérable de se sentir ainsi pris en otage, perpétuellement, au coeur de cette saloperie de guerre, imbécile, absurde, insensée.
Le film est fort, dense, et ne laisse que peu de place à l'espoir... Un film très tenu, tendu, qui nous assigne à notre place d'observateur impuissant, désarmé (mais n'est-ce pas ainsi que devraient l'être, tous ces connards de belligérants ? L'homme est con par nature, il suffirait peut-être de le désarmer simplement pour le rendre inoffensif ? Même pas sûr...), comme le sont, sous nos yeux, les habitants de ce logement, et, par extension ceux de tout ce pays.
La situation est un peu similiaire à celle de Dégradé, le film des frères Nasser, qui dressait le même genre de constat (huis-clos) dans un salon de coiffure, mais en Palestine cette fois. Avec la même violence hors-champ, mais je trouve cette Famille syrienne encore plus fort, parce que moins théâtralisé, plus brut, plus "réel". Moins "visiblement" théorique...
Et j'aime beaucoup ce thème récurrent du regard, tout au long du film, qui va vers le dehors, à travers ces rideaux ocre jaune (j'avais écrit jeune)... L'espoir ?

298749

(et l'affiche est simplement magnifique je trouve)

 

Posté par chori à 22:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

woman on the beach

168
NUMERO UNE
de Tonie Marshall

J'ai fini par y aller, la deuxième semaine (en principe nos films n'ont la chance d'y rester qu'une seule, sauf les sorties nationales), car mes maies Emma et Dominique m'en avaient dit toutes les deux beaucoup de bien, et je les ai donc écoutées.
L'histoire d'une femme Emmanuelle Blachey (Emmanuelle Devos) à qui on offre l'opportunité - oui, c'est bien dans ce cas précis une opportunité...- de devenir la première femme pédégette d'une entreprise du CAC 40. Hervé, bien plus au fait (et au faîte) de l'actualité historico-économico-politico de notre pays m'a tout traduit à la sortie, aussi bien les acronymes des entreprises que les patronymes des gens impliqués. Mais le film se voit très bien sans savoir tout ça.
D'ordinaire les histoires de haute politique et ou haute finance m'inintéressent. Emma m'avait rassuré en disant que le point de vue humain était privilégié. Le film tourne (gravite) autour d'Emmanuelle Devos (j'ai toujours beaucoup aimé cette dame), qui occupe déjà de hautes fonctions au début du film, dans un monde de buildings-miroirs où s'assemblent des gens en costume-cravate (de façon écrasante du genre masculin) pour parler de gros sous et préparer d'autres rendez-vous pour d'autres réunions pour d'autres plus gros sous encore. Mais dans cet univers de prédateurs encostardés, quelques femmes ont la volonté de planter leurs jolies dents pointues dans de viriles anatomies pour récolter leur part du bifteck.
Notre héroïne est contactée par un "club de femmes" (avec à leur tête la divine Francine Bergé -me sont instantanément revenus en tête de quasi-émois érotiques adolescents à l'écoute de sa voix quand elle jouait La belle jardinière, tous les soirs à la télé en noir et blanc sur la première chaîne- qui lui propose de l'aider dans son accession au poste de pédégère en remplacement d'un vieux mourant après la succession duquel jappent déjà de multiples prétendants. Et nous sommes donc dans l'arrière-cuisine des bagarres intestines en vue de cette nomination, et ça n'est pas joli joli. On voit passer du beau monde : Suzanne Clément, Richard Berry, Benjamin Biolay, Anne Azoulay, Bernard Verley, Jérôme Deschamps, qui vont se battre, fleurets mouchetés, champagne, soirées fastueuses, ors de la République, arcanes du pouvoir...
C'est la guerre, mais Tonie Marshall reste concentrée (focalisée) sur le personnage d'Emmanuelle Devos, qu'elle dote d'une famille cinématographiquement (et humainement) forte : un père vieillissant (Sami Frey, très Chat du Cheshire), une mère disparue en mer, un mari américain, deux enfants pas du tout idéalement beaux. Et on s'intéresse du coup davantage à elle qu'à ce qui peut bien lui arriver, finalement (qui fait penser à la chanson de Cloclo Ca s'en va et ça revient...).
Et j'aime beaucoup cette rêverie périphérique qui sous-tend son existence, de plage, de femme et d'eau. Ce contrepoint formel et fantasmatique qui fait même citer un plan sublime de La nuit du chasseur, oui oui...

ob_4221b6_charles-laughton-la-nuit-du-chasseur

Un film, donc, plaisant dans ce qu'il peut avoir de surprenant (d'inattendu) encore plus que dans la qualité générale de son interprétation (une pensée spéciale pour Benjamin Biolay, parfait).

016113

Posté par chori à 06:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 25 octobre 2017

touché un nerf

166
MARVIN OU LA BELLE ÉDUCATION
d'Anne Fontaine

C'était notre Soirée d'ouverture de saison, et Mars distribution avait très gentiment accepté de nous confier, très en avant-première (le film sort dans un mois) le film d'Anne Fontaine -je crois me souvenir qu'on a déjà fait par le passé une soirée d'ouverture avec un autre film d'Anne Fontaine, avec Danielle Darrieux me semble-t-il- qu'Hervé avait vu (à Cannes ?) et que j'avais très envie de voir, au simple énoncé du générique : Finnegan Olfield, Grégory Gadebois, Vincent Macaigne, Catherine Mouchet, Charles Berling, isabelle Huppert... Waouh!
Lointainement adapté (c'est la réalisatrice qui le dit) de Pour en finir avec Eddy Bellegueule (que je n'ai pas eu envie de lire, les histoires de garçons sensibles en milieu défavorisé ne me tentant pas plus que ça -j'ai eu la mienne merci ça m'a suffi-..) le film raconte l'histoire de Marvin Bijou, un gamin qui souffre de brimades et harcèlement(s) au collège et de pas beaucoup mieux en famille (entre indifférence et agression) parce qu'il est efféminé. Le vilain petit canard, au pays des bourrins (Jules Porier, qui l'incarne, est absolument magnifique). Anne Fontaine a l'excellente idée de ne pas respecter la chronologie  en nous présentant, dès le début, un Marvin (jeune) adulte qui se prépare à entrer en scène...
Elle a pris l'enfant du roman  et lui a fabriqué un avenir, via une série de rencontres (une principale attentive -Catherine Mouchet, divine -, un prof de théâtre impliqué -Vincent Macaigne, émouvant-,  un protecteur attentionné (Charles Berling, superbe), une actrice bienveillante -Isabelle Huppert, "dans le rôle d'"isabelle Huppert"- des portes successives qu'on ouvre ou qu'on entrouvre (ou qu'on déverrouille) pour réussir à trouver une manière de s'en sortir. De se trouver, oui, de se construire. Que marvin Bijou devienne Martin Clément.
Marvin découvre un jour, par hasard, le pouvoir qu'il a de dire, de jouer, d'exprimer "physiquement" ce qu'il vit, de mettre en scène les mots de ses proches. (une famille "haute en couleurs", des prolos, des vrais, qui pourrait évoquer, tiens, celle des Groseille dans La vie est un long fleuve tranquille : un père massif, tonitruant, chômeur -télé, pastis, clope- (saluer ici la performance sidérante de Grégory Gadebois qui l'incarne, avec une incontestable démesure réaliste -un réalisme démesuré ?- et qui  module ce personnage pittoresquement casse-gueule en réussissant à le rendre, oui, émouvant), une mère "brave", qui se définit comme "une bonne pondeuse", une  femme simple, aimante (Catherine Salée compose elle-aussi un personnage très attachant), sans chichis, et des frères et soeurs un peu plus sommairement esquissés). Marvin va prendre progressivement ses distances, en intégrant une section théâtre, puis en vivant sa vie d'étudiant théâtreux, et en "montant à Paris" avec le voeu, tenace, de monter sur scène pour faire son  one-Ma(rvi)n-show. Chose qu'on sait, dès la première image du film, qu'il a réussi à faire. Et qui rend donc plus aisé de voir la suite du film. Car la vie de Marvin/enfant n'est ni rose ni facile, il faut le reconnaître.
L'histoire, racontée "normalement", platement, aurait été sans intérêt. Ce qui est extraordinaire, c'est la manière dont c'est raconté, c'est le travail réalisé sur la chronologie, le brassage des époques des moments et des gens, qui les fait tous exister davantage, parce qu'en écho, en reflet, ou en opposition., et implique d'autant plus le spectateur. J'aime qu'il soit ainsi question d'homosexualité de cette façon, j'ai trouvé ça très très juste, surtout en ce qui concerne Marvin enfant, le rapport ambigu entre la servitude et le désir (le tortionnaire rouquin), la fascination naissante pour le corps masculin, le fait d'être catégorisé "pédé" avant même de savoir ce que c'est, la façon d'être, et c'est le moment où, à mon sens, le film est le plus fort et le plus juste. Et le jeune Jules Porier y est pour beaucoup, je le redis.
Finnegan Oldfield prend parfaitement le relais (je réalise que je ne l'ai pas encore vraiment mentionné depuis le début du post), avec peut-être un je-ne-sais-quoi de moins (c'est Pépin qui me l'a fait remarquer l'autre soir et je me dis qu'il a sans doute raison), un infime décalage dans le jeu (c'est peut-être, justement, cette part de Marvin-enfant que l'adulte a perdue ?) mais bon je chipote, c'est aussi le rôle qui veut ça (c'est vrai que je l'ai tellement aimé déjà, auparavant, que ce soit dans Nocturama, Réparer les vivants, Ni le ciel ni la terre ou Les cow-boys..).
Un beau film, de belles performances d'acteurs, de beaux moments d'émotion (ah Vincent Macaigne qui se met à pleurer...), les spectateurs semblaient contents à la sortie, oui c'était une belle soirée d'ouverture de saison

3256773

...


Posté par chori à 15:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 19 octobre 2017

rubalise

164
165

FAUTE D'AMOUR
de Andreï Zviaguintsev

"On pourra, évidemment, contester à Zviaguintsev le droit de flanquer ainsi, sans se décourager, des baffes répétées à ses compatriotes (et à nous, à l’occasion). Mais on ne saurait nier qu’elles claquent sec et fort. Et qu’elles visent juste." Télérama

Oui, je cite Téléramuche, parce que ça me parait très juste et très vrai. Frappant. Cinglant. Une sacrée paire de baffes, oui. J'avais plusieurs échos très enthousiastes (Jean-Luc, Catherine, Zabetta), et je ne peux que joindre ma voix aux leurs. Faute d'amour est un film fort ET un grand film. Glaçant par ce qu'il raconte (normal, c'est russe) autant que  sidérant par la façon dont il le montre (normal c'est Zviaguintsev).
Les plans d'ouverture donnent le ton (arbres, neige, eau... Elena, d'ailleurs, ne se terminait-il pas sur un plan d'arbre ? A vérifier) avec personne (sans personne ?) en leurs cadres somptueux (Mais que veut-il alors nous dire, en slience ? se demande-t-on, on comprendra plus tard...) où va, juste après un plan de sortie d'école, venir prendre place un enfant. Un enfant ordinaire, nous dira d'abord le plan d'ensemble, qui n'y prête pas plus attention qu'aux autres. C'est Aliocha, un blondin d'une dizaine d'années, qu'on retrouvera d'abord avec les arbres la neige et l'eau, puis dans sa chambre, assis à son bureau face à la fenêtre, avec un plan (pour moi sublime, ceux qui me connaissent comprendront) avec des gouttes sur les vitres (les plans à travers cette même fenêtre, en travelling avant,  reviendront rythmer le film à plusieurs reprises).
Sa chambre, dans l'appartement de ses parents qui ont transformé le lieu en zone de guerre : ils sont en train de divorcer et ça donne lieu à des échanges hargneux, amers, méprisants, au milieu desquels Aliocha est en même pris en otage, mais, paradoxalement,  ignoré, considéré par ses belligérents de parents comme quantité négligeable, dommage collatéral. (Ce dispositif m'a fait penser à un film roumain dont je ne retrouve plus le titre, où un appartement devenait, au sens propre, un champ de bataille... Papa vient dimanche, non ? sauf que'en Roumanie, le papa aimait sa fille.)
Pas comme ici. C'est terrifiant d'être aussi peu (aussi mal) aimé. D'autant plus que chacun des parents a déjà commencé à refaire sa vie ailleurs (le père a mis une jeunette enceinte, et va donc l'épouser, et reproduire ce qu'il a fait avec sa première épouse ; la mère, elle, a trouvé un homme qui visiblement a les moyens -et la maison qui va avec- riche ? nouveau riche ? qu'importe...) et que le gamin, comme l'appartement qui va être vendu, fait désormais partie d'un passé dont aucun des deux parents ne souhaite, visiblement, s'encombrer.
Ne pas en dire davantage sur la situation, sinon que le cinéaste va faire opérer au récit un  demi-tour au frein à main, mettant les personnages (et le spectateur) dans une position inattendue, et suivant consciencieusement cette piste, quasiment jusqu'au bout. Presque, oui,  avant que de nous abandonner, de nous éjecter du récit, tout seuls en plein hiver au bord de la route et dans le froid, sans pitié ni attendrissement.
"Est-ce qu'on va être heureux?" s'interroge la nouvelle épouse du père. Non, semble répondre le réalisateur. C'est sans espoir et c'est la guerre, la guerre partout et tout le temps, en Ukraine, au journal télévisé, dans l'appartement, dans la famille, dans la vie tout court. Et des victimes, cette guerre va continuer à en faire.
Et le réalisateur réussit, encore une fois, la prouesse de mettre ce récit aigre en images somptueuses. La musique est à l'image du film. Puissante. Chaque plan est méticuleusement construit, pensé. Les derniers sont à tomber. Un regard-caméra qui nous glace et nous émeut, une photocopie décolorée, et la boucle est bouclée en revenant aux arbres à la neige et à l'eau du début, avec une insistante (intriguante ?) contreplongée finale.
Un grand film qui m'a particulièrement touché.
(Et j'adore la voix d'infra-basse du flic).
(Top 10)

588369

Posté par chori à 06:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 18 octobre 2017

les élucubrations d'antoine

163
L'ATELIER
de Laurent Cantet

Le hasard a fait que c'était justement la bonne heure, et donc allons-y! Entendu le réalisateur en parler dans On aura tout vu samedi dernier (merci Marie!) et c'était plutôt appétissant : un groupe de jeunes "en rupture" participe à un atelier avec une romancière et le projet d'écrire un polar. Les jeunes sont de La Ciotat et Olivia, l'écrivaine (Marina Foïs, excellente encore une fois) de Paris, d'où, au moins au début, choc des cultures, et surtout des accents.
Il y a dans le groupe un jeune homme, prénommé Antoine, qui, dès la première scène, nous est présenté comme " à l'écart" (c'est le seul qui ne courra pas alors avec les autres pour prendre le bus à la fin de la journée). Et c'est le seul du groupe que le film suivra en détail (in et hors atelier) tandis qu'on ne saura rien de plus des autres (ce que je trouve, personnellement, un tout petit peu regrettable mais bon). Antoine est un jeune homme plutôt taiseux, solitaire, ombrageux, qu'on va donc découvrir progressivement, à travers surtout les images qu'il regarde.
Laurent Cantet est un réalisateur très doué, qui réussit à nous amener pas du tout où on pensait justement qu'il allait le faire. Difficile, justement d'en dire plus sans risquer d'en dire trop.
Le film fonctionne un peu comme un steeple-chase, (ou, pour rester français, et à pied, un 400m haies, bref une course de fond avec passage d'obstacles à intervalles réguliers. Il a suffisamment de souffle pour tenir aisément la distance (et on est heureux d'y retrouver au générique, en tant que co-scénariste, le très cher Robin Campillo, réalisateur du récent et brillantissime 120 bpm, mais, tiens, dans ce film-ci, rien de gay clic clic). Et les obstacles franchis sont les écueils (les chausse-trappes, parlons soutenu) de ce genre de récit, évités l'un après l'autre et haut la main  par le réalisateur (et les co-scénaristes).
On croit Entre les murs, mais non (hop!). Puis on croit Corniche Kennedy, mais non (hop! hop!) Puis on pourrait croire Le blé en herbe, ou Le voyeur, ou Chez nous, mais non, mais non, mais non. (hop! hop! hop!)
Le récit est hâché, comme strié de textures d'images multiples (un jeu vidéo, un vieux doc décoloré avec voix lénifiante ad hoc, une vidéo sur y*utube, une autre sur faceb**k), et toujours on suit les trajectoires des deux personnages principaux, Olivia et Antoine, comme deux graphiques qui s'écrivent en parallèle, s'éloignent, se croisent, s'entrecroisent, bifurquent, s'emballent, ralentissent, avec toujours cette faculté à zigzaguer, à nous étonner, toujours nous (at tirant plus loin dans le récit .
Redire la grande qualité des deux interprètes (Marina Foïs, déjà nommée, et le jeune Mathieu Lucci, extraordinaire). Pas sûr, comme Téléramuche qu'il s'agisse d'un "film sur la jeunesse"... Sur un jeune, oui, et la façon dont il cherche sa place, au milieu d'un certain désespoir social ambiant. Pas joyeux joyeux mais bon, nous le savons, on ne vit pas une époque formidable, et il faut bien grandir avec...

353469

Posté par chori à 06:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 16 octobre 2017

vincent(s) de la fête

141462

502926

0726105

2957331

3040144

3959399

6 fois Vincent-chéri chéri
(from Le sens de la fête / plus de 40 photos sur allocinoche, quand même)

 

Posté par chori à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 15 octobre 2017

micro173

*

quelle que soit l'heure à laquelle je me recouche, pendant la journée,
je pense que je suis capable de me rendormir sans aucun problème

*

parking de la Maison des Assoc', plutôt bondé :
un gros con a garé son gros 4x4 de traviole à cheval sur deux places
(pour pas qu'on lui effleure ses portières ?)

*

 "deux gouttes, c'est plus qu'une..."

*

 quand sa fille vient passer le week-end à la maison, elle lui prépare de la blanquette.

*

je fais partie des gens qui croient qu'un truc merveilleux finira bien par leur arriver

*

c'est drôle (et en même temps incompréhensible) :
c'est comme si j'étais tombé amoureux de Manu Larcenet

*

 la route entre Besançon et Vesoul, de plus en plus excédante :
déviations de déviations, et contournements de contournements

*

me suis trompé sur les sens de "rédhibitoire" et de "épiphanie"
(que j'étais prêt à employer tous les deux à mauvais escient -?-)

*

les pièces "fleur de coins" dont m'a parlé le bouquiniste de la rue d'Anvers

*

un panaché en terrasse = trente-et-un cinquante-huitièmes d'une place de cinéma
(un peu plus que la moitié, quoi)

*

le pouvoir apaisant de la douceur de cette lumière automnale

*

 Mylène Farmer a assisté à l'enterrement de Jean Rochefort

*

 

Posté par chori à 09:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 14 octobre 2017

à partir de dorénavant

162
LE SENS DE LA FÊTE
d'Olivier Nakache & Eric Toledano

Tout au début, je m'étais dit non non. Et puis j'ai vu Bacri qui faisait la promo (très bacriesquement) sur Canalsat, j'ai dit peut-être et enfin j'ai vu la bande-annonce, où je n'ai eu d'yeux que pour Vincent Macaigne, et c'est ce qui m'a décidé à y aller cet aprèm', entre copines avec tickets orange cinéday (merci Hervéchounet!).
On avait envie de rigoler, envie d'un "film qui fait du bien" (dixit Marie), on était dans une (grande) salle avec un public (très) attentif qui n'hésitait pas à exprimer son ressenti (mais sans malice, et donc c'était bien qu'ils soient là). Bon, c'est vrai, j'ai ri (beaucoup plus qu'à Un beau soleil intérieur, qui n'est pas la comédie irrésistible que les critiques ont voulu nous survendre, j'insiste et je le répète) j'ai ri de bon coeur, c'est vrai, et puis pendant un long moment j'ai moins ri, et puis presque plus du tout.
Bacri est... comment s'appelle ce métier, traiteur ? organisateur de mariages ? fabricant de teuf ? réceptionniste ? Enfin il est censé, pour cette journée-là -un mariage-  tout gérer de a (les mignardises à l'apéro) jusqu'à z (le feu d'artifice final), avec tous les gens qui vont avec. Evidemment ça merdouille, et ça va partir en biais de plus en plus au fil de la soirée (et de la nuit). Le casting est absolument prestigieux (autour de Bacri, déjà nommé, Macaigne, déjà nommé aussi, Lellouche, Rouve, Azaïs, Lebghil, Chappey, ivanov, pour les sieurs, et Eye Haidara, Suzanne Clément, Hélène Vincent, Judith Chemlah pour les gentes dames... pour ne citer que les principaux...) Ca fait beaucoup de monde à gérer, et, du coup, à caractériser (à "faire exister") aussi, ce qui fait que le scénario va leur accorder un qualificatif à chacun(e), en gros, et que chaque soliste devra donc tenir sa note, la même, jusqu'au bout. c'est un peu dommage que la plus grande partie des personnages ne soient qu'une esquisse, un trait de caractère, une attitude donnés. J'aime bien le comique de répétition mais il faut reconnaître qu'il y a un ou deux gags ("ah, la tête que tu as faite...") qui ne font plus autant rire à la 18ème récurrence...
Le film souffre à mon avis d'une énorme erreur de caractérisation : avoir fait du marié un personnage insupportable et antipathique. Ca désamorce beaucoup de l'intérêt qu'on pouvait avoir à voir la réception de son mariage se casser la gueule (ce qu'on a pressenti dès qu'on a vu Bacri et son équipe de bras cassés investir le château où tout cela à lieu (tiens, j'ai un peu pensé au mariage de Melancholia, dans un tout autre registre). Et on trouve dommage que Judith Chemlah épouse ce mec-là. Et le film perd beaucoup en force à cause de ça je trouve.
Bacri est très bien, très juste, très... Bacri, justement (comme Macaigne est très très Macaigne, mais coup de chance c'est justement le Macaigne que j'aime, la barbe, les cheveux en pétard, les yeux de cocker transi d'amour... Ooooh Vincenchounet, continue oui oui) mais tout ça patine un peu et s'enlise vers le milieu du film -justement, la scène du discours interminable du mérié) et c'est dommage (à ce moment-là j'étais plus intéressé par les réactions et les remarques des spectateurs que par le film lui-même c'est dire...).
J'ai peut-être été influencé par le critique qui traitait le film de "premier film macroniste", et au lieu de trouver les dernières scènes (très "youp la boum") émouvantes, je les ai presque trouvées condescendantes (faux-cul), le côté "regardez comme on aime tout le monde, et comme tout le monde s'aime...". Happy end de rigueur (sauf pour la pauvre mariée, je le redis...).
Mais, d'un autre côté, je sais, je suis sûr, que je pourrais revoir ce film avec grand plaisir, donc c'est plutôt bon signe et j'arrête donc de bacriser... (hihihi)

l'affiche originale :

570288

et ses déclinaisons :

0267105

0156166

0170229

0182729

0196792

0210854

0224917

0253042

une jolie idée, je trouve...

Posté par chori à 06:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]