jeudi 14 décembre 2017

alouette

212
CARRÉ 35
d'Eric Caravaca

Eric Caravaca signe un film poignant mais tout en retenue sur un "secret" (un non-dit, en tout cas) de l'histoire de sa famille : la mort de sa soeur aînée Christine. Il interviewe sa mère, son père, son frère, sur cette mort tue, cachée, niée, pendant toutes ces années, et reconstitue patiemment l'histoire, avec honnêteté, simplicité, humilité. Il s'agit pour lui de remettre un visage, oh, juste une photographie dans le cadre vide sur la stèle posée sur la tombe de sa soeur, qui figure un livre ouvert, avec un poème qui parle d'alouette...
Il est beaucoup (surtout) question de famille, et, bien entendu, ça m'a d'autant plus touché. Les histoires de familles compliquées, les choses cachées, les mystères, les enfants morts, les souvenirs et les regrets aussi, je connais "un peu"...
C'est bouleversant ces fouilles archéologiques familiales, ce que le réalisateur parvient à exhumer, à mettre à jour, le formidable déni opposé par sa mère, très gentiment, très poliment, (très sincèrement, même) tandis que les autres témoignages aident, petit à petit, à reconsituer, en creux, le portrait fragmenté d'une enfance disparue...
Beaucoup de documents d'archives, qui rendent les choses encore plus intimes et passionnantes : photographies, films super 8, vidéos (dans un double mouvement, Eric Caravaca montre les films tournés par ses parents, mais aussi ceux qu'il a lui-même tournés, son fils Balthasar, son père mort à l'hôpital). Oh la violente et douce mélancolie qu'engendrent ces images un peu floues, un peu décolorées... (je dis sans doute ça parce qu'il ne me reste rien de ce genre ou presque...)
Le film a été co-écrit avec Arnaud Cathrine, et c'est Florent Marchet qui en a fait la musique, qui elle aussi accompagne les images avec tendresse, simplicité, et beauté. Une réussite.

5699757

 

Posté par chori à 06:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]