Et bien figurez-vous que je suis beaucoup plus touché par la mort de France Gall que celle de Johnny, oui oui (midinet un jour...) Je me suis mis a fouiller sur le ouaibe et sur sur youtube pour refaire mon petit best of d'elle à moi. Quatre phases dans l'histoire :

1) les années yéyé :

N'ECOUTE PAS LES IDOLES (1964)
LES RUBANS ET LA FLEUR (1964)
les chansons que j'ai écoutées en 45 tours, sur le vieux tourne-disques des fils de la voisine (j'avais 8 ans) "Toute la nuit il a joué, j'avais le coeur qui tremblait..."

117682366

(celui là je l'ai tenu, en vrai, dans mes petites mains...)


2) le creux de la vague

ENTRE GENS BIEN ELEVÉS (1969)
CINQ MINUTES D'AMOUR (1972)
CHASSE-NEIGE (1972)
FRANKENSTEIN (1972)

Après, j'ai grandi, je n'allais plus chez les voisins (ou on écoutait autre chose) et ces chansons-là passaient moins à la radio (les deux premières je ne les ai vues que dans des shows télé, Maritie et Gilbert Carpentier) alors je les enregistrais quand je pouvais avec mon magnétophone Remco à bandes. Je raffolais spécialement des deux dernières, qui ne sont d'ailleurs jamais sorties en album (et n'ont jamais été rééditées en cd), sa maison de disques de l'époque ayant fait faillite... Du coup, gros merci à Youtube qui m'a -enfin- permis de les réécouter... Roda-Gil pour la première, et Gainsbourg pour la seconde, tout de même!

france_gall-lorage_s

R-1074134-1190148765
(j'adore toutes ses variations capillaires, qui mériteraient un post à elles toutes seules...)

3) les années Berger (1)

LA DÉCLARATION (1974)
CHANSON POUR CONSOLER (1975)
JE L'AIMAIS (1975)
JE SAURAI ETRE TON AMIE (1976)
Un démarrage en douceur, des "chansons de fillette" (paroles et musique), c'était plutôt doudou, j'aimais beaucoup la photo de l'album où elle était en salopette. Je me souviens d'avoir écouté pour la première fois cet album en entier chez "Petites Nattes" mais je découvrais à la même époque le rock, la pop, et ça me semblait presque honteux d'avouer que j'écoutais de la variétoche...

francegall75


4) les années Berger (2)

BÉBÉ COMME LA VIE (1980)
CÉZANNE PEINT (1985)
ELLA ELLE L'A (1987)
SUPERFICIEL ET LÉGER (1992)
Après ça monte en volume, un peu trop, fm à donf', années 80 obligent, j'aime moins les grosses machines qui bastonnent (style Débranche, Babacar, Hong-Kong Star, qu'on croirait toutes issues du même moule) et je m'y intéresse moins, mais celles-ci, oui, (même si je les aime un peu rétroactivement) (midinet un jour, etc.). Quant au duo avec Berger, je me souviens très bien que c'est Emma qui me l'avait fait découvrir... (A cette époque-là, après avoir entendu le titre à la radio, il fallait attendre qu'il arrive chez le disquaire -ou le soldeur- pour pouvoir l'acheter!)

maxresdefault

Ella elle l'a ça m'a plu sur la tard (et en clip)

berger-gall-double-jeu

à la télé, ils ont réagi hyper-rapidos, en nous présentant un duo Gall/Hallyday sur Quelque chose de Tennessee (un duo de chanteurs morts, ça fait drôle...) mais du coup pendant la journée en fouinant pour retrouver les dates et les images j'ai (ré) appris plein de choses, qu'elle avait démarré à 16 ans, que c'est elle dont Gainsbourg a utilisé le rire sur Pauvre Lola, que Claude françois lui a annoncé par téléphone qu'il la quittait le soir où elle a gagné l'Eurovision -pour le Luxembourg- avec Poupée de cire poupée de son, qu'elle a vécu avec Julien Clerc, qu'elle n'aimait pas plusieurs des chansons qu'elle a chantées, que c'est son père qui lui a composé Sacré Charlemagne, qu'elle ne voulait au début pas chanter, que c'est elle qui a demandé à travailler avec Berger, qu'elle a été d'abord déçue quand il lui a proposé Ma déclaration, qu'ils ont eu deux enfants dont une fille, Pauline, qui est morte de la mucoviscidose, qu'à la mort de Berger ils n'étaient plus si en couple que ça, que leurs rapports étaient tendues , et qu'il enviasageait de partir avec une autre femme, ("une descendante des Frères Grimm") qu'elle a fait -avec discrétion- des choses humanitaires au Sénégal, qu'elle s'est appelée France parce qu'il était hors de question qu'elle prenne son vrai prénom, Isabelle, pour ne pas faire de l'ombre à Isabelle Aubret, star de l'époque...