032
HEARTSTONE
de Gudmundur Arnar Gudmundsson

Ah l'Islande... les films qui nous viennent de là-bas ont toujours cette... spécifité islandaise : ce côté brut, rude, rugueux (adjectif galvaudé mais qui dans ce cas s'applique parfaitement), "âpre" (ça c'est Fabienne qui l'a proposé à la fin du film, et j'étais d'accord avec elle) bref si ça ressemble a priori à des choses connues, c'est toujours à l'arrivée un peu inattendu, un peu "plus", et ce Heartstone (titre "français" de Hjartasteinn, dont on peut contester la judiciosité) présente toutes les susdites qualités inhérentes à son genre (de film islandais, donc).
En plus l'affiche nous vendait -encore a priori- (le fond rose, les deux jeunes gens qui se tiennent, le regard-caméra) un produit légèrement différent : roudoudou adolescent, chamallow gay, bluette rafraîchissante et j'en passe. Mais elle (l'affiche) ne fait qu'enrober de sucre une robuste chronique islandaisissime, centrée sur le comme le dit le poète "vert -très vert à l'image mais pas si vert que ça métaphoriquement- paradis des amours enfantines", adolescentes plutôt, de nos deux héros : Thor (le petit) et Christian (le grand). Deux gamins qui s'occupent comme ils peuvent dans le trou paumé où ils habitent (attention, les paysages sont vraiment mêêêrveilleux, c'est l'effet-Islande, et les spectateurs affamés de certain festival asiatique seront ici rassasiés...) : jouer au foot, jouer aux cons, s'empoigner entre factions rivales, s'éclater dans une casse de voitures, se retrouver au "bar" local,et, et, (...) commencer à se sentir titillé par les présences féminines de leur âge.
Thor (le petit) est doté de deux soeurs aux tempéraments très différents (la rebelle et la poétesse, pour résumer) et d'une mère divorcée qui essaye de refaire sa vie, Christian (le grand) est sans  soeurs mais a une mère gentille et un papa bourrin alcoolo (ce qui peut épithéter pas mal d'hommes du cru). Et donc le réalisateur prend son temps pour poser et installer tout ça, et, dès le début, on sent qu'on n'aura pas vraiment affaire à la sucrerie gay suggérée par l'affiche, mais à une aventure autrement plus couillue. Premiers désirs, premiers émois, premières audaces. (Premiers espoirs, premières tentatives, premières désillusions) mais en Islande, et dans un trou du cul du monde. Le traitement est réaliste, et le critique qui évoquait Pialat a tapé juste.
Au début il semblerait que le petit, même s'il cherche une copine, est fasciné par le grand (qui est aussi un peu plus âgé), et l'ambiguité est toujours présente, dans leurs rapports de petits coqs toujours dressés sur leur ergots, par la force des choses, puis le rapport évoule, s'infléchit, puis les choses changent et le spectateur réalise que le plus hétéro des deux n'était pas forcément celui qu'on pensait... c'est le paradoxe de la relation de ces deux gamins qu'on verra en même temps portraiturés -au sens propre- en angelots romantiques mais forcés de jouer le jeu des petits durs en gros pulls qui s'échangent des "pédé!" auddi régulièrement que des petits bonjours.
Le traitement est à la mesure de ce qu'on voit (et qu'on sent) : poissons qu'on estourbit contre un poteau, les mêmes, avariés plus tard dans une caisse, fumier qu'on retourne à la fourche, slip trempé de pisse, moutons qu'on abat au fusil, puis les mêmes qu'on brûle, gnons divers, ecchymoses, le film, c'est sûr, n'est pas pour les chochottes... et le revendique par son filmage et son montage plutôt brutaux, frontaux, avec un parti-pris pour des effets sonores tout aussi brutaux, mais avec toujours au fond cette inexprimable -et impensable ?- tendresse (ou douceur ou désir, c'est selon) qui tourneboule (décontenance) nos deux godelureaux.
Certains ont trouvé la première partie trop longue, d'autres (c'est mon cas) plutôt la deuxième partie. Chacun son truc (et sa façon de ressentir) mais on était tous d'accord sur un fait : que le réalisateur aurait peut-être pu raccourcir d'un chouïa, sans dommage pour le déroulement de son histoire.
Bien évidemment je ne pouvais qu'être bouleversé par cette -finalement- tendre histoire, eh bien (comme pour Ni juge ni soumise) j'ai été un (tout petit) peu moins ravi que ce que j'espérais. Peut-être à cause de ce sentiment d'essoufflement et de répétition dans la partie centrale. Je chipote...
Car on sort de là tout aussi chamboulé que nos deux héros, le coeur battant, on s'y croirait, le gros pull trempé, échevelé par le vent du large et les yeux qui piquent à cause des embruns... Ah, l'amour! (et le fameux effet-Islande, il n'y a pas de doute).

0048674