jeudi 1er (Thé V')
dans le touchant My Rock de Jean-Claude Gallotta, j'ai été spécialement ému (oui, les larmes sont montées) au début du duo masculin sur Sunday Morning
vendredi 2 (rester au chaud)
Météo France parlait de redoux et de pluies, et de hausse des températures, résultat le redoux mon cul : il re-neige à fond les ballons (les marches devant ma porte, que je venais de nettoyer, ont reblanchi aussi sec)
samedi 3 (boîte aux lettres)
les camions postaux (et les facteurs) ont enfin pu circuler : aujourd'hui enfin du courrier! (trois Libé -jeudi, vendredi, et samedi/dimanche- et le mois de Pépin, qui a un peu souffert hélas)
dimanche 4 (chez les voisins)
comme au scrabble, ce qui compte c'est de gagner la toute dernière partie de Okey, et en une seule fois, juste avant de se lever pour partir au cinéma (même si on a perdu toutes les précédentes, elles sont alors effacées)
lundi 5 (Vesoul/Besançon)
Même sous un grand beau ciel bleu, c'est sûr que c'est beaucoup moins joli, le paysage, quand toute la neige a fondu, mais qu'est-ce que je me sens soulagé!
mardi 6 (Thé V')
public des grands soirs avant la représentation du Révizor : salué (vraiment) beaucoup de gens que je connais (et obligé d'abréger des conversations pour en suivre d'autres)
mercredi 7 (Les Bâties)
Tout un tas de circonstances ont fait que j'étais très heureux d'être là pour fêter en plaisante compagnie le 67 ème anniversaire de Francette
jeudi 8 (FJT)
alors que je photographiais à répétition avec mon téléphone le ciel bleu radieux (et nuages blancs effilochés), Milo a fini par me demander "Mais pourquoi tu fais toujours des selfies ?" (ça m'a fait rire)
vendredi 9 (ordi)
écouté le très beau nouvel album de Dominique A, et coup de foudre immédiat pour le très impressionnant Corps de ferme à l'abandon, du coup réécouté en boucle en ce début d'après-midi
samedi 10 (jaune ou verte ?)
Non pas que je sente ma fin prochaine, mais j'ai commencé à faire du tri : zou, à la poubelle (presque) tous ces dvd faits maison (et leurs boîtiers idem) enregistrés à la télévison avec mes graveurs successifs (dvd dont je ne peux même plus lire certains)
dimanche 11 (cuisine)
j'ai amélioré la (déjà très bonne) soupe confectionnée par mon voisin en y ajoutant le jus de cuisson des moules au fenouil et à l'orange que j'avais préparé(es) la veille
lundi 12 (Coulevon/Montmarin)
après avoir regardé les prévisions météo pour la semaine, je me suis dit que c'était probablement le seul jour où je pourrais y aller à pied, et je suis donc parti vaillamment (après avoir adressé un sms à Catherine "On n'est pas en sucre, quand même"), d'ailleurs il n'a pas plu (à ce moment là tout du moins, parce que plus tard, si...)
mardi 13 (fjt)
suivant le regard de diablotin du cuisinier et les conseils de Marie ("Laisse-toi aller, fais-toi un peu plaisir...") je finis par le prendre, ce tiramisu (bien que j'estime ne pas le mériter, mais ça ne regarde que moi)
mercredi 14 (plate-bandes)
j'ai profité de la plus belle journée de la semaine (c'est la météo qui l'a dit) pour m'agenouiller et arracher quelques kilos de mauvaises herbes (c'est plus joli quand on voit la terre)
jeudi 15 (dans la voiture)
En montant,  Jean-Hubert a dit que ça sentait la soupe de légumes (techniquement, ça sentait le poireau, puisque c'était une tarte à ça qu'on avait mangé chez Manue avant de partir)
vendredi 16 (au café)
Je suis très intéressé en entendant Catherine énumérer tout ce qu'elle fait avec des orties (elle en a fait pousser exprès pour ça dans son jardin) après que je lui aie dit que je venais d'arracher toutes celles qui avaient poussé chez moi
samedi 17  (parking)
un peu agacé en rentrant du cinéma de trouver cette 206 rouge, cavalièrement garée devant mon portail ouvert, et m'empêchant donc de rentrer ma voiture dans ma cour, (il y avait une teuf chez le vieux voisin), me suis posé la question de l'éventualité d'une riposte graduée (aller sonner, expliquer, récriminer, demander à l'intrus de déplacer son véhicule) puis j'ai soupiré  -à quoi bon ?- et me suis garé le long du mur, à côté de la fameuse 206
dimanche 18 (au réveil)
vu par la fenêtre de la cuisine : elle était bien tombée comme annoncé pendant la nuit, cette neige tant redoutée, mais tellement peu qu'il y en avait -et ça c'était drôle-  rien que sur ma voiture (une heure plus tard, tout avait fondu)
lundi 19 (enfin)
le directeur du cinéma est rentré de vacances d'Australie et on a -c'est pas trop tôt- les horaires de projection des films de la 7ème Semaine Latino (et donc imprimer les programmes)
mardi 20 (lac de Vaivre)
avec Véro et Marie on a bouclé le tour en cinquante petites minutes (à un moment je leur ai fait remarquer qu'elles marchaient plus vite que d'hab', elles ont ralenti)
mercredi 21 (Super U)
Décidément... Je retombe sur H. (ce jeune homme qui m'avait tant ému en m'étreignant fin décembre), et rebelote, dans ses yeux la joie et la surprise de me revoir, et il me prend à nouveau dans ses bras, et de nouveau j'ai droit à sa virile étreinte, il me serre fort en disant "J'en profite..." (cette fois-ci, c'est moi qui sors de chez la coiffeuse), et j'en suis ravi
jeudi 22 (à la manif)
pour ne pas avoir froid à la tête, j'avais mis mon bonnet de chez Noz, gros moche mais chaud (je sais je n'ai pas une tête à bonnet), ce qui a fait dire à plusieurs personnes "Oh tu as un beau bonnet..." avec le sourire et non sans une certaine ironie (gentille) je pense
vendredi 23 (au café)
ils étaient pourtant trois, en orange fluo, accoudés au bar, mais comme je n'étais pas à "notre" table (ni à "ma" place), impossible d'immortaliser l'événement sans attirer les soupçons...
samedi 24 (parking)
comme abîmé soudain dans une insondable tristesse : de (re)voir comment ce jadis plaisant lieu de drague a été saccagé, tous les gros arbres coupés, et surtout, malgré la présence de poubelles, s'est transformé en vrai dépotoir à ciel ouvert pour conducteurs dégueulasses (ne rejetons pas toute la faute sur les routiers)
dimanche 25 (changement d'heure)
il paraît que ce serait la dernière fois, tant mieux : au moment de le faire sur mon nouveau radio-réveil, je trouve ça si compliqué que je finis par appuyer sur tous les boutons, en vain, et finalement débrancher le machin (pour éviter qu'il ne sonne inopinément au milieu de la nuit)
lundi 26 (cam4)
ce monsieur amateur de rock prog et zytophile que j'observe régulièrement lors de ses prestations audiovisuelles et duquel mon ordi m'a malicieusement, et à deux reprises, empêché de conserver la trace de se ses effusions
mardi 27 (autour du lac)
la promenade rituelle a eu lieu de 13h30 à 14h30 (nous n'étions que deux, Véro et moi) sans pluie malgré ce que la météo avait annoncé, je suis monté dans la voiture à 31', à 32' les premières gouttes tombaient sur le pare-brise...
mercredi 28 (dans le hall du cinéma)
Je n'avais pas très envie d'aller à la soirée Belinda (j'avais déjà vu le film à Belfort), et lorsqu'Hervé m'a annoncé que la réalisatrice n'était pas là parce qu'elle s'était trompée de jour, j'ai pu du coup repartir le coeur léger...
jeudi 29 (salle 3)
générique fini, lumières de la salle allumée, à la fin de Les bonnes manières, on regardait (avec Zabetta et Fanny), un peu inquiet(e)s, cette tête blanche qui restait immobile, seule, là-bas, au milieu du troisième rang...
vendredi 30 (Audincourt)
Grâce à Emma qui s'est faufilée devant pendant la première partie (Chevalrex), on était merveilleusement placés pour le concert de Dominique A : en plein milieu, tout contre les barrières (la place que je préfère)
samedi 31 (à la boulangerie)
il a quand même fallu que je m'habille pour sortir acheter du pain pour les trois jours à venir (du coup je craque et j'achète aussi un palmier géant dont j'envoie une photo à Catherine (c'est elle qui m'en avait parlé)