054
CALL ME BY YOUR NAME
de Lucas Guadagnino

Le plaisir de (re)voir un film dans le bôô cinéma (l'écran est 3 ou 4 fois plus grand que celui du Victor Hugo, et Dominique m'a fait remarquer que le le lui re-redis à chaque fois). Le plaisir de le suivre, d'y reprendre du plaisir, et de pouvoir en profiter pour s'attacher un peu à comment c'est fait... ce sentiment, très vite, que le film progresse de la façon dont le personnage d'Elio se déplace : de façon à la fois nerveuse (impétueuse, fougueuse, il y aurait là-dedans quelque chose du jeune cerf au printemps) et imprévisible (des petites pauses, des mouvements de danse fugaces, des accélérations (des emballements), des changements subits). Le film suit le même rythme, par bribes, par éclats, des scènes (ou des fragments de) montés très cut, bam bam! On ne s'attarde pas, ou rarement. même lors de plans dits "d'ensemble". Oui des éclats (j'ai pensé, un peu lacanien, "des accès" -film des accès, film désaxé hihI- Des échardes, donc, des bris de verre, des petits machins pointus, aigus, qui piquent, qui coupent qui peuvent faire saigner, qui laissent des traces. Le film procède la plupart du temps par bonds, par saccades. Soubresauts comme on peut en ressentir pendant l'orgasme (quand on est jeune, surtout).
Il y a très peu de scènes qui dérogent à ce rythme (et ce sont sans doute les plus belles) les plus significatives étant la -sublime- scène entre Elio et son père (je n'en suis toujours pas revenu) mais, aussi, le très long plan fixe squi accompagne le générique final (mais la scène entre Elio et Marzia, entre les deux, est tout aussi touchante, même si elle est à peine plus découpée).
J'ai aimé ce côté sec des enchaînements, des transitions, qui, s'il est parfois étonnant, n'est jamais déplaisant.
Et j'ai revu tout ça avec un immense plaisir. Et j'ai encore souri aux pudeurs -hollywoodiennes- de jouvencelle de la caméra qui s'en va regardé par la fenêtre la nuit d'été alors que dans la chambre, sur le lit, se passent des choses bien plus palpitantes et véhémentes...
Et je redis mon plaisir devant l'homogénéité de la distribution (tout le monde est tellemnt bien...)
Et je confirme, oui, le top 10 (même si à un niveau d'enthousiasme juste un poil - oh un tout petit petit poil- inférieur à celui qu'il avait pu être à la première vision...)

4076138