058
LADY BIRD
de Greta Gerwig

Un film... apaisant. Comme de la Biafine sur un coup de soleil. Un film qui fait bien la paire avec La belle et la belle, vu juste avant. Même si assez éloigné dans la forme. Un film très américain sur une jeune fille (Christine, mais qui se fait appeler Ladybird) qui vit ses derniers mois de lycée, avant de partir vivre la grande aventure en quittant son Sacramento natal pour New-York New-York (avec la petite musique qui va avec...). A ne pas confondre (ce que j'avais tendance à faire) ni avec le Ladybird de Ken Loach, ni avec Lady Hawke, femme de la nuit, ni, bien évidemment avec Bird people de Pascale Ferran.
Tout y est : les rapports parfois tendus avec les parents (la mère, surtout), les copines (enfin surtout "la" meilleure copine, avec qui on partage tout), les cours et les profs, les premiers émois avec les garçons, le club théâtre, les grandes espérances, les petites cachotteries, les "trahisons", la remise des diplômes, le bal de fin d'année, le quittage du nid... on est en terrain connu, (ça pourrait être une version au féminin du cultissime (en ce qui me concerne) Boyhood -avec ici une histoire familiale moins agitée...- Girlhood, disons donc.), et c'est peut-être pour ça qu'on trouve le film si plaisant, si rassurant, si confortable.
La demoiselle est jouée par Saoirse Ronan (aussi jolie que son prénom est imprononçable), qui est pour beaucoup dans le plaisir qu'on prend au film. j'étais aussi content d'y retrouver Laurie Metcalfe (que j'avais adorée en infirmière chef faux-cul dans la délicieuse série Getting on) en mère aimante mais pas forcément commode, et, un peu plus tard, l'adorable Timothée Chalamet (toujours aussi mimi que dans Call me by your name) dans le rôle du deuxième premier amours, qui nous la joue ici un peu poseur et beau ténebreux anti-système mais peut-être pas tant que ça dans le fond... Et le personnage du papa est parfait (Tracy Letts, je ne connaissais pas ce nounours) en parfait contrepoint roudoudou à la maman...
Je n'ai pas fermé l'oeil une demi-seconde, ce qui est plutôt bon signe et indicateur d'intérêt, pourtant, je le redis, le film n'a a priori rien d'extraordinaire. il est juste parfait dans son genre.
C'est toujours touchant de voir une adote grandir, "quitter le nid" (c'est ce qu'on dit dans ces circonstances) pour voler de ses propres ailes , à plus forte raison lorsqu'elle s'appelle Lady Bird.
Délicieux...

3052992