mercredi 18 juillet 2018

dans la brume

086
UNA QUESTIONE PRIVATA
de Paolo et Vittorio Taviani

Quatrième film d'une semaine riche en événements, dernière séance (pendant la demi-finale de la Croupe du Monde, dont je préférais ne rien savoir. Avec les Taviani (désormais ce ne sera plus qu'avec le Taviani) on sait en général plutôt à quoi s'attendre, depuis le temps qu'on les connaît (Allonsanfan, 1974, quand même!) : du beau cinéma rital, politique, militant, historique, avec des beaux mâles mal rasés qui en général se battent, entre eux ou contre d'autres pour la politique, ou pour l'amour, ou pour les deux. Avec dans cette filmographie des pics sublimes (qu'ils soient anciens - La nuit de San Lorenzo- ou bien plus récents -César doit mourir-) mais aussi quelques bien plus rares accidents de parcours (l'académique Good Morning Babilonia, le mièvre Contes Italiens) et je réalise d'ailleurs en parcourant leur filmo sur allocinoche, qu'il y en a même plusieurs que je n'ai pas vus, qu'il fut un temps où je les aimai moins... (Les affinités électives, Le mas des alouettes, Le soleil même la nuit). C'est comme avec un certain nombre de cinéastes découverts dans les années 70 (Wenders en restant l'attristant prototype) : au début nous nous sommes tant aimés, et, plus tard, avec le temps va tout s'en va...
Ce film-ci reste un peu dans l'entre-deux. Ni une cime, ni un abîme, juste un pont entre les deux, et c'est un peu dommage. Milton, Fulvia, Giorgio, un triangle amoureux dans l'Italie de 1943, en pleine guerre civile entre Partisans et Fascistes. Et Fulvia qui a dit à Milton qu'elle aimait bien les lettres qu'il lui écrivait, et Milton a découvert qu'elle préférait Giorgio. Et le temps a passé, et Fulvia est partie, et Milton et Giorgio se battent contre les fachos, et Giorgio est capturé par les affreux salopards, et milton entreprend d'aller chercher un remplaçant (facho) pour l'échanger -vivant- contre son ami Giorgio, et ainsi lui sauver la vie.
Un genre de road-movie, donc, le plus souvent à pied, avec une quantité prodigieuse de brouillard (une part conséquente du budget du film a dû y être investie). Mais bon (c'est vrai que j'ai vu le film il y a maintenant une dizaine de jours, et qu'il s'est comme dilué dans l'espace-temps.
Il m'en reste deux images : une maison d'abord, une grande maison, qui m'a fait penser à celle du Jardin des Finzi-Contini, allez savoir pourquoi, qu'on voit à deux reprises au moins dans le film (trois ou plus si on compte les flashes-back), et celle de Milton, à la fin du film, en train de sauter à pieds joints sur un pont qu'il sait être miné, en lui criant "Saute! saute!" car il voudrait mourir, mais le pont fait sa mauvaise tête et refuse de sauter, justement, et Milton, après une dernière apostrophe, tournera les talons et disparaîtra... dans la brume.
Comme ce jolier film des Taviani, reparti dans les limbes, que je m'engage solennellement à revoir, une autre fois, un autre jour. Promis juré craché.

0703272
(et l'affiche est fadasse, je trouve...)

Posté par chori à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

c'est pour ça

082
085

AU POSTE!
de Quentin Dupieux

Vu à la séance de 22h30, au bôô cinéma, pour profiter une dernière fois des tarifs de la Fête du Cinoche. On était peu dans la salle, et, c'est vrai, la journée avait été longue et riche, et j'ai un peu dormi.
J'aime bien Dupieux, j'aime bien Poelvoorde, et j'aime bien l'idée de départ du film : un mec est interrogé par un flic, tout au long d'une longue nuit... Un peu, donc, comme dans l'inoxydable Garde à vue, de Claude Miller, avec Lino Ventura, Michel Serrault et Guy Marchand (et Romy Schneider! poelvoorde serait Lino, Ludig serait Serrault, et Marc Fraize Guy Marchand. Et Demoustier remplacerait Romy). mais bon un Garde à vue sous acide et/ou psychotropes divers.
Sauf que l'affiche, quand on la voit, provoque une drôle de sensation de déjà-vu, comme si on la connaissait déjà, comme si on l'avait toujours vue, qu'elle faisait partie de notre inconscient collectif... Et j'ai fini par retrouver : Benoît Poelvoorde prend la place (et la pose) de Bebel sur  l'affiche de Peur sur la ville, d'Henri Verneuil. Sauf que l'ambiance du commissariat de Dupieu est singulièrement planplan, on pourrait dire 90% de mots pour 10% de gestes. Un homme qui a appelé la police pour prévenir qu'il avait trouvé un cadavre en bas de son immeuble est auditionné en garde à vue par un flic plutôt bonne pâte, même si plutôt procédurier et tatillon. Qui lui fait re-raconter les faits qui l'ont fait appeler les secours, et leur enchaînement, et les causes de, etc.  Ca cause ça cause, et pour le reste, c'est un peu bof il me semble (pour ce que j'en ai vu)

(un blanc)

Allez, on s'y remet. J'y suis retourné mardi avec Marie, (et le ticket ciné orangemuche). Et là bonheur  je n'ai pas dormi. Et j'ai révisé mon jugement, parce je me suis aperçu qu'il m'en manquait quand même un sacré bout (tous les flashes-back ou presque, en fait) pour pouvoir me faire une opinion équitable. C'est incontestablement du Dupieux, et pas forcément si édulcoré que j'avais pu le penser de la première vision.  Un presque huis-clos (le bureau de Poelvoorde et ses environs immédiats) entre un flic et un témoin (un suspect ?) Un qui pose les questions et l'autre qui répond. Un qui raconte et l'autre qui tape la déposition à la machine à écrire. Et commente. Comme si on était revenu une quarantaine d'années en arrière.
Et voilà que la narration commence à se tortiller furieusement et à interférer avec elle-même. voilà que les gens du niveau 1 (le bureau) interviennent dans le niveau 2 (les flash-backs) et on que le spectateur s'emmêle de plus en plus en plus les pinceaux (qui est qui, et quand et où), jusqu'au twist presque final qui a agacé Hervé mais que j'ai trouvé assez drôle. j'aime beaucoup ces réalités-gigogne qui s'emboîtent comme dans le précédent  Réalité du même Quentin Dupieux.
Et les comédiens sont excellents : le couple-vedette, d'abord : Poelvoorde impeccable dans un registre qu'on pourrait qualifier de sous-régime  quand on connaît l'animal, mais qui est juste parfait dans le ronrornnement fliquesque, avec un Grégoire Ludig tout tout aussi bien (avec une moustache très 70 aussi...). C'est Ping et Pong se renvoient la balle au commissariat, et on adore ça... D'autant plus que les comparses sont plaisants : Philippe Duquesne avec son attelle, Anaïs Demoustier avec sa perruque rousse, Marc Fraize et son équerre dans l'oeil, et même Orelsan, avec sa gameboy préhistorique...)
Un Dupieux plaisant, à défaut d'être son meilleur, et qui a l'avantage d'être court.

4888503

le neuf...

peur_sur_la_ville

et le vieux...
(y a quand même un air de famille, non ?

Posté par chori à 08:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]