083
TROIS VISAGES
de Jafar Panahi

Quel bonheur! Quel grand bonheur que ce cinéma-là. Jafar Panahi on l'a aimé soutenu et programmé dans le bôô cinéma (et même dans le vieux d'avant) depuis le tout début, et on l'a encore plus aimé soutenu et programmé depuis qu'il a été interdit quitter son pays, et de tourner pour vingt ans par les autorités de son pays, en 2010 et n'a plus été hélas chez nous qu'un siège vide à son nom dans les différents festivals où chacun de ses nouveaux films, parvenus de mystérieuse façon, était projeté et applaudi. Et récompensé.
Il y a eu Ceci n'est pas un film, en 2011, puis Taxi Téhéran, en 2015. Et avec ce film-ci, Jafar Panahi boucle symboliquement la boucle, puisque le film évoque irrésistiblement (et jouissivement) Abbas Kiarostami, qui était l'auteur du scénario du Ballon blanc, le premier long-métrage, justement, de Jafar Panahi. Kiarostami qui est aussi un immense réalisateur iranien. A l'univers très spécifique (le réel et le cinéma, le documentaire et la fiction, le goût de l'errance, l'importance de la nature et des extérieurs, le dialogue avec les gens) auquel, justement ce film-ci ne peut pas ne pas faire penser. Et c'est un grand ravissement.
Panahi reste fidèle à son éthique et à sa ligne cinématographique. Il fait, indiscutablement, du Panahi, mais pourtant se dépasse (autant qu'il se déplace) en quittant Téhéran pour le nord-ouest de l'iran, la région des azéris (ethnie dont il fait partie) qui ont la particular_ité de parler iranien et turc aussi.
Comme dans Taxi Téhéran, Jafar Panahi fait le chauffeur, cette fois pour une unique passagère : Behnaz Jafari, une actrice célèbre en Iran (qui joue ici son propre rôle), qui a fait appel à lui après avoir reçu un mms où une jeune fille l'appelle au secours et met fin à ses jours, semble-t-il, en se pendant dans une grotte, décision motivée par le fait que ses parents ne veulent pas l'autoriser à faire des études au Conservatoire de Téhéran. Vidéo authentique, ou mystification ? pour en avoir le coeur net, les voilà partis tous les deux, direction ? (je n'ai pas réussi à retrouver le nom du village, mais c'est vraiment le trou du cul du monde du Turmenistan iranien.
Je ne vais pas vous raconter le film, mais j'ai trouvé ça absolument magnifique. Que ce soit l'histoire qui est racontée ou la façon dont elle est racontée (et la multiplicité des niveaux de lecture qu'elle propose) ce film est d'une beauté et d'une intelligence folles, et l'ami Kiarostami n'a pu que s'en retrourner dans sa tombe de bonheur.
Le fait que chaque personnage porte son vrai nom est déjà intéressant. Car le personnage qu'on voit dans le film et qui porte le nom de l'acteur qui l'interprète n'est pas tout à fait le vrai personnage de la vraie vie qui porte le même nom (plusieurs fois ces derniers temps que je tiens ce genre de propos : Une année polaire, The Rider...) et c'est comme si le "vrai" personnage (celui de la réalité) laissait à son double de cinéma la possibilité de respirer un peu et de vivre sa vie de personnage du film.
Les trois visages du titres représentent, bien sur, les trois personnages d'actrices de l'histoire : celle d'aujourd'hui, la star qui accompagne Panahi, celle de demain (la jeune fille qui a envoyé la vidéo et sait déjà se mettre en scène) et la troisième, peut-être la plus magnifique parce que la plus absente, c'est l'actrice du passé, qui s'est retirée à la campagne, celle qu'on ne verra qu'en ombre chinoise, ou de dos, de loin, dans un pré, en train de peindre... Trois images de femmes, trois facettes d'une même condition féminine, pas si facilement vivable aujourd'hui en Iran (Comme l'a résumé Catherine, "Ils traitent mieux leurs génisses que leurs femmes...").
Le fil conducteur de la recherche de la jeune Marziyeh est le fil blanc qui surpique le récit, et va permettre à Jafar P et à "Madame Jafari" de rencontrer beaucoup de gens de cette communauté azérie, de parler beaucoup, et de croiser beaucoup de petites histoires magnifiquement iraniennes et de personnages incroyablement attachants (même le gros frère hurlant de Marziyeh l'est, attachant).
Une route étroite où on doit communiquer avec celui qui arrive éventuellement de l'autre côté de la colline par un code complexe de coups de klaxons (et tiens, j'ai trouvé incroyablement beau le papy qui gère, justement, le code klaxonnesque), un taureau reproducteur blessé gisant en travers de la route, un prépuce pieusement conservé dans le sel avant d'être confié à qui de droit, trois papys locaux (qui m'ont fait penser aux joyeux fantômes de Milagro) qui souhaitent aider Jafar Panahi décidé à passer la nuit dans sa voiture, une petite maison où on n'entrera jamais "parce qu'il n'y a pas assez de place", mais où on verra les ombres de trois femmes qui dansent, oui chaque scène est un bonheur, un grand bonheur de cinéma comme je l'écrivais en ouverture.
Et le film s'offre une dernière scène  qui touche au sublime, parvenant à évoquer deux fois l'ami Kiarostami : la route et la voiture de Le vent nous emportera, et la course finale de Au travers des Oliviers. Avec une sacrée belle note d'espoir, lorsqu'on voit la jeune fille, partie à la poursuite de son aînée qui marche sur la route, enlever son tchador blanc et le laisser tomber.
Oui j'ai été subjugué.
Et chaque article que je lis me fait aimer le film un peu plus chaque fois. Incontestablement le meilleur film de son réalisateur (qui est pourtant déjà doté d'une filmographie à mes yeux inoxydable...) Où comment, l'air de rien, simplement, avec douceur, avec tendresse, il réussit à parler de plein de choses : des actrices, bien sûr, du cinéma, d'une façon beaucoup plus large, de la situation de son pays aujourd'hui, et de sa propre situation, de politique, de religion, de traditions, et de modernité, et d'espoir... un film où ce que l'on voit n'est que la partie émergée de l'iceberg de ce qu'il raconte... Eblouissant, quoi.
Non seulement Top 10 mais en plus une place tout en haut...

4926884