mardi 4 septembre 2018

la piscine

100
PAUL SANCHEZ EST DE RETOUR!
de Patricia Mazuy

On hésitait, on tergiversait, on n'y croyait pas trop, on tournait autour du pot... De Patricia Mazuy on se souvenait d'un emballant Peaux de vaches intiial, puis d'une carrière consécutive un peu en pointillés. Celui-ci, avec Laurent-Laffite-de-la-Comédie-Française en tête d'affiche semblait peut-être plus attractif. Donc on l'a programmé. Et j'y suis allé.
Et bon j'en suis ressorti quand même un peu dubitatif, un peu bof bof.
En plus, comme je n'ai rien écrit tout de suite me voilà fort dépourvu (une semaine a passé) et je n'ai plus grand-chose à en dire.
Il est question d'un mec qui a tué sa famille et disparu depuis dix ans et qui soudain refait surface et le fait savoir au journaliste qui est aussi le narrateur du film (qui espère en faire le scoop de sa vie qui va faire décoller sa carrière), mais se retrouve (le criminel) dans le collimateur d'une jeune fliquette bien résolue à mener l'enquête et à résoudre l'affaire toute seule comme une grande (en rêvant elle aussi de faire décoller sa carrière ?) et qui va prendre les choses en main.
Ca commence plutôt pas mal (l'exposition de chacun des personnages) mais ça se gâte un peu lorsque le scénario se met à utiliser des ficelles cousues de fil blanc et des coïncidences grosses comme une maison (la fliquette fait son jogging sur le chemin où, justement, le fugitif a caché -ah ah- son véhicule, par exemple).
Et plus ça avance et plus ça devient quasiment du grand n'importe quoi.
Laurent Lafitte de la Comédie Française est plutôt bien dans son rôle d'homme fatigué et pourchassé, et Zita Hanrot tout aussi plausible en fliquesse mimi et joggeuse, mais bon voilà, les à-côtés de l'histoire dans laquelle ils évoluent sont de moins en moins crédibles, et c'est dommageable pour le film.
Je ne m'acharnerai pas plus sur la déception causée par ce retour de Paul Sanchez... (dont j'avais d'ailleurs -je fais mon malin- assez vite anticipé le fin mot de l'histoire...)

4699387

Posté par chori à 06:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]