mercredi 5 septembre 2018

dans la boue

101
UNE PLUIE SANS FIN
de Dong Yue

Un film magnifique. Désespérément magnifique. On le sait bien, grâce au cinéma, que la vie en Chine n'est pas rose tous les jours (euphémisme). On avait déjà le très cher Jia Zhang Ke qui vient régulièrement nous en donner des nouvelles (et il est un de mes réalisateurs chéris chéris). La misère la crasse la violence. Et voici qu'un nouveau venu met la barre encore plus haut. Plastiquement c'est somptueux (la Chine se prête admirablement aux scènes collectives -ici un bal puis une salle de congrès dans une usine-), le réalisateur a enchassé tout son film dans une gamme chromatique aussi tristounette qu'oppressante (et là encore une fois la Chine s'y prête merveilleusement).
Un film où il pleut quasiment tout le temps, excepté à la fin où il se met à neiger (ne hurlez pas, je n'ai rien spoilé du tout). Un film où on suit le même héros pendant dix ans (on commence aujourd'hui, on repart en arrière pour un très long flash-back, et on revient à l'aujourd'hui initial du film, pour un épilogue qu'on peut qualifier d'intense.)
Le héros, au début du film, se présente à une employée pénitentiaire comme "Yu comme vestige, Guo comme nation et Wei comme glorieux". Il s'occupe de la sécurité dans une usine où ont été commis plusieurs meurtres de prostituées, et sa réputation d'"oeil" le pousse à mener sa propre enquête.
Les critiques ont a plusieurs reprises (et ils n'ont pas sur le fond véritablement tort) furieusement ding-ding-dongué à propos de Memories of Murder (le magnifique film de Bong Joon-Ho, dont j'avoue ne toujours pas avoir compris la fin...) allant de la référence au -carrément- plagiat (pour le monsieur du Fig qui mériterait une bonne fessée, comme, d'ailleurs, celui de Libé mais bon passons). Oui, bon, et alors ? Et on peut parler de Black ice, oui, et De Jia-Zang Ké aussi (moi-même je ne m'en suis pas privé), et allons-y carrément, oui on peut parler d'Hitchcock, et, tiens, moi je rajouterais même un doigt de David Lynch, si si...
Tout ça pour dire qu'au milieu de tout ce beau monde, Dong Yue, le réalisateur, est parfaitement à sa place.
Et surtout pas en tant que plagiaire.
Moi, je vous le redis, j'ai carrément adoré tout ça, l'extrême cohérence du désarroi qui cimente (opacifie) toute cette histoire. Avec ses soudains embrasements furieusement romantiques (ou épouvantablement violents c'est selon) qui nous maintiennent vissés scotchés cloués à nos fauteuils, avec nos capuches baissées, en train de courir aux basques de Yu Guowei, lui même courant derrière son rêve (ou son cauchemar plutôt)... Avec cettte hétérogénéité, cette façon de mélanger les styles -ou plutôt de passer de l'un à l'autre  (qui a re-fait ding-donguer certains critiques) : le polar, la chronique sociétale, le thriller, l'histoire d'amour, le film d'horreur, au final n étages d'un même échafaudage narratif.
Un film très graphique (l'affiche en donne une petite idée), un héros attachant (même si parfois effrayant), un criminel mystérieux, une histoire retorse... Oui, je me suis régalé...

3091642

Posté par chori à 06:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]