102
CONTES DE JUILLET
de Guillaume Brac

Délicieux (avec un s après le x). C'est bien le terme qui convient à ces deux courts-métrages réunis dans un à peine long-métrage (1h10). Le titre est comme un clin d'oeil au Conte d'été de Tonton Rohmer et le contenu (et la forme) m'ont évoqué Quatre aventures de Reinette Et Mirabelle du même (ah, toute ma jeunesse... je me souviens que j'avais écrit un truc qui parlait de pieds nus dans la rosée et d'orteils roses comme des petits radis...). Deux histoires estivales : L'amie du dimanche (Prix jean Vigo) où deux copines vont passer la journée à la base nautique de Cergy-Pontoise (la même qu'on découvre avec ravissement dans L'île au trésor, du même Guillaume Brac, vu dans le bôô cinéma la semaine dernière) et Hanne et la fête nationale, où une jeune norvégienne visite Paris le jour du 14 juillet...
Deux chroniques qu'on pourrait qualifier "de marivaudage" (dans le premier film, les deux copines, très différentes, rencontrent chacune un garçon, chacune à sa façon, dans le second, ça marivaudera à cinq personnages, deux filles et trois garçons, et autant de nationalités -et d'identités) toutes en douceur, en fraîcheur, et en simplicité. Incarnés par de jeunes comédiens, (chacun(e) porte le prénom de l'actrice/teur qui l'incarne), les personnages évoluent (ou plutôt volettent, il y aurait là-dedans  la légèreté la grâce et l'indécision des papillons) dans des récits élaborés à partir d'ateliers d'improvisations.
Et c'est passionnant. Histoires de filles et de garçons, de corps et de mots, où parfois les sentiments vont plus vite que les corps, et parfois c'est l'inverse. D'amour courtois où ça banderait pourtant quelquefois dans les shorts... Où on tourne autour du désir (cet obscur objet...) sans en être très sûr(e), où le chemin affectif pour aller d'un point a à un point b n'est pas forcément le plus simple ni le plus direct.  Les égarements du coeur et du corps. Dans une forme apparemment très simple Guillaume Brac met en place (et raconte) bien plus de choses qu'il n'en a l'air (avec la complicité de ses jeunes personnages).
Et on sort de là ravi.
C'est magnifique. Absolument.

5209368