jeudi 15 novembre 2018

comme le mec à la télé

138
YOMEDDINE
de A.B. Shawky

Tous les ans on a la chance d'avoir le directeur du Festival Lumières d'Afrique, qui vient de Besançon, pour nous présenter un film en avant-première dans le bôô cinéma. Cette année c'est un film de Cannes 2018, qui sortira en salle fin novembre, et est vraiment... impressionnant puisqu'il a pour héros Beshay, un lépreux, qui prend la route après la mort de son épouse pour tenter de retrouver son père, qui l'avait abandonné jadis à la léproserie en lui promettant de revenir le chercher. Beshay part avec son âne et sa carriole pour un road-movie à travers l'Egypte en compagnie d'un jeune nubien surnommé Obama.
On peut qualifier le projet de culotté, dans la mesure ou Beshay est un vrai lépreux, et que c'est vrai qu'on n'a pas l'habitude, en tant que spectateur occidental chouchouté, d'affronter la vision -frontalement donc- de séquelles de cette maladie sur un visage et sur un corps qui soient des "vraies" cicatrices et non des effets spéciaux de maquillage. Le réalisateur y va progressivement, "en douceur" mais n'hésite pas à nous le montrer, comme n'importe quel acteur principal de n'importe quel film, sous toutes les coutures. Beshay est un sacré bonhomme, doté du sens de la répartie et d'un  humour certain, et la paire qu'il constitue avec son jeune partenaire est tour à tour drôle, attachante, émouvante...
Dans une Egypte dont le réalisateur ne nous épargne rien de la marge (et des laissés-pour-compte), dans un indéniable souci de réalisme. On comprend bien ce qu'il a voulu tenté de dire, (de faire) mais le film n'est pas forcément toujours à la hauteur des ambitions revendiquées par le réalisateur (Elephant man) et sa sélection en compétition officielle à Cannes peut-être un peu (affectivement) surévaluée.
Reste un film juste, simple, respectueux envers ses personnages et les acteurs qui les incarnent.

4420827

Posté par chori à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]