samedi 17 novembre 2018

tapis volant

140
LE VOLEUR DE BAGDAD
de Michael Powell, Emeric Berger, Tim Whelan (et d'autres encore sans doute)

Prévisionnement Ecole et Cinéma 2 : celui-là je ne l'avais jamais vu en salle (et je crois bien même que je ne l'avais jamais vu du tout).
Technicolor flamboyant, féérie moyen-orientale genre Mille et une nuits (les palais ressemblent à des pâtisseries géantes enveloppées de pâte à sucre aux couleurs pastel (ah ce bleu et ce rose layette/loukhoum) doublage fraçais (le film sera proposé en vf) très connoté années 50 (avec chansons ad hoc), transparences attendrissantes, méchant très très méchant, gentils très très gentils, rien n'y manque...
Les deux héros sont l'ex-calife jeune et beau Ahmad qui a été détrôné par le très méchant vizir Jafar, jeté en prison par le même, ensorcelé (il est devenu aveugle), et son copain Abu, un jeune voleur (de Bagdad, d'où le titre du film) qui, lui, a été transformé en chien (d'aveugle, justement, on pourrait dire), parle même Jafar, en colère de ne pas avoir l'amour de la princesse qui, voyez-vous ça justement, est tombé amoureuse d'Ahmad (qui lui aussi a coup-de-foudré pour elle dès la première fois qu'il l'a vue). Jafarchounet (aux yeux inquiétents qui devraient impressionner quelques têtes blondes) a promis à la princesse que les sortilèges qu'il a lancés à Ahmad et Abu seraient levés dès qu'elle aurait accepté qu'il la serre dans ses bras.
Elle accepte, fin du premier acte (qui permettra notamment de préciser la notion de flash-back).
Mais ça ne fait que commencer...
Cheval volant, automate meurtrièr(e), oeil-qui-voit-tout, génie géant enfermé dans une bouteille, tapis volant, araignée géante, cul-de-basse-fosse avec pieuvres y nageant, mais aussi baiser enfiévré, mariage princier, méchant puni, il ne manquera pas un poil de turban ni une paillette de voile arachnéen à cette production délicieusement kitchissime (je redis l'épithète car il est particulièrement bien adapté...) qui a ravi l'esthète pervers qui sommeille en moi (ah cette scène d'ouverture avec les marins torse-nu grimpant dans les haubans, miam!) et le cinéphile admiratif, tout autant.

Jugez plutôt :

le-voleur-de-bagdad_382009_32213

Ahmad raconte son histoire

le-voleur-de-bagdad-1

l'arrivée en ville de la princesse

26280067

la princesse

le-voleur-de-bagdad_39410_44302

la même, vue par le reflet de Ahmad

le-voleur-de-bagdad_382004_41448

Jafar et le père de la princesse

wZnDBtjFct5tOF8ROyQOctJ0r1g

Jafar et Ahmad (qui est le gentil, qui est le méchant ?)

phpThumb_generated_thumbnail

le génie

Thief of Bagdad 13

le sanctuaire de la déesse

le-voleur-de-bagdad_62689_36715

l'oeil-qui-voit-tout

film-le-voleur-de-bagdad1

accroche-toi à mes cheveux!

le-voleur-de-bagdad-2

Ahmad et Abu

arton5317

tapis volant

*

attention là je vais un peu vous spoiler la fin :

073009-000-a-der-dieb-von-bagdad-1964295-1504711350

aaaah....

073009-000-a-der-dieb-von-bagdad-1964292-1504711350

arghhhhh...

*

et l'affiche, quand même :

19821546

Posté par chori à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]