(lundi 11)

045
A FAMILY TOUR *****
de Liang Ying

Une excellente suprise que ce premier (et unique) film de la compétition 2018. Une histoire familiale, comme son nom l'indique, entre Sishuan, Hong-Kong, Taipei, Taiwan, Formose (il faut être attentif au début du film, mais à la suite aussi). Une histoire autobiographique (une famille chinoise éclatée) que le -jeune- réalisateur transpose à sa façon (son personnage devient féminin dans le film, celui d'une réalisatrice chinoise exilée pendant cinq ans). J'ai vraiment vraiment beaucoup aimé ça (et le film confirme que cen'est vraiment pas une bonne idée d'aller vivre en Chine)

046
COMING HOME****
de Zhang Yimou

Ah il me semblait bien qu'il y avait Gong Li dans celui-ci (Jacky m'avait presque ri au nez lorsque je l'avais évoquée -e-) Encore une histoire chinoise, encore une famille éclatée, et encore une bonne raison de ne pas aller vivre là-bas. Un mari revient après avoir été "exilé" pendant quelques années (lors de la révolution culturelle) (il a été dénoncé par sa propre fille) mais son épouse ne le reconnaît pas... Il va essayer de la guérir par tous les moyens...

047
HAPPINESS ROAD **
de Hsin-Yin Sung

un film d'animation qui ne me faisait pas vraiment envie, mais que j'ai regardé vaillamment, l'histoire d'une famille (décidément) taiwanaise racontée par la fille aînée qui est partie vivre aux USA où elle a épousé un américain typique, et qui revient dans la ville où elle a passé son enfance, à l'occasion de l'enterrement de sa grand-mère bien-aimée. Non seulement le dessin ne me plaisait pas vraiment, mais j'ai trouvé le récit un peu nunuche (et ma voisine était encore plus catégorique que moi, elle a dit "très nunuche")

048
HAIFA **
de Rahid Masharawi

Et pour terminer la journée (quatre films c'est assez) un film palestinien réalisé il y a 25 ans, avec une Hiam Abbass presque méconnaissable, et que j'ai trouvé un peu vieilli (et vieillot), l'état de la copie y étant sans doute pour quelque chose... un village palestinien, ses habitants, leurs histoires et au milieu d'eux un sdf/mendiant surnommé Haïfa, assez perturbé / perturbant, dont on apprendra progressivement pourquoi il a perdu la tête... Le film tournicote, ne décolle pas vraiment et finit abruptement en laissant le spectateur en plan...

(et donc là je suis parti, et j'ai zappé CARMEN REVIENT AU PAYS, par ailleurs déjà vu il y a fort longtemps)