(mardi 12)

049
LE SAMOURAI DU CREPUSCULE
de Yoji Yamada

J'avais changé le film initialement prévu pour celui-là, du même réalisateur que La maison au toit rouge. Un beau personnage de samouraï (où l'on apprend que samouraï c'est beaucoup moins glamour que ce qu'on pourrait croire), une histoire d'amour aussi, mais hélas une copie pas à la hauteur : visiblement une vidéo, et assez boueuse de surcroit (les scènes à l'intérieur étaient quasiment inregardables), dommage, le film mérite d'être revu dans des conditions meilleures

050
(non fica)

051
LA TENDRE INDIFFÉRENCE DU MONDE
de Adilkhan Yerzhanov

Les hasards de la programmation ont fait qu'à cette heure-là il n'y avait que celui-ci à (re)voir, et j'ai donc revu, pour la 3ème fois en 15 jours ce joli film kazakh, avec la belle Saltanat (sa robe rouge, son ombrelle) et son amoureux Kyandyk (et son humour viril), au pays des gros pourris qui n'aiment que l'argent (plus je le regarde et plus je le trouve amer ce film)

052
RASHOMON
d'Akira Kurosawa

celui-là ne passait qu'une fois et je savais que je voulais terminer le ficââ^^a avec. Un classique entre les classiques. Trois hommes s'abritent de la pluie (un bonze, un bûcheron et un passant) et racontent une même histoire, mais chacun à sa façon (une histoire mettant en scène un brigand, un samouraï et une femme), je croyais le revoir, mais en fait je ne l'avais jamais vu, en entier en tout cas... Beau film, et belle façon de se dire au revoir et à l'année prochaine (mon voisin de droite avait deviné juste à propos du film qui allait être primé...)

et voilà c'est fini, ça passe très vite une semaine de cinéma...