054
PUPILLE
de Jeanne Herry

Vu avec Emma lundi après-midi  ce film, raté à sa sortie, reprogrammé grâce à la proximité des Césars. Aubaine! J'avais bien aimé les actrices/teurs entrevus dans la bande-annonce mais bon moi, les histoires de bébés et de services sociaux, hein... Dans la salle il devait y avoir une quinzaine de dames et moi comme seul porteurs de gonades. Eh bien je peux vous dire qu'on a tous fini dans le même état, vu le silence et l'immobilité qui ont succédé au générique de fin...
J'ai rarement été autant bouleversé par un film, aussi longtemps je veux dire : j'ai eu la larme à l'oeil pratiquement pendant tout le film, j'avais même peur d'avoir épuisé mon stock de larmes disons mensuel, c'est dire! (paradoxalement, pourtant, c'est à la fin que j'ai le moins pleuré...).
Donc, une jeune fille vient accoucher à l'hôpital et déclare aussitôt qu'elle ne veut ni voir ni toucher son bébé, bref qu'elle ne veut pas le garder. Aussitot, (comme dans Réparer les vivants on assistait à la mise en place et au déroulement du processus de don d'organes) va se mettre en branle le processus d'abandon de progéniture ("né sous X") et, parallèlement, (mais il a déjà commencé bien avant) celui d'adoption d'un bébé.
On va suivre une assistante sociale (Clothilde Mollet, sensationnelle), une éducatrice (Sandrine Kiberlain, sensationnelle), une éducatrice-chef (Miou-Miou, la maman de la réalisatrice, sensationnelle), un père d'accueil (Gilles Lellouche, sensationnel), une travailleuse sociale (Olivia Côte, sensationnelle), et, bien sûr, une candidate maman (Elodie Bouchez, sensationnelle). Ne croyez pas que je me moque, c'est vraiment ce que j'ai ressenti : elles/ils sont tous sensationnel/le/s (j'ai failli le dire à Emma pendant la projection mais je me suis retenu...). On suit le boulot -et on partage un tout petit peu de la vie- de tous ces gens-là (et j'ai repensé à Réparer les vivants) avec, au centre du dispositif ce bébé prénommé Théo (mais -attention je spoile- qui deviendra Mathieu) depuis le jour de sa naissance jusqu'à celui où il rencontre sa nouvelle maman.
Oui, tout ça m'a bouleversé, cette belle histoire (on souhaite/on espère que ça se passe toujours aussi bien que ça dans la vraie vie) c'est de l'humanité qui fait du bien, tout simplement. Du bonheur.
En plus, on a le plaisir de voir passer en coup de vent des acteurs qu'on aime (Thibaut Vinçon, Grégory Gadebois, Bruno Podalydès, Jean-François stévenin), plus-value encore au bonheur éprouvé...
Un tout petit bémol, toutefois : il n'était pas indispensable de rajouter cette historiette d'amour entre K et L, qui  vient un peu parasiter l'histoire et n'apporte rien de plus à celle qui nous intéresse.
Un film à l'image de ses affiches, d'une extrême douceur.

5480338

2528693

0568180

0582242