lundi 11 mars 2019

let's dance

VERS UN NOUVEAU PROTOCOLE DE CONVERSATION ?
Chorégraphie de (et avec) Georges Appaix

Ah, Georges Appaix... C'est Emma qui me l'a fait découvrir, en 1989, pour un spectacle que je n'ai pas vu (Basta!) parce que j'avais préféré aller voir ce soir-là un concert des Nits avec mon amoureux, mais dont elle m'a tellement parlé que c'est un peu comme si je l'avais vu, presque.
Et donc chaque fois qu'il passe dans le coin (Besançon, Montbéliard) on y va. Déjà, j'adore le bonhomme (mais ce n'est pas un critère objectif), mais j'adore aussi ce qu'il fait. cette approche "tangentielle" (c'est moi qui le dis) d'une danse "désinvolte" (c'est Emma qui avait trouvé ce qualificatif)
Donc ceci doit être le quatrième spectacle que je vois de Georges Appaix/ La Liseuse,  dont j'ai appris hier soir, lors de la rencontre qui a suivi le spectacle, qu'il avait nommé ces spectacles successifs en suivant les lettres de l'alphabet, que celui-ci serait suivi de What do You think ? puis de XYZ et qu'après c'en serait fini de La liseuse (soupirs de regret parcourant l'assistance), et aussi, tiens, que c'était ce soir la dernière de Vers un nouveau protocole... qui tourne depuis 2015.
Il y a des spectacles de danse grandioses, tourmentés, lacrymaux, bouleversants, poignants, de la danse qui tord les tripes et broie le coeur et fait pleurer, et, tout à l'autre bout du spectre lumineux des chorégraphies, il y a ceux de Georges Appaix, qui touchent de près au -oui j'ose le mot- au bonheur (que je pourrais ranger juste à côté de Maguy Marin, de Montalvo/Hervieu, de Zimmermann & De Perrot), la danse qui fait du bien, la danse qui virevolte, qui croustille, qui chatouille, la danse légère, joueuse, joyeuse, oui, qu'on a tant de plaisir à retrouver, à intervalles plus ou moins réguliers...
Là, ils sont trois : d'abord, un homme qui parle, une femme qui danse, (elle lui répond) puis un peu plus tard un troisième qui entre sans bruit, s'assoie, les regarde, intervient de temps en temps, en dansant, sans parler. Il fait régulièrement, depuis sapetite table, bouger les choses simplement (ah ces papiers qui tourbillonnent au souffle des ventilateurs) et les sons aussi (un peu plus complexement parfois)...
C'est une conversation à bâtons rompus (et à papiers qui volent, donc) un dialogue de sourds (mais pas toujours) et/ou muets (idem). Bref un (haut) lieu d'échange(s). Cinquante-cinq minutes d'exploration du topic, pas le temps de s'apesantir.
Alors on se régale, on est touché, étonné, on jubile... On regarde partout, on écoute aussi partout (la partie sonore est assez ébouriffante), et on sort de là avec des petites étoiles dans les yeux et un sourire grand comme ça.
Oui, le bonheur.

Vers un protocole de conversation-Georges Appaix1

vers-un-protocole-de-conversation-georges-appaix-4

Conception et mise en scène de Georges Appaix
Chorégraphie et textes de Georges Appaix avec la participation des interprètes
Avec Mélanie Venino, Alessandro Bernardeschi et Georges Appaix
Lumière : Pierre Jacot-Descombes
Son : Eric Petit et Georges Appaix
Costumes : Michèle Paldacci
Musiques : Eric Petit, Ray Charles & Betty Carter, Vincenzo Bellini, Johann Sebastian Bach, Creedence Clearwater Revival, Oum Kalthoum, Candida & Floricelda Faez, Johannes Brahms, Alexandre Desplat, Giovana Marini, Bob Dylan.

 

Posté par chori à 08:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]