samedi 28 mars 2020

CCCC12

(mon morceau de bravoure de la journée d'hier)

Tadam! Hier je suis sorti! Je suis allé voir mon médecin, à pied (faisant d'une pierre deux coups , consultation et exercice physique, en plus il faisait beau, le bonheur), ma NNA (nouvelle nouvelle attestation clic clic Philou) en poche, j'ai fait mon petit kilomètre virgule cinq dans des rues parfaitements désertes (en piétons, par contre il y avait quelques bagnoles).
J'avais appelé le matin pour avoir une consultation, et donc j'étais là à 11h30 comme annoncé (on frappe et la secrétaire -masquée- vient vous ouvrir, ça fait un peu club privé : un patient avec et le médecin et un autre en salle d'attente.) C'est drôle -et inhabituel- d'être assis seul dans cette salle d'ordinaire surpeuplée et où il m'est parfois arrivé d'attendre carrément une heure...
Je voulais être fixé, j'étais conscient que ces problèmes respiratoires qui m'affligent étaient davantage des trucs dans la tête, j'ai expliqué mon cas au médecin, mes petits tracas (j'ai d'ailleurs même pleuré un peu, je suis un hyper-émotif, mais me suis vite repris),  il m'a écouté, a jeté un oeil sur mon dossier dans son ordi, et m'a ensuite examiné,  a pris ma température (devant à droite à gauche 36°6), écouté ma respiration, pour conclure que je n'avais rien de grave, juste une petite rhinite saisonnière...
Ah bon
Et voilà pourquoi je me sentais beaucoup plus guilleret en sortant de son cabinet... c'était bien ce que j'avais supposé mais j'avais seulement besoin de l'entendre, et par mon médecin surtout.
Je lui ai demandé s'il pouvait me prescrire un petit truc contre les moments de flip, il a dit bien sûr et il m'a donné une boîte de cachetons ("c'est très léger") à utiliser au cas où...
A la pharmacie, on sentait que c'était la guerre et que tout un tas de mesures de précautions avaient été prises, plaques de plexi avec juste un petit guichet pour passer la main pour introduire soi-même sa carte verte dans la machine, et, à la fin de la transaction, récupérer ses médicaments. "Ma" pharmacienne était jeune souriante et masquée... Combien je vous dois ? Zéro euro, merci madame au revoir madame (les autres clients attendent à distance respectable).
Me voilà rassuré, un peu plus tard, repartant avec à la main mon sac en papier de la pharmacie contenant mon petit assortiment... une  voiture de flics est passée mais ne s'est même pas arrêtée, je me sentais... joyeux léger léger, en repartant chez moi, il faisait soleil, comme quoi parfois  ça ne tient pas à grand-chose, hein...

*

Le Montmarin était désert, comme vidé, pas de gamins en vélo, pas d'ados qui "tiennent la Poste" en se roulant -et en fumant- des pétards, pas de kakous en bagnoles avec la musique à fond, pas d'ado(te)s en groupes bruyants penchés sur leurs téléphones, pas de mamans flanquées de leurs moutards, pas de papas qui roulent les mécaniques, pas de papys assis en terrasse à siroter un thé et qui fument pensifs non rien de rien, personne, ça c'était étonnant, et je n'ai même pas eu envie de prendre de photos

*

Est-ce que ça vous arrive d'avoir des chansons dans la tête ? Moi oui, très, souvent, et, encore plus souvent des chansons idiotes (tiens il faudra que je fasse un jour une Liste des chansons qui me passent par la tête (et j'avais été très content de rencontrer chez Carl Hiaasen, dans Jackpot je crois, une héroïne avec le même problème (qui n'en est pas vraiment un, mieux vaut ça qu'avoir des acouphènes) sauf qu'elle avait en général deux morceaux différents en même temps, qui se mélangeaient...

*

J'ai relevé à moitié  le petit store merdique (mais bon c'est moi qui l'ai posé) de la petite fenêtre de la chambre, en face de mon lit, pour avoir chaque matin le (grand) plaisir de voir le jour se lever, ce moment de bascule où ce n'est plus tout à fait la nuit et pas encore tout à fait le jour

*

façons de mesurer le temps qui passe :
- rouleaux de PQ : j'utilise les "U nature / papier toilette compact / 4 rouleaux = 12 rouleaux / Ecolabel", un rouleau me "fait" environ une semaine, et j'ai 9 rouleaux sur l'étagère du bas dans la salle de bains, ce qui devrait me mener à peu près à la fin du cococonfinement...
- médicaments : un comprimé d'aerius (antihistaminique) à prendre chaque matin pendant 30 jours / la boîte contient 30 comprimés, quand elle sera vide nous serons le 27 avil (yesssss!)

*

subtilités de la ponctuation :
la différence entre laisser aller et laisser-aller
(étonnant, non ?)

*

trouvé un tuto pour les filles sur "pas de laisser-aller pendant le confinement" (se maquiller se parfumer s'épiler se pomponner) elles doivent rester ni-ckel, quelles que soient les circonstances, mais bon que pour les filles (les mecs, eux, ben c'est pas prévu, ils ont le droit de traîner toute la journée, en slip, sur le canapé, pas rasés, à regarder la téloche en fumant et en sifflant des bières etc.

tumblr_99be7bfedec994ee78ab7c937c695cb8_006c5dfd_640

*

La Haute-Saône fait partie de la quarantaine de départements "moyens" qui n'ont pas aucun décès (comme les Alpes-de-Haute-Provence, les Ardennes, l’Ariège, le Cantal, la Charente-Maritime, la Creuse, la Dordogne, le Gers, le Jura, les Landes, le Loir-et-Cher, la Haute-Loire, le Lot, la Lozère, la Nièvre, le Puy-de-Dôme, la Guyane, la Réunion et Mayotte), mais, au 26 mars, en comptent néanmoins moins de 10

 

*

appels
- entrants : Brigitte (ma soeur), Evelyne (qui semblait en pleine forme), Marie (pour le scrabble), Babeth (en verve aussi), Dominique (pour notre échange quotidien) , Christine P. (après le repas),
(remarque : je suis un pédé qui n'a quasiment que des filles dans son répertoire téléphonique)
- sortants : Marie, Babeth, Dominique, Christine

28

 J-36?

Posté par chori à 06:06 - - Commentaires [3] - Permalien [#]