en une phrase...
mercredi 21 août 2019

micro187

*
"des gouttes qui ne se touchent pas..."
(l'observation, très juste, de Manue)

*
bilan provisoire des pertes :
ma grande règle en fer (50cm, quand même!),
la balance de cuisine,
les deux oiseaux d'Emma qui étaient accrochés à la petite fenêtre...

*
le menuisier me l'avait bien dit :
"Il y a des choses que vous ne retrouverez jamais..."

*
le bouquiniste m'a donné 40€ pour les trois sacs de polars que je lui ai apportés
(il ne reprend pas les "Série Noire")

*
j'ai réalisé que je possédais un nombre impressionnant de caisses en plastique,
toutes différentes (hélas non empilables)

*
j'ai toujours aimé accrocher des trucs aux poignées de portes

*
l'Océan Fatidique

*
j'ai déjà volé deux petites cuillères "différentes"
dans le même établissement

*
(expérience de cuisine malheureuse)
cette rhubarbe que j'ai achetée "pour éviter le gaspillage",
patiemment nettoyée, épluchée, lavée, tronçonnée, mise à dégorger, cuite,
pour aboutir à un truc peu ragoûtant qui ressemblait...  à de la merde
et que j'ai donc fini par jeter dans les toilettes

*
(un mois pile après le déménagement)
j'ai tout retrouvé
sauf les oiseaux d'Emma

*
il y a trois boulangeries proches de chez moi
samedi matin, elles étaient toutes les trois en vacances en même temps

*

Posté par chori à 08:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 20 juillet 2019

micro186 (spécial déménagement)

avant

*

trouvé une nouvelle poubelle rouge à pédale délicieusement phallique

*

dans la grande valise noire, il y avait un "vrai pavé" (donné par je ne sais plus qui)

*

des sacs plastiques remplis de sac plastiques

*

tout ce que je mange, tout ce que je bois,
c'est toujours ça que déménagerai pas

*

(cartons) à chaque fois essayer de trouver le truc
qui s'emboîte parfaitement dans l'espace restant

*

un vieille carte postale de Pépin qui me fait beaucoup rire :
"j'étais sous ma tente et j'attendais que la pluie cesse..."

*

prévoir un voyage à Emmaüs, un à la déchetterie, et un chez B*t!

*

ma nouvelle propriétaire est décidément très arrangeante

*

au fond de son jardin elle a une tour datant du moyen-âge
appelée "la tour de Coulevon" (c'était un signe)

*

gagné au scrabble un "droit de caution solidaire"
(merci Pépin!)

*

juste après avoir remonté l'armoire,
Régis est venu chez moi pour démonter "sa" bibliothèque

*

finalement, j'aurais peut-être dû aller jouer au tarot :
je n'ai pratiquement pas fermé l'oeil de la (dernière) nuit...

*

après

*

ce qui caractérise les amis, c'est leur aptitude à vous aider...

*

Manue est repartie avec le papyrus (à requinquer), l'hortensia (à ressusciter) et une grosse plaque de verre, Catherine avec une caisse (vide) de feux d'artifices, Coralie avec des planches à étagères et des livres de Garfield (en V.O), Emma avec deux beaux livres sur les anges, Isa avec les plants de menthe

*

une histoire de cartons(s) de chaussures introuvable(s) qui me fait souci
la première nuit
mais se résoud sans souci grâce à la mémoire de mes excellents déménageurs

*

j'avais longuement hésité, et finalement je me suis trompé
cette bonbonnière n'a pas sa place ici

*

renseignement pris,
on ne dit pas bonbonnière mais bonnetière!

*

(urbain) fait mes courses à pied, passé boire un café chez Marie (nous sommes voisins!)

*

un "état des lieux de sortie" effectué plus que désinvoltement
(avant que les nettoyages soient terminés)
et qu'on avait en plus oublié de signer

*

erreur sur les chiffres en relevant les compteurs d'eau :
j'ai failli payer pour 519 m³!

*

exit donc la bonnetière
(il n'y aura pas de miroir dans le salon)

*

je dors désormais sans fermer les volets
(et sans plus de problèmes qu'à Coulevon)

*

déménager, c'est un peu comme voyager à l'étranger :
il faut quelques jours pour stabiliser le transit intestinal

*

Posté par chori à 06:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 23 juin 2019

micro185

(bilan professionnel entre trois retraité(e)s :
"C'est pour ça que rien ne nous manque,
parce qu'on a tout donné..." (Marie)

*

"Il faut haïr très peu, car c'est très fatigant. Il faut mépriser beaucoup, pardonner souvent, mais ne jamais oublier".
(Sarah Bernhardt)

*

L'effrayante facilité avec laquelle je suis capable de tomber amoureux dès le premier coup d'oeil ou presque
(le jeune V.)

*

paître, traire, frire et clore
ne se conjuguent pas à l'imparfait du subjonctif

*

le très bon gâteau noisettes/framboises
de la boulangerie de Vaivre

*

rêvé qu'on avait commercialisé un whisky nommé Sidney Boris
pour quil puisse être acheté à la fois par les russes et les américains

*

c'est Catherine qui m'apprend la nouvelle people du jour :
Blanche Gardin est avec Louis C.K!
(on les a vus main dans la main dans les rues de New-York)

*

Les prises de terre ne sont obligatoires que dans les pièces où il y a du carrelage au sol.

*

jamais quatre sans cinq, et c'est bien le monsieur d'In*tec qu'on a envoyé pour réparer ma serrure!

*

trouver une tasse en porcelaine pour que Catherine puisse boire le café

*

 

 

 

Posté par chori à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 20 avril 2019

micro184

*

mon ami Philou m'a appris que
"chaque fois qu'on boit de la bière, on pisse du glyphosate"

*

 à mon âge, je n'ai toujours pas intégré le fait que je suis censé me raser tous les jours

*

Catherine ne cliquette plus
(grâce à l'intervention de son garagiste)

*

 Ohlala j'ai renversé du vin sur la jolie nappe de Francette 
d'un côté on a dit  sel fin et de l'autre jus de citron :
c'est -incontestablement- le citron qui a gagné

*

 paronyme est-il synonyme de synonyme
ou plutôt synonyme d'homonyme ?

*
je ne sais pas pourquoi mais, dès l'intro,
certains morceaux des Stranglers des années 90
me font invariablement venir les larmes aux yeux
(surtout Always the sun et Midnight Summer Dream, en fait)

*
(belles phrases idiotes que je ne comprend pas)
"Mais il ne serait pas juste de réduire le film à ce qu'il n'est pas ou à ce qu'il prétend être."
Hugues P. (Les Cahiaîs)

*

je fais des rêves surpeuplés
(sans doute une façon de compenser)

*

faire en sorte de ne plus avoir honte

*

" deux détectives au sujet desquels le lieutenant Ronelle Deacon m'a informé qu'ils seraient infoutus de trouver leurs bites, même à l'aide d'un miroir et d'un détecteur de bite, ce qui m'avait beaucoup fait rire à l'époque." (Eoin Colfer)

*

ces voleurs de chez Tropicana qui réduisent proportionnellement un pack de jus d'orange
pour qu'il ne contienne plus que 0,85l (on ne voit presque pas la différence)
tout en conservant (bien sûr) le même prix

*

(Suis-je un monstre ?)
L'incendie de Notre Dame ne me fait ni chaud ni froid...

*

si je bénéficiais d'une arme de service, je profiterais de l'opportunité

*

(hihi) mangé de l'agneau pascal en ce vendredi saint

*

Posté par chori à 07:38 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
mercredi 20 février 2019

micro183 (avec du retard)

*

longtemps je n'ai pas aimé novembre, puis ce fut février,
finalement ne vaudrait-il pas mieux faire comme Marie,
et ne pas aimer depuis novembre jusqu'à février (inclus) ?

*

il me semble que je me souviens moins bien
des livres que je lis maintenant qu'avant

*

(il me semble que j'ai un peu laissé de côté cette catégorie
-peut-être remplacée par l'obligation de trouver un message à écrire chaque jour
pour la catégorie "une seconde par jour"-)

*

formatage de carte-mémoire d'appareil-photo :
comment les images disparaissent (ou pas)

*

déménagement : ne garder que 100 livres ?
(que 100 écrivains serait déjà plus envisageable)

*

"le complotisme est un symptome qui se prend pour un diagnostic"
(entendu à la radio, en allant à Thann)

*

" après ça fait des taches de propre"
(entendu au café, au fjt)

*

le mot "bifurquez", d'un registre un peu trop soutenu à mon avis
pour un gps

*

j'avais entendu "cabosser la flexibilité"
Mais il disait probablement "Y a qu'à bosser la flexibilité"
comme l'a précisé Dominique

*

Posté par chori à 06:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 14 février 2019

micro182 (spécial ficâââ)

*

"tu manges, tu dors, tu te sens bien, c'est le bonheur..."

*

"si tu as un fils, je l'appellerai Arafat
et si c'est une fille je l'appellerai Palestine..."

*

"Le renne est un animal stupide
que faisait-il sur la route?
il se croyait peut-être invisible..."

*

"C'est un secret,
on ne doit pas laisser les gens deviner qu'on est une famille..."

*

"C'est dur, hein ?
les bus et les femmes, on ne les arrête pas une fois qu'ils sont partis..."

*

(chanté et dansé)
"Etre avec mon ami fait saigner mon coeur,
mais seul mon coeur et moi le savons..."

*

"Quoi qu'on fasse, des épinards ce ne sont que des épinards..."

*

" si tu as besoin de quelqu'un pour passer pour une idiote,
je suis là..."

*

* "Même le silence ne pourrait te rendre muette..."

*

"Pour un maquereau...
il a eu la marchande de poisson et il a eu sa fille!"

*

"les martyrs et les collabos, c'est le même prix ?"

*

"le sholezard doit être bien sucré..."

*

(sifflé)
"je suis au café avec Ahmet!"

*

"pour toi un lapin c'est un porte-bonheur
pour nous c'est juste quelque chose qui se mange..."

*

"ma haine pour vous a dépassé les limites du raisonnable..."

*

 "Ce en quoi tu crois fais de toi celle que tu es..."

*

"la dague a besoin d'un fourreau, l'épouse d'une demeure et la maîtresse d'un taudis..."

*

Posté par chori à 07:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 7 novembre 2018

micro181

*

tiens, l'été est fini!

*

les lobbys du sucre préconisent de ne pas abuser du gras
et les lobbys du gras recommandent de ne pas forcer sur le sucre!

*

tarte aux glands

*

samedi matin (très tôt), en rejoignant la nationale depuis Authoison, aperçu deux faons au bord de la route, comme attendant pour traverser

*

 Si j'étais allé aux Eurocks le dimanche 3 juillet 1994 j'aurais pu assister au concert de Swell puis à celui des Thugs!
(regrets, mais bon je devais être en train de déménager...)

*

 "On va essayer de faire passer l'Impératrice comme une espèce d'apnée..."
(dernière phrase de mon rêve, sur laquelle je me suis réveillé)

*

"Elle l'avait bien rangé, c'est pour ça qu'elle ne le trouvait pas..."
(le voisin, sarcastique, à propos de son épouse)

*

Un cochon en train de défiler en douce (avec un masque de cochon)
 dans une manifestation vegane

*

(non non, l'été n'était pas du tout fini!)

*

 "et monter une échelle avec deux seaux de ciment..."
(deux mecs devant moi discutent des difficultés inhérentes à certains jobs)

*

Marie a re-refleuri!
(22 octobre)

*

quand il faisait chaud (la semaine dernière) on souhaitait qu'il fasse moins chaud et qu'il pleuve
mainteant qu'il fait froid et qu'il pleut, on aimerait qu'il re-fasse soleil et plus chaud

*

 lundi 29 octobre, 17h45 : mon dieu il fait nuit noire!

*

 Le lambeau, de Philippe Lançon a reçu le Prix Fémina
(j'eus préféré qu'il obtint le Médicis...)

*

 oh oh on m'a offert un pot de chrysanthèmes!

*

Posté par chori à 06:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
lundi 27 août 2018

micro180

*

" Les hommes sont comme une théière : petite tête, gros ventre, et la queue toujours en l'air!"
(dans une bande-annonce)

*

la différence, est-ce que ce serait le fait de trop différer les choses ?
(la procrastination en fait, quoi)

*

le plaisir ineffable de manger les premières groseilles du bébé groseiller
planté avec amour l'an dernier
(et qui d'ailleurs n'en avait produit qu'une seule!)

*

rêvé d'un groupe qui s'appelait Los Hombres Dolorosos

*

 jeudi 9 : en principe, aujourd'hui, il pleut jusqu'à 17h
(dit avec espoir et ferveur)

*

Jean-Fran n'avait pas trouvé le pastis,
nous avons servi notre mauresque en utilisant à la place
le fond de la bouteille de raki (c'est très bon)

*

enfin, il a plu!
c'est la première fois, depuis longtemps
que ce simple fait me procurait autant de joie

*

les abricots auront été plutôt très bons, cette année, contrairement aux pêches

*

une unique ipomée particulièrement vigoureuse est partie à l'assaut
de l'encadrement de de la fenêtre de la cuisine

*

la multitude de QV qui ont égayé les "Molière de Vitez", à Bussang

*

le bruit surprenant (et réjouissant)
que font les glands tombés, bien secs, quand on roule dessus

*

des mecs torse-nu, en short, qui soulèvent des troncs d'arbre (entr'aperçus)

*

à cinq heures du matin est tombée une pluie si fine qu'on avait l'impression qu'elle n'osait pas faire de bruit en tombant, je suis sorti dessous, pour vérifier qu'il était bien en train de pleuvoir.

*

Posté par chori à 05:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 14 mai 2018

micro179

*

"C'était la fin-avril, et je me suis dit "Demain, je m'y mets!"
(Catherine)

*

 "Y a le Colisée pas loin..."
(il l'invite à venir prendre un verre)

*

ce jeune ouvrier roux est passé devant à moi à trois reprises, me confirmant de visu  que la fermeture de la braguette de son pantalon de travail est cassée, et qu'il porte un slip rouge.

*

lieux de drague : l'extrême complexité des circonvolutions du désir (en gros, ça ne va jamais)

*

Catherine trouvait que le café avait un arrière-goût de fromage de chèvre.

*

"Elle était tellement cool que je me suis demandée si elle avait pas fumé un pétard..."
(réunion pédagogique)

*

un peu comme mon appareil-photo : en apparence tout va bien mais dès qu'on veut faire sortir le zoom, on se rend compte qu'à l'intérieur y a un truc cassé, oui qui dysfonctionne...

*

découpe du canard de six heures (cuisson basse température)
"C'est ce qu'il y a de moins pas cuit..."

*

"Yvonne aime se promener le matin les pieds nus dans l'herbe mouillée
ça évacue l'électricité statique... enfin, en principe..."
(un voisin de Malou)

*

"Tu as acheté encore une ortie ?"
(à Dominique, rentrant d'un marché aux plantes)

*

le haut ravin et le bas ravin

*

Sur le pare-brise, les cacas d' oiseaux du Perche sont plus tenaces et plus résistants que ceux des oiseaux de chez nous.

*

 

Posté par chori à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 5 avril 2018

micro178

*

Un député macroné a une "idée géniale" : donner un petit-déjeuner à l'école aux enfants des "quartiers défavorisés", et ça m'énerve, parce que cette idée, on l'avait déjà eue (et mise en pratique) il y a dix ans, et que l'institution était intervenue pour nous obliger à la supprimer,  accusant cette collation d'être la cause de l'obésité des élèves

*

"Les questions se posent comme des avions. Quand un avion se pose, il retrouve son ombre. Ce serait beau si les réponses retrouvaient leur ombre en atterrissant." (Tomi Ungerer)

*

je me souviens combien on s'échangeait , avec délices,
cette phrase, au téléphone ou par courrier :
"C'est la fin de l'hiver..."

*

C'est la première fois que ça m'arrive : dans la précipitation, j'ai oublié un film dans la plaquette de programmation : c'était Call me by your name, et j'ai donc dû imprimer une feuille supplémentaire qu'on a insérée dans la prog...

*
entendu, chez la coiffeuse La p'tite lady (de Vivien Savage)
et aussitôt repensé à Emma, et à quand on était jeunes...

*

 Mai 68 a commencé un 22 mars...

*

"La vie c'est dur, c'est pas demi-molle..."
(Vald)

*

jeudi au cinéma (Taste of cement), j'ai dormi hélas
vendredi au théâtre (Au bord de l'eau) j'ai dormi hélas
samedi au cinéma (Vers la lumière) j'ai dormi hélas
je ne suis pas sûr que cette machine à dormir soit si efficace que ça...

*

"Plus on vieillit, et plus ils font les lettres petites"
(un lecteur du journal local, au FJT)

*
"Ah... il est mort mon voisin, merde..."
(une autre lectrice du même journal, un autre jour)

*
"Un jeune paon qui glandouille"
(Le Canard)

*

(à la boulangerie) un ado achetant une baguette à 1,05€ ne daigne pas prendre la pièce orange que se proposait de lui rendre la vendeuse : "Non, gardez-la..."

*

en allant à Audincourt, comme un avant-goût du concert, nous avons longtemps roulé  dans une sublime lumière d'orage qui transfigurait le paysage.

*

" On aime toujours les gens quand on ne les connaît pas vraiment..."
(Dominique A)

*

Posté par chori à 06:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]