en une phrase...
lundi 14 mai 2018

micro179

*

"C'était la fin-avril, et je me suis dit "Demain, je m'y mets!"
(Catherine)

*

 "Y a le Colisée pas loin..."
(il l'invite à venir prendre un verre)

*

ce jeune ouvrier roux est passé devant à moi à trois reprises, me confirmant de visu  que la fermeture de la braguette de son pantalon de travail est cassée, et qu'il porte un slip rouge.

*

lieux de drague : l'extrême complexité des circonvolutions du désir (en gros, ça ne va jamais)

*

Catherine trouvait que le café avait un arrière-goût de fromage de chèvre.

*

"Elle était tellement cool que je me suis demandée si elle avait pas fumé un pétard..."
(réunion pédagogique)

*

un peu comme mon appareil-photo : en apparence tout va bien mais dès qu'on veut faire sortir le zoom, on se rend compte qu'à l'intérieur y a un truc cassé, oui qui dysfonctionne...

*

découpe du canard de six heures (cuisson basse température)
"C'est ce qu'il y a de moins pas cuit..."

*

"Yvonne aime se promener le matin les pieds nus dans l'herbe mouillée
ça évacue l'électricité statique... enfin, en principe..."
(un voisin de Malou)

*

"Tu as acheté encore une ortie ?"
(à Dominique, rentrant d'un marché aux plantes)

*

le haut ravin et le bas ravin

*

Sur le pare-brise, les cacas d' oiseaux du Perche sont plus tenaces et plus résistants que ceux des oiseaux de chez nous.

*

 

Posté par chori à 16:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 5 avril 2018

micro178

*

Un député macroné a une "idée géniale" : donner un petit-déjeuner à l'école aux enfants des "quartiers défavorisés", et ça m'énerve, parce que cette idée, on l'avait déjà eue (et mise en pratique) il y a dix ans, et que l'institution était intervenue pour nous obliger à la supprimer,  accusant cette collation d'être la cause de l'obésité des élèves

*

"Les questions se posent comme des avions. Quand un avion se pose, il retrouve son ombre. Ce serait beau si les réponses retrouvaient leur ombre en atterrissant." (Tomi Ungerer)

*

je me souviens combien on s'échangeait , avec délices,
cette phrase, au téléphone ou par courrier :
"C'est la fin de l'hiver..."

*

C'est la première fois que ça m'arrive : dans la précipitation, j'ai oublié un film dans la plaquette de programmation : c'était Call me by your name, et j'ai donc dû imprimer une feuille supplémentaire qu'on a insérée dans la prog...

*
entendu, chez la coiffeuse La p'tite lady (de Vivien Savage)
et aussitôt repensé à Emma, et à quand on était jeunes...

*

 Mai 68 a commencé un 22 mars...

*

"La vie c'est dur, c'est pas demi-molle..."
(Vald)

*

jeudi au cinéma (Taste of cement), j'ai dormi hélas
vendredi au théâtre (Au bord de l'eau) j'ai dormi hélas
samedi au cinéma (Vers la lumière) j'ai dormi hélas
je ne suis pas sûr que cette machine à dormir soit si efficace que ça...

*

"Plus on vieillit, et plus ils font les lettres petites"
(un lecteur du journal local, au FJT)

*
"Ah... il est mort mon voisin, merde..."
(une autre lectrice du même journal, un autre jour)

*
"Un jeune paon qui glandouille"
(Le Canard)

*

(à la boulangerie) un ado achetant une baguette à 1,05€ ne daigne pas prendre la pièce orange que se proposait de lui rendre la vendeuse : "Non, gardez-la..."

*

en allant à Audincourt, comme un avant-goût du concert, nous avons longtemps roulé  dans une sublime lumière d'orage qui transfigurait le paysage.

*

" On aime toujours les gens quand on ne les connaît pas vraiment..."
(Dominique A)

*

Posté par chori à 06:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 13 mars 2018

micro177

*

Résultat de l'expertise :
"le jeune homme n'a pas été violé par le policier
(mais son sphincter est tout de même déchiré sur 10 cm)
: il a tapé légèrement à côté"
...
Ben voyons...

*

"Faites tout ce que vous pouvez pour être heureux..."
(Laurie Anderson, dans l'émission de Laure Adler)

*

 Ce que je préfère, dans Charlie-Hebdo, c'est le strip de Vuillemin qui a entrepris de traduire Proust en rébus

*

 {\displaystyle R_{C}=13,12+0,6215\;T_{C}+(0,3965\;T_{C}-11,37)\times {v_{km/h}}^{0,16}}
(pour le calcul de la température ressentie)

*

"je suis dégoûté il reneige"
(un sms envoyé à plusieurs personnes en ce vendredi matin)

*

"Se laver les mains immédiatement après l’application
(sauf si vous utilisez la pommade pour traiter vos mains)"
(sur la notice pour une pommade)

*

"depuis la nuit où il avait gardé ce très vieux chien dont on lui avait dit qu'il puait mais qu'il ne sentait pas"
(phrase surgie en beurrant une tartine, puis notée sur un coin de Libé et conservée pour ses qualités rythmiques)

*

 J'avais des moules, j'avais du fenouil, j'avais des oranges,
et j'ai donc cuisiné des moules au fenouil et à l'orange...

*
"le commis qui vivait au-dessus de l'étable comme en 1900
sa silhouette torse-nu à la fenêtre le soir
dans la lumière blanche de l'ampoule au plafond de sa chambre"
(Corps de ferme à l'abandon, Dominique A)

*

 (Les nouvelles de Laura Kasischke, entre cinglées et cinglantes)
 Les nouvelles de Laura Kasischke, aussi cinglées que cinglantes

*

météo prévue pour la semaine :
tous les jours averses ou rares averses

*

me suis recouché de 8h30 à 10h
et  réveillé en me disant que ce sommeil-là avait été
le meilleur depuis longtemps

*

 

Posté par chori à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 12 décembre 2017

micro 175

*

à l'hôpital à l'issue de mon rendez-vous annuel avec le pneumologue (pour la machine à dormir), je dois rituellement passer au secrétariat pour prendre le rendez-vous pour l'année prochaine, ce qui se fait d'ordinaire en quelques minutes, sauf que  là, quand j'arrive, il y a déjà quatre personnes qui attendent, dans la même situation que moi, chacune avec son papier à la main, et lorsqu'arrive un nouveau, son papier à la main, qui demande à passer tout de suite, "parce qu'il doit juste reprendre un rendez-vous", chacun de lui répondre  qu'il / elle est aussi juste là pour reprendre un rendez-vous, et que, oui, il doit attendre son tour comme tout un(e) chacun(e).

*

Perdican : "[…] On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de la tombe, on se retourne pour regarder en arrière et on se dit : "J’ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois, mais j’ai aimé. C’est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui." (Il sort.)

*

(Pourquoi me souviens-je donc si bien de la phrase en rouge ?)

*

Ils ont toujours l'air tellement pressés, les artisans, dans leurs camionnettes blanches, à trépigner derrière vous, à vous doubler n'importe où, que je me plais à penser que c'est parce qu'ils se rendent -impétueusement- à d'impétueux rendez-vous d'amour

*

(au guichet de la Poste, lancé à la cantonnade)
"Ca doit venir de Goa ou de Beyrouth... "
(un responsable local d'un festival asiatique)

*

De la même façon qu'on peut avoir besoin de manger du riz au lait,
j'ai eu soudain envie de réécouter du Souchon

*

(Le Royal)
si j'habitais Besac, j'en ferais mon Q-G

*

Est-ce que c'est mieux ou moins bien
d'avoir vécu sans famille ?

*

"L'art est ce qui rend la vie plus intéressante que l'art"
(Robert Filliou)
(ça y est j'ai mal à la tête)

*

Béatrice Verhaeghe, Valentine Verhaeghe, Valentine Collet, Béatrice Collet
(récapitulation patronymique & schizophrénique)
(mais qu'est ce qui me prend de parler de ça ?)

*
"- Hier, il y avait un documentaire sur la polygamie
- La Polygamie, moi, j'y suis jamais allé..."

*

 

Posté par chori à 06:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 6 novembre 2017

micro 174

*

Coco, laisse tes rôles...
(noté en hâte une nuit, au réveil)

*

 je vous aime beaux culs

*

 3kg de Larcenet pour 55€, ça nous le met au prix du rôti de boeuf en promo au Super U

*

le journal Marie-Glaire...

*

c'est la nature qui fait tomber les feuilles,
je vois pas pourquoi ça devrait être moi qui me casse le cul à les ramasser...

*

Rodolphe Burger sur scène reprend Family Dingo en version blues, et c'est dommage...

*

 P. s'était engagé à n'acheter que cinq livres, et il fut donc décidé
que, tous les autres livres qui seraient en plus dans le carton,
ce serait F. qui les aurait achetés

*

Scarlett Johansson adore le fromage.

*

 (dans un post) écrit similitaire à la place de similaire

*
Oh oh... Manu Larcenet serait-il contagieux ??
J'ai lu presque tout le coffret, et mon humeur s'en ressent...

*

le backgammon se joue sur un tablier

*

J'ai acheté mon premier pyjama à soixante ans passés

*

Posté par chori à 06:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

dimanche 15 octobre 2017

micro173

*

quelle que soit l'heure à laquelle je me recouche, pendant la journée,
je pense que je suis capable de me rendormir sans aucun problème

*

parking de la Maison des Assoc', plutôt bondé :
un gros con a garé son gros 4x4 de traviole à cheval sur deux places
(pour pas qu'on lui effleure ses portières ?)

*

 "deux gouttes, c'est plus qu'une..."

*

 quand sa fille vient passer le week-end à la maison, elle lui prépare de la blanquette.

*

je fais partie des gens qui croient qu'un truc merveilleux finira bien par leur arriver

*

c'est drôle (et en même temps incompréhensible) :
c'est comme si j'étais tombé amoureux de Manu Larcenet

*

 la route entre Besançon et Vesoul, de plus en plus excédante :
déviations de déviations, et contournements de contournements

*

me suis trompé sur les sens de "rédhibitoire" et de "épiphanie"
(que j'étais prêt à employer tous les deux à mauvais escient -?-)

*

les pièces "fleur de coins" dont m'a parlé le bouquiniste de la rue d'Anvers

*

un panaché en terrasse = trente-et-un cinquante-huitièmes d'une place de cinéma
(un peu plus que la moitié, quoi)

*

le pouvoir apaisant de la douceur de cette lumière automnale

*

 Mylène Farmer a assisté à l'enterrement de Jean Rochefort

*

 

Posté par chori à 09:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 22 septembre 2017

micro172

*

la femelle panda n'est fertile que 48 heures par an.

*

une brosse à dents dont l'emballage affirme (proclame) qu'elle enlève plus de 150% des bactéries de la bouche...

*

" saupoudrer de sel est un pléonasme et saupoudrer de sucre une absurdité"
(peut-être d'ailleurs l'ai-je déjà dit, me semble-t-il)

*

une "bonne action" n'a d'intérêt que si personne d'autre (que celui qui la fait) n'est au courant

*

(soupir) pourquoi y a-t-il autant de sucre dans le chocolat ?

*

les baskets neuves : elles sont flambant trop belles mais un peu dures aux pieds,
tandis que les vieilles, même très moches, sont  trooop confortables, comme des  charentaises

*

Ooooooh... Jeanne Balibar annonce qu'elle va tourner dans le prochain film d'Apichatpong Weerasethakul, en 2018

*

 une confiture qui s'appelle P'tit bisou
(abricot, pêche et un peu de miel)

*

j'adore les soirées improvisées

*
"Ils veulent nous faire payer les pois cassés"

*

 pour que l'automne tombe un 21 septembre il faudra attendre 2092
(j'aurai pas la patience)

*

 

 

Posté par chori à 07:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 27 juillet 2017

micro171

*

(invasion) intensité de la dissémination des graines de pissenlit, cette année

*

réaliser que, finalement, j'investis beaucoup de temps et d'énergie dans un truc (la prog)
dont la majorité n'a pas grand chose à foutre

*

Dans l'Arkansas, les femmes ne pourront pas avorter sans l'accord du père de l'enfant.
La loi, qui devrait entrer en vigueur fin juillet, ne prévoit pas d'exception en cas de viol ou d'inceste.

*

 "J'étais à peine à 100..."
(Catherine)

*

 "Déjà essayé. Déjà échoué. Peu importe. Essaie encore. Échoue encore. Échoue mieux."
(Samuel Beckett)

*

Etonnant de voir, à La guerre du son (festival rock et métal), notre chocolatière locale
(celle qui vend des chocolats à la bonne bourgeoisie locale)
assise dans l'herbe mouillée, version jean et basketts

*

c'est assez difficile de réussir à manger lentement
quand on mange seul

*

un français sur sept ne sait pas nager

*

j'avais envie de faire du riz jaune comme le faisait mon père
et, une chose en entraînant une autre, je me suis retrouvé en train de touiller
mon premier risotto

*

Oh la belle soirée ciné
d'abord Crimes et délits de Woody Allen
puis Queen of Montreuil de Solveig Anspach

*

 La suzanne aux yeux noirs aime le soleil du matin

*

 

 

Posté par chori à 08:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
dimanche 7 mai 2017

micro170

*
mes copines ne mangent des aspics que par temps estival

*

dimanche : la blonde me répugne (me terrifie) et le poupon ne me concerne pas (me désole)

*

Le monde peut tout à fait tourner sans moi (et, de la même façon, moi sans lui)

*

 "Gloire à qui, n'ayant pas d'idéal sacro-saint,
Se borne à ne pas trop emmerder ses voisins"
(Don Juan, Georges Brassens)

*
(convoitise)
Le 11 mai paraîtront, dans La Pléiade, les deux tomes des Oeuvres  de Georges Perec
L'"album" de l'année (offert pour l'achat de trois volumes) lui sera également consacré...

*

 Ce qui est inévitable, on ne peut pas l'éviter,
mais ce qui est inéluctable, on ne peut pas le lucter ?

*
Dans le dernier bulletin municipal n°64 sont évoquées Mr et Mme Damour,
qui habitent rue de la Vierge
(et qui ont une fille, mais dont le nom ne produit aucun jeu de mot)

*

La nouvelle "Correspondance new-yorkaise" de Raymond Depardon dans Libé
me semble beaucoup moins intéressante que la précédente (en 81)

*

samedi 6 mai, 15h28 :
vaut-ce vraiment la peine que je me douche et que je m'habille ?

*

avec un ciel si bas etc.
(comme le chante Brel)

*

les moules chiliennes sont d'une taille exceptionnelle
(à tel point que ça lève presque le coeur)

*

en sortant du bureau de vote, j'ai découvert que la date
tamponnée dans la case du scrutin du jour était le 7 mai 2026

*

 

Posté par chori à 10:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 22 avril 2017

micro169

*

En Russie, un jugement rendu le 11 mai 2016 a ordonné la censure de toute représentation de Poutine en homosexuel.

poutine

*

Aux Pays-Bas, des hommes (politiques ou pas) se tiennent par la main
(et se font photographier) pour dénoncer un attentat homophobe à Arnhem

netherlands-men-hands-m

*

Les tests ADN ont révélé que les  "amants de Pompéi" étaient du même sexe (deux jeunes hommes, donc, de 18 et 20 ans)

amants de pompéi2

*

En Tchétchénie, plus d'une centaine de personnes, "homosexuelles ou soupçonnées d'appartenir à la communauté", entre 15 et 50 ans, auraient été arrêtées lors de "purges préventives", puis déportées par les autorités  vers d'anciennes prisons militaires secrètes, notamment dans la ville d’Argoun, non loin de Grozny, pour y être torturées ou battues à mort, selon le quotidien indépendant russe Novaïa Gazeta, relayé par le Courrier international.

La-Tchétchénie-aménage-ses-premiers-camps-de-concentration-pour-homosexuels-calqué-sur-le-modèle-nazi

 *

le maire d'extrême-droite d'un petit village hongrois veut bannir de sa commune  les musulmans et les LGBT

Le-maire-dextrême-droite-dun-petit-village-hongrois-veut-bannir-«-LGBT-et-musulmans-»-de-sa-commune

*

 

Posté par chori à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]