mercredi 14 juillet 2010

chroniques d'un déménagement annoncé (5)

(étagères vides)

Ça suit toujours son cours. J'ai eu d'ailleurs hier matin un sérieux coup de main de Marie et Manu, qui a bien fait avancer les choses : désormais on voit ce qu'on fait, puisqu'il y a désormais dans l'appart' des choses qui sont vides (et dont le contenu, empaqueté, est désormais entassé dans le garage.
J'ai atteint cet après-midi l'objectif que je m'étais fixé : vider entièrement la grande étagère.
C'est chose faite.
J'en suis venu à bout, avec pas mal de cartons et beaucoup de transpiration (il faisait cet après-midi abominablement chaud), mais voilà le résultat.

P1200806

Ça en valait la peine, non ?

Posté par chori à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 13 juillet 2010

lumières dans la nuit

Samedi 10, c'était la 9ème nuit bleue à Arc-et-Senans
Un événement consacré aux musiques électroniques et à leur "restitution", dans un cadre grandiose, la Grande Saline.
Plusieurs endroits antre lesquels les visiteurs déambulaient (un genre de promenade paisible -apaisée- ,après l'énorme mais somme toute assez bref orage qui avait ouvert les festivités en trombe(s) : on avait cru l'espace d'un instant les festivités gâchées mais chacun s'était ressaisi, la météo y comprise, et on (les organisateurs) avait finalement réussi à allumer les centaines de bougies posées par terre dans des sacs en papier, comme des constellations terrestres célébrant doucement dans l'herbe les calmes flux et reflux de cette nuit d'été.
Car rien n'est vraiment arrêté, aux Nuits Bleues. Tout le mond eva, vient, s'arrête, repart, transhume, de musique en lumière, dedans dehors, avec des casques ou pas (il y a plein de choses à écouter, à entendre, à expérimenter). Dans la "grande pièce" (au plafond de nef, sont installés des dizaines de transats et autant de matelas que les premiiers arrivés, au fait de la choses, se sont rapidos annexés.
On marche donc, en cherchant quelque chose de libre où s'asseoir ou s'allonger, tandis que les enceintes disposées tout autour de la salle crachent leurs sons (qui parfois vous font sursauter quand vous passez très près). on écoute ce qui passe, à de rares exceptions près on ne connaît pas, des fois on aime, des fois on aime moins, on somnole sur son transat (cette année je n'ai pas eu accès aux matelas) on sombre dans une douce rêverie acousmatique (j'ai appris le mot ici) parfois perturbée par des zébrures électroniques des stridences des agressions sonores, mais on préfère quand on se sent soudain comme enrobé dans une vague voluptueusement électronique, une draperie soyeuse, qu'on s'y laisse rouler, doucement.
Oui, il était, samedi soir, beaucoup question de ça, la douceur, et c'est, en tout cas, la sensation que j'en rapporterai.

P1200688

P1200692

P1200680

P1200660

Posté par chori à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 10 juillet 2010

chroniques d'un déménagement annoncé (4)

(désordre)

Cartons, cartons, cartons...

Y en a un peu partout (dans l'appar't et dehors aussi, dans tous les états du carton de déménagement : de "rempli fermé scotché" à "encore plié empilé contre le mur".
Je fais petit à petit, par ci et par là, c'est impossible de vider une pièce entièrement et systématiquement. Je sors des trucs qui étaient dans des cartons pour les remettre dans d'autres cartons, et l'appartement est comme un champ de mines, où il faut marcher prudemment (la nuit on y perd complètement ses repères habituels -en 16 ans pensez donc comme on les a mémorisés, tous ces itinéraires- et il arrive qu'on se replie en accordéon le petit orteil contre un coin, justement, de carton!) , enjamber, contourner, éviter, tous ces ventres ouverts de réceptacles pas tout à fait remplis. Comme des fouilles archéologiques, mais à l'envers, puisqu'on les les remplit au lieu de les vider...
Il y a des sacs-poubelles démesurés, avec tous les machins que l'on jette (mais que ce papier peut peser lourd, c'est affolant), il y a des tas, qu'on ne s'est pas encore résolu à rentrer, manu militari, dans lesdits sacs-poubelles, et des machins qui traînent, qui en profitent, parce que'ils savent bien qu'ils n'ont rien à faire là, mais que dans l'était où on est, on n'aura même pas le courage de leur faire les gros yeux, ni même la force de les ramasser... alors les jeter, pensez donc...
Mais ils ne perdent rien pour attendre.
En tout cas, j'ai été cet après-midi le plus heureux des hommes : j'ai retrouvé, derrière des boîtes en fer empilées au dernier étage tout en bas du meuble de l'imprimante mes ciseaux jaunes, mes ciseaux adorés que j'avais cru perdus irrémédiablement depuis quelques mois déjà...
A quelque chose déménagement est bon...

Posté par chori à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 9 juillet 2010

chroniques d'un déménagement annoncé (3)

(amies)

Et ça continue... cartons, (dé)rangements, tri, (siestes),...
Il fait trooooooop chaud!
et comme m'a dit ma voisine, en insistant un peu lourdement "c'est encore plus dur quand on est tout seul!"
heureusement, lui ai-je répondu que j'ai des ami(e)s (oui, statistiquement, c'est vrai, plutôt des amies ; nous autres gros pédés garçons sensibles, , nous avons beaucoup de copines)
Oui oui, des amies...
Marie, qui la première s'est proposée spontanément pour m'aider à faire des cartons
Catherine qui a mis son Kangoo à disposition pour quelques visites à la déchetterie, et a même poussé la gentillesse jusqu'à m'accompagner pour voir si je trouvais le porte-manteaux de mes rêves...
Dominique qui m'a idem mis son Opel Aginette à dispo pour la déchetterie, et m'a assisté et soutenu dans l'épreuve difficile du choix d'un nouveau matelas à C*nf*rama
Evelyne qui va me filer des cartons aussi, qui s'est proposée pour le nettoyage de mon (vieil) appart quand il sera vide, et s'est même proposée pour préparer le repas à l'avance, puisqu'elle ne pourra être la le jour J...
Manu qui m'apporte régulièrement des petits cartons, et viendra avec marie la semaine pro pour encartonner, justement...

oui, c'est bien de se sentir, entouré, même quand on est tout seul,tu vois, voisine...

Posté par chori à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
mercredi 7 juillet 2010

chroniques d'un déménagement annoncé (2)

(déchetterie)

Donc, on trie, on ouvre des portes de placards quasi-oubliés, on exhume de tiroirs pleines de vieilles choses dont on retrouve certaines avec un... certain (!) plaisir (parfois mêlé d'émotion), et d'autres qu'on jette quasiment sans les regarder.
On fait des tas, des classements :
1) irrécupérable
2) pour la déchetterie (on série : "papier", "verre" tout-venant" etc.)
3) pour Emmaüs
4) on garde
5) on déménagera tel quel (j'ai quelques cartons du précédent déménagement -je souhaite de tout coeur que celui-ci soit effectivement le dernier- marqués "livres / bureau" par exemple, qui n'ont pas été ouverts)

Emu en retrouvant, dans un carton marqué "cuisine" les journaux froissés en boule ayant servi à emballer des ustensiles, des libé datant de 1993! Waouh ça ne nous rajeunit pas!

En transvasant les journaux aussi, retrouver le dernier numéro de NOVA (j'adorais ce journal...) le sauver in extremis du crématorium, ainsi que (allez donc savoir pourquoi) le numéro intitulé "la bite"... Par contre, tous les numéros de TÊTU y sont partis sans un frémissement (de ma part)

A la déchetterie, c'est bien, l'été, il y a des jeunes gens en petit short, torse nu sous des gilets fluo. Bon là, c'était que des dames...Tant pis, on reviendra, hein ?

Posté par chori à 18:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

mardi 6 juillet 2010

chroniques d'un déménagement annoncé (1)

(objets)

Pourquoi y a-t-il autant de choses ?
Et pourquoi en entasse-t-on tellement ?
Je suis dans cet appart' depuis 94. Il me semble que, la dernière fois, j'avais déménagé quasiment avec une brouette et demie...
Là, non.
il y a des choses (les américains diraient stuff) partout. Et je ne sais pas par où commencer.
Ah oui, les cartons. des miens amis m'en ont déjà apporté, de toutes les tailles et de tous les aspects (oui, oui, Chris, finalement les tiens iront très bien pour les DVD et les VHS -oui, j'ai des VHS, et j'avais quasiment résolu de m'en débarrasser, et, pour ce, je les transférais d'un gros carton à des cartons plus petits, et commodes pour le transport, quand, en regardant les titres écrits au crayon sur la tranche des boîtiers - yes pour ça je suis maniaque- voila-t-y pas que je redécouvre que là-dedans j'ai des merveilles (retrouver en quelques minutes LE BAL, UNE JOURNEE PARTICULIERE, O FANTASMA, THE NEON BIBLE, quelques numéros de L'OEIL DU CYCLONE... arghh mon coeur défaille) et que non non ça ne peut pas partir comme ça à la déchetterie, enfin, non mais.
DONC je les range dans des jolis cartons tous identiques (ceux dits "de Christine") et les assortis d'une mesure de clémence et de sursis, pour tri futur et gravage DVD des incunables.
Bref, me voilà bien avancé.
Pour les fringues c'est plus facile, j'ai déjà rempli 3 gros sacs qui vont partir direction Emmaüs (nostalgie et larme à l'oeil en retrouvant des 501 "30x30" mon dieu mon dieu dire qu'un jour j'ai pu rentrer là-dedans...)
Heureusement, il me reste plus de 15 jours. (la date fatidique a été fixée au 22 juillet.)
Et pourquoi fait-il si chaud, hein, je vous le demande , (peut-être pour que je réalise combien je serai bien dans la nouvelle maison, là-bas, où il ne fera certainement pas 30° comme il doit faire ici aujourd'hui...)
Bon, j'y retourne.

Posté par chori à 15:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 4 juillet 2010

beau temps (mais orageux en fin de journée)

Les Eurocks sont au début des vacances ce que la Foire au livre est à celles de la Toussaint : un passage obligé.  A Belfort. On avait longtemps hésité avec Manu : samedi ? dimanche ? samedi ET dimanche ? (parce qu'ici ça coûte cher : 7 fois le prix de Rencontres et racines,tout de même...)
Et puisque Libé ne faisait pas gagner cette année de places, on a donc choisi le samedi. Parce que The Hives, parce que XX, parce que Ghinzu. Et comme la dernière fois, c'est le prermier concert, vu à l'arrivée et dont on n'attendait pas forcément grand chose, qui a été une excellente surprise : Emilie Simon.
Tandis que le concert de The XX a été la déception du jour. Les voix passaient très mal (on aurait dit une sorte de grincement caverneux pour celle du monsieur) et, mais je l'avais dit à Manu avant, peut-être que la dimension intimiste du groupe passait mal la rampe du big show. On n'est pas resté jusqu'au bout, d'ailleurs.
(On a vu aussi des bouts d'Airbourne, de radio radio, et d'Hindi Zahra...)
Il faisait trèèès chaud, une menace d'orage pesait pour la soirée, avec lumières tournantes d'éclairs de chaleur de plus en plus menaçants, et ça n'a pas loupé, les premières gouttes sont tombées avant le début (annoncé) de The Hives. Il s'est mis à pleuvoir dru, ça n'a pas duré très longtemps, puis ça a remis ça, puis ça s'est arrêté, puis ça a recommencé, etc.
Les Hives n'en finissaient pas de ne pas commencer, et quand ils sont enfin arrivés, la -certes- remarquable énergie de leur set n'en a pas fait oublier la brièveté (bon, d'accord, on est partis juste avant le dernier rappel mais on avait une bonne excuse : il s'était remis à pleuvoir, et les gens partaient tous en masse pour s'abriter sous le chapiteau où le concert de Ghinzu n'allait pas tarder à commencer.
Bien sur, la terre rouge habituellement très poussiéreuse par beau temps sec s'est, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, transformée en joyeuse gouilllasse où tout le monde patouillait (les bords du chapiteaux, avec leurs gouttières y afférant, étaient spécialement et délicieusement marécageux).
Mais on n'allait pas se laisser arrêter par trois gouttes, hein ? Manu avait un joli poncho imperméable en sac-poubelle recyclable, et moi j'avais pensé à prendre mon vieux k-way, hi hi! On a réussi à se faufiler pour assister  à presque tout le concert de Ghinzu, qui a été une merveille.
On était d'accord tous les deux, en repartant - à 3h du mat!- :
1) GHINZU
2) EMILIE SIMON
3) THE HIVES
Ça faisait plaisir, à une semaine d'intervalle, de se remettre dans cette même ambiance joyeuse et décomplexée de jeunes gens (et d'autres pas si jeunes) torse-poil, chapeau de paille, élastique du calbute au vent, yeux plus ou moins vitreux mais avec généralement ce sourire et cette bonhomie qui vous donneraient envie (à moi en tout cas) de photographier tout ça avec gourmandise... Ce que j'ai fait, mais juste un peu, tant donné qu'on est quand même arrivé assez tard...

P1200173

P1200193

P1200213

P1200256

P1200298

P1200191

etc.

Posté par chori à 14:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
samedi 3 juillet 2010

voilà

Ca y est
Ouf
Enfin

(quoique...)

c'est les vacances

(bon, plus d'excuses, il va falloir commencer à y penser sérieusement, à ce déménagement...)

Posté par chori à 09:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 30 juin 2010

mélancolique (frénétique)

Voui, voui, comme un vent de spleen qui soufflerait par ici, un genre de vent chaud , chargé de grains de sable qui parfois piquent les yeux (fœhn , sirocco ?), en cette fin d'année scolaire où, encore une fois, tout va à la fois bien trop vite et pas assez.
Départ hier en retraite de R., qui était en même temps que moi à l'École Normale (drôle de nom, oui, quand on y pense) avec petite "non-cérémonie" officielle, qui me met dans un drôle d'état (entre les j'aurais pu, j'aurais du, j'ai ma conscience pour moi, que les personnes présentes diversement suscitent, entre ceux qu'on n'a pas envie de voir, ceux qu'on est très content de revoir, ceux à qui on n'a rien à dire, ceux avec qui on est fallacieusement poli,etc.) d'autant plus qu'à l'école aussi en ce moment ce n'est pas forcément la joie avec l'affaire dite "des mères de trois enfants" (qui prouve une fois de plus, s'il était encore besoin de le prouver l'extrême mépris avec lequel le gouvernement traite les "enseignants"), affaire qui pourrait bien bouleverser le miraculeux équilibre de notre chère petite équipe un peu plus brutalement et prématurément que nous ne l'aurions souhaité...

Posté par chori à 09:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
mardi 29 juin 2010

cigales dans la fourmilière

merci à

P1190951

mes trois muses (Manu, Marie, Catherine) d'avoir un peu insisté pour m'emmener dimanche après-midi  à "Rencontres et racines" (Audincourt) où j'ai -nous avons- passé je l'avoue un moment délicieux...

On était a priori venu pour ça :

P1190833P1190991P1200021

mais j'ai assez vite réalisé que ça

P1190839

ou ça

P1190895

ou encore ça

P1190944

, par exemple, était plutôt plaisant à regarder....
J'ai donc regardé.

:o)

Posté par chori à 20:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,