vendredi 1 janvier 2010

niouille heure

P1080061

On ne voit pas très bien, mais c'était cette nuit, dans la voiture de Marie, à 3h du mat', voilà, c'était 2010, on roulait dans le brouillard mais c'est pas grave, personne sur la route, une certaine quiétude, après avoir terminé l'année de délicieuse façon, en rigolant comme des baleines (on a joué à Time's up! Je vous le recommande, c'est du bonheur...). Oui, quelle meilleure façon de passer à l'année suivante aurait-on pu souhaiter...
Comme le fut celle de commencer l'année suivante, 2010, donc, en se réveillant presque à midi, et, pour reprendre contact avec le monde environnant, en lisant  une nouvelle, puis deux, du Naufrage de la Vesle Mari, le dernier dernier volume des racontars arctiques... que du bonheur vous dis-je!

Et vous en souhaiter, donc, à vous, lecteurs réguliers ou occasionnels, ou même passant(e)s de hasard sur ce blogchounet, la meilleure des années 2010 (ou tout au moins la moins pire!)

Posté par chori à 14:35 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

jeudi 31 décembre 2009

24... works

(encore une fois, je pense que ce ne sont pas vraiment les films qu'on aime, mais plutôt les souvenirs qu'on en a...)

Voici donc "mes" quatorze films pour 2008 :

19061091_w434_h_q8019039997_w434_h_q8019129930_w434_h_q8019084827_w434_h_q8019062398_w434_h_q8019074105_w434_h_q8019081692_w434_h_q8019113284_w434_h_q8019015872_w434_h_q8018994929_w434_h_q8019138554_w434_h_q8019062292_w434_h_q8019146661_w434_h_q8019111624_w434_h_q80

Oui, en 2009 j'ai aimé des "gros machins" (Tarantino, Allen, Resnais, qui m'ont, dans chaque cas, réconcilié avec leur auteur par rapport au(x) film(s) précédent(s) que je n'avais pas aimé(s), voire détestés), et des "petits trucs" ( questions moyens financiers je veux dire : Adieu Gary, Inland, La fenêtre, Sita,Tu n'aimeras point, A travers la poussière étant le plus extrême, film kurde vu par environ quinze spectateurs... Tous ceux-là sont "petits" mais sacrément costauds!), j'ai aimé des films de réalisateurs que j'aimais déjà beaucoup avant (Still Walking, La Femme sans tête, 24 city) et d'autres de réalisateurs que je ne connaissais pas encore (le bal des actrices, Sita, Tu n'aimeras point) ou même de réalisateurs que je n'étais pas sûr d'aimer, (35 rhums), je me suis forcé à aller voir des films que j'ai vraiment beaucoup aimés (Sita, Quatre nuits, Adieu Gary, La femme sans tête)...
J'ai aimé une résidence, un papillon sur un mur, un conducteur de train, un rice-cooker, une friche industrielle, un fils à l'oeil de gazelle, des soldats kurdes, des résistants et des nazis d'opérette, un topographe, une conductrice amnésique, un vieillard qui meurt, des actrices, qui s'amusent, joey starr, un voyeur nocturne, une déesse hindoue, une famille japonaise, des amants ultra-orthodoxes, un vieux con grincheux..., au Majestic (Vesoul), au Plazza Victor Hugo (Besançon), au(x) MK2 Beaubourg, Bibliothèque, Quai de Seine etc., au (zut je ne me souviens plus du nom de la salle où j'ai vu A travers la poussière...)

Posté par chori à 07:03 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
mercredi 30 décembre 2009

pariscope

19211388

HONEYMOONS
de Goran Paskaljevic

Un film serbo-albanais, le premier du genre. Deux couples, un serbe et un albanais, tentent de fuir leurs pays respectifs. Ca ne finira pas bien, ni pour l'un ni pour l'autre. Quand on lit la bio  et les intentions du réalisateur, inattaquable. quasiment. Pourtant un peu faiblard, mollasson (à la fois la mise en scène et les acteurs...). Un peu dommage, quoi. J'avais été beaucoup plus touché me semble-t-il par son Songe d'une nuit d'hiver...

19099753

TETRO
de Francis Ford Coppola

Dans un noir et blanc magnifique (avec un peu de couleur quand même... oui oui comme dans Rusty James...), quelque chose d'énorme, qu'on pourrait résumer par, soyons honnête, un vrai mélo des familles. Avec des belles choses et d'autres plus... folkloriques dirons-nous. Je dois reconnaître que je préfère sans hésiter Coppola à Scorsese, par exemple. (qui se souvient de Peggy Sue got married ? j'avais adoré ça...) Techniquement c'est impeccable. Scénaristiquement c'est moins sûr. (La danse était-elle vraiment indispensable ?) Mais bon faut le reconnaître : le jeune frère de Vincent Gallo est mimi comme tout.

19211318

AVATAR
de James Cameron

Ciel! J'ai pris part à un phénomène de masse!  Heureusement c'était le matin, et au MK2 Nation, et donc, ni foule ni stabulation. Tout ça hélas  pour me voir confirmer ce que je craignais depuis un certain temps : je n'ai quasiment aucune vision stéréoscopique. Dommage pour moi. Mon voisin avait l'air de se régaler. Des bonnes choses quand il s'agit d'évoquer la planète et ses habitants, mais des grosses bourrinades pour le reste (rhalala les quarante dernières minutes avec l'affreux Rambo de mes deux...). Et le (toujours) grand plaisir de revoir Sigouney Weaver, dans un rôle de grande gueule style Ripley dans Alien. Quant à l'affiche, elle m'a agréablement rappelé les vieux Anticipation Fleuve Noir que je dévorais quand j'étais gamin.

19201618

QU'UN SEUL TIENNE ET LES AUTRES SUIVRONT
de Léa Fehner

C'est pas parce que la réalisatrice est une amie de la fille du copain de Malou, mais j'ai trouvé ça plutôt très bien. Malgré un début un peu inquiétant (ça ne joue pas très juste), le film met en place plutôt intelligemment sa triple intrigue de parloir(s) (trois situations pas conventionnelles et -a priori- invraisemblables). Une mère et l'assassin de son fils, une demoiselle mineure et le père son futur enfant, un caïd et son sosie... Apreté, émotion, amertume. Pas très loin, finalement, mais en tout cas complémentaire, du bel A côté, de Stéphane Mercurio.Une mention spéciale à Reda Kateb et une autre à Pauline Etienne.

19210962

LE PERE DE MES ENFANTS
de Mia Hansen-Love

On ne devait pas tous aller voir ça, au début. Pour cause d'affluence avatarienne au MK2 Bibli, on est restés "groupés". Le film n'a pas convaincu dans l'ensemble. (Les trois filles étaient quasiment contre moi et me sont tombées sur le râble à la fin). Agréable, mais ne mérite certes pas la couronne de dithyrambes tressée par les Cahiaîs. Personnellement j'ai plutôt bien aimé, et préféré la première partie (avant la mort). Une chronique familiale touchante mais bon, sans plus quoi (avec quelques scènes horripilantes de bonnes intentions...)

PRIMITIVE
d'Apichatpong Weerasethakul

Une installation vidéo de mon Apichatpongounet au Musée d'Art Moderne, je n'allais pas manquer ça... Je suis resté -véritablement- scotché dans la dernière salle, où deux -grands- écrans voisins diffusent deux films peut-être aussi voisins : celui de droite a la parole (et les sous-titres), avec de splendides images rouges où il serait question de jeunes gens et de machine à voyager dans le temps, celui de gauche n'a que les images et les bruits (d'autres jeunes gens). On peut tenter de les regarder tous les deux en même temps, ou d'abord l'un (en entier) puis l'autre (idem) ou enfin tous les deux alternativement. J'ai essayé les trois solutions. Je n'arrivais plus à quitter la salle. Après être sorti pour visiter l'expo de peinture voisine (j'avais pris un ticket groupé) que j'ai parcouru au petit trot, je n'ai pas pu m'empêcher de revenir voir Primitive une dernière fois. Je ne comprends pas pourquoi ce cinéma-là me fascine aussi manifestement. J'ai retrouvé des sensations éprouvées devant Syndromes and a century : une certaine douceur extrême, une façon de voir (et donc de montrer), quelque chose de très simple en apparence et de très beau (de très mystérieux aussi), et qui (je l'ai déjà écrit juste en dessous) me débarbouillerait l'âme, d'une certaine façon sans que je puisse du tout expliquer pourquoi ni comment.

Posté par chori à 23:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 29 décembre 2009

micro74

*
J'ai mangé de la blanquette de poulet hallal

*
"Chine chic et Chine cheap"

*
la plupart des boulangers sont rebeus dans le XXème

*
deux départs "cinématographiques" à quelques heures d'intervalle :
Y (gare de Lyon) et A (Les Halles)

*
cette installation vidéo d'Apichatpong Weerasethakul
(la dernière salle surtout) qui me "débarbouille l'âme"

*
le pliage des pétales extérieurs des fleurs de lotus

*
vu Roland Bacri, pas rasé, sortir de chez Dalloyau,
et y entrer à nouveau cinq minutes plus tard

*
comme pour la cuisson des légumes vapeur de Malou,
alterner des couches de tristesse avec des couches d'autre chose

*
Passe au petit trot un jogger au cul superbe,
duquel le mouvement détourne mon regard des photographies exposées,
le temps de le voir disparaître

*
vraiment pas de bol au scrabble

*

Posté par chori à 10:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 28 décembre 2009

de retour

choses que je fais quand je rentre de "vacances" :

1) ouvrir la porte
2) poser la valise
3) allumer l'ordinateur
4) aller chercher le courrier
5) ouvrir les volets
5 bis ) ôter mon manteau
6) dépouiller le courrier (en général ça se passe aux toilettes!)
7) aller faire un tour sur l'ordi : blog, mails, etc.
8) ouvrir la valise
9) trier ce qu'il y a dans la valise : le linge sale, les cadeaux, etc
10) démarrer une lessive
11) ranger la valise
12) ouvrir le frigo pour en faire l'inventaire succinct
13) aller au Super U pour remplir le frigo... (tiens, j'y vais de ce pas!)

Posté par chori à 14:08 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

lundi 21 décembre 2009

poils

MAX ET LES MAXIMONSTRES
de Spike Jonze

C'était en quelque sorte une séance pédagogique, avec Marie, ce mercredi, nous étions là pour vérifier si nous avions bien fait de décider de ne pas y emmener tous nos enfants... Spike Jonze a réalisé un film de sale gosse (et nous le souligne graphiquement dès le prégénérique) mais, pour le voir, il me semble qu'ils doivent avoir un certain âge, sous faute de les voir s'enfuir de la salle en hurlant (comme la légende veut que cela se soir produit aux premiers screen tests) ou, à défaut, de se piquer une sacrée trouille (il ya quelques scènes susceptibles "d'impressionner les plus jeunes"...)
Le bouquin adapté est un classique, et, il faut reconnaître que les images en ont été adaptées au petit poil près (les Maximonstres ont été fidèlement reconstitués, ainsi que Max avec son petit costume de chat (qui m'avait fait un peu rêver lorsque j'étais plus jeune))
Le hic d'une possible adaptation, au fil de toutes ces années, était la minceur de l'intrigue de l'album originel (les images ici ont beaucoup plus d'importance que les mots) mais Spike Jonze a relevé le défi et a su "étoffer" chacune des pages, faisant de sa chaque image un vrai petit chapitre, en y rajoutant donc des péripéties  (induites par le contenu de l'image, ou carrément inventées.)
C'est très plaisant, même en VF (j'aurais bien voulu entendre en VO ce gros poilu de James Gandolfini doublant ce gros poilu de Carol) où, bizarrement une seule voix de doublage est connue (et immédiatement reconnaissable) celle de Charlotte Gainsbourg (qui double KW), ce qui m'a d'ailleurs un peu gênouillé, car on n'entend  que la voix de Charlotte, et plus celle du personnage), gentiment iconoclaste...
Les Maximonstres sont fidèles à leur réputation : des joyeux fêtards, des gros bordelleurs, mais aussi  en fin de compte, des sensibles sous leur aspect... monstrueux, toujours sur le fil entre violence et passion, juste une petite troupe d'esseulés, des grands / gros enfants sans parents qui cherchent surtout quelqu'un qui les aime, à défaut de les fédérer ("Tu es le premier roi qu'on n'aura pas mangé" lui dira Judith, au moment de le remettre dans son bateau.)

Comme le chantait France Gall : "au secououours, j'ai besoin d'amououour..."

19164303

19169727

19076395

Posté par chori à 09:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 20 décembre 2009

ça caille

Le site météo l'annonce de bien sibylline façon :

"DIM 20
matin : ciel couvert
min -14°C ressenti -21°C
max -4°C  ressenti -11°C

Bon, ben je confirme, la météo ici, c'est vachement plus près du ressenti! Il a bien dû faire -20 cette nuit, et du coup  ce matin, bingo, plus d'eau ! les canalisations ont gelé je pense. On est dimanche, qui donc les dégèlera ?
Pas de toilette matinale donc (je ne vais pas me débarbouiller à la St Yorre, quand même!), et pas de toilette(s) non plus! J'ai dû aller faire mon caca matinal dans celles de l'école! (où les traces laissées dans la neige tombée cette nuit m'ont prouvé de façon indubitable qu'il y a des mecs qui viennent y faire pisser leur chien pendant la nuit , justement!)

gling gling gling (sur l'air de "vive le vent...")

Posté par chori à 09:24 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
samedi 19 décembre 2009

"children..."

MEDEE
d'Euripide
Mise en scène de Laurent Fréchuret

Réalisé assez rapidement que cette pièce n'est, finalement, que la suite de Jason et les argonautes, présenté il n'y a pas très longtemps dans le cadre d'Ecole et cinéma.
Réalisé aussi que le personnage en est beaucoup moins kitscho que l'actrice sixties (j'ai oublié son nom) qui l'incarnait dans le susdit Jason. Catherine Guermain, ici,  est impressionnante de simplicité (robe rouge, pieds nus, cheveux défaits, longs bras maigres) face à (soyons honnête) celui sur le nom de qui j'étais venu voir la pièce, Jean-Louis Coulloc'h, qui incarne Jason (Un Jason robuste, certes, au physique impressionnant -il finit hmmm la pièce torse nu- mais également un Jason pitoyable, vaniteux, veule, macho, bêta, tout au moins pendant une grande partie de la pièce.)
Le dispositif scénique est clairement pluricul/multimed : sur scène, des musiciens s'accordent (guitare, violon, batterie) , une femme à cheveux roux/ras se maquille (ce sera le Choeur) tandis qu'est projeté format géant sur tout l'espace du fond de scène un film de famille (papa maman les enfants) plutôt joyeux comme savent l'être les films de famille en super-8, derrière le quel une bascule lumière va progressivement nous faire apparaître un Médée prostrée dans une haute maison de bois (j'ai beaucoup aimé cette façon de nous faire passer quasi insensiblement de la salle à la scène  sans qu'on sache vraiment à quel moment ça a commencé, on y est tout à coup et c'est tout) tandis que la musique monte et sinue...
Je ne connaissais grosso modo que le noeud de l'intrigue : Médée va employer les grands moyens pour faire le malheur de ceux qui ont voulu la chasser, et, après avoir fait mourir la future jeune épouse de son ex dans d'atroces souffrances grâce à un voile magique apporté par ses enfants (ceux qu'on a vu rigoler avec papa Jason et maman Médée dans le film du début) va égorger ces enfants-là pour que sa vengeance soit complète. Dieu merci tout cela est hors-champ, figuré par le récit (la mort de l'épouse) ou par l'image (la scène précédant la mort des enfants est une belle et impressionnant montée -dans tous les sens du terme- Médée grimpant sans fin les escaliers de bois qui mènent à son crime tandis que la musique -il n'y a plus me semble-t-il à cet instant que la guitare électrique- l'accompagne dans des riffs lancinants et de plus en plus forts. Un grand moment assurément de climax après lequel il ne restera plus grand-chose à dire. La douleur de Jason, qui finit immobile, à mi-hauteur, à l'endroit même ou Médée se tenait au début de la pièce, tandis que cette même Médée vient elle s'installer à la table où se maquillait le Choeur en ce même début, et, se démaquillant, désormais seule en scène dans un pinceau de lumière, lance juste avant le noir final, se détournant de son miroir, un regard au public d'une force extrême.
Laurent Fréchuret m'avait déjà ravi avec son Roi Lear, et continue ici -avec quasiment le même bonheur- son entreprise de "dépoussiérage", ou, en tout cas, de relecture des  standards du théâtre, (la traduction du texte est nouvelle) même si, dans le cas présent, j'ai pu être par instants -au moins au début- un poil gêné par cette volonté d'enfoncer un "coin" quasiment comique (le personnage de Jason) dans la bûche de la tragédie pure et dure, comme une fissure, pourtant (assez vite) refermée, le Jason de la fin étant presque un autre personnage.

Posté par chori à 23:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 13 décembre 2009

micro73

"Ma nature profonde c'est de rester chez moi pour ne pas faire grand-chose."
(Charlotte G.)

*

La dernière image de "la maison aux fenêtres qui rient" me terrifie complètement.

*

La mixture au chlorure de magnésium (sensé tout guérir) qu'Evelyne m'a préparée
a un goût vraiment dégueulasse

*

(quand) le coeur n'y est pas

*

à la radio, je tombe sur "Et maintenant", et, pendant un certain temps, je pense écouter "Non rien de rien"

*

un fond de tristesse aussi persistante qu'irraisonnée, comme un dépôt calcaire

*

des odeurs fantômes

*

percevoir confusément qu'on n'a peut-être jamais été ni au bon endroit ni au bon moment

*

la première neige se fait attendre (le froid, lui, est déjà là)

*

la très jolie tomate va bientôt basculer dans le néant

*

avoir subitement les larmes aux yeux en lisant ce mail de Charlie

*

Posté par chori à 23:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
mardi 8 décembre 2009

à vue de nez

Pfff! je n'y comprends rien... Alors que, hier soir, je pensais que "c"'était définitivement parti, éteint, envolé, disparu (je ne sentais à nouveau plus rien de rien de chez rien) voilà que ce midi, retournant au FJT avec Manu et Marie, c'est soudain revenu (la sauce du poisson n'était pas terrible, ça rappelait un peu le désodorisant des toilettes, et les pompiers, hélas, NE SENTENT RIEN.) Ce soir, au repas, c'était encore là (les pâtes au pesto / la tomme de chèvre / la mousse au café / l'orange, j'ai senti tous les goûts) et voici qu'à nouveau il semble que ça s'estompe.
Pourquoi est-ce que c'est, comme ça, en pointillés ?
C'est exaspérant.

Posté par chori à 21:42 - - Commentaires [3] - Permalien [#]