lundi 17 octobre 2016

comme ci, ou comme ça

 

Par la fenêtre de la cuisine, trois roses rouges, une trémière rose, un appareil-photo, des réglages, un instant, quasi pas de recadrages, et des choix à faire...

DSC07358

DSC07357

DSC07360

DSC07361

Posté par chori à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 15 octobre 2016

l'un ou l'autre (par surprise)

De concert hier soir à Scey/Saône.
J'y suis allé avec Catherine, invité par Manue que je n'avais pas vu depuis longtemps, revoir Pépin et Coralie (avec qui j'étais déjà hier soir chez Claude W. pour du théâtre en appartement) mais surtout pour voir GRAND BLANC, qu'on avait beaucoup apprécié (et découvert en même temps) avec Manue justement, aux Eurocks il y a deux ans (déjà!). Il y avait une "première partie", JESSICA93 (prononcez jessica neuf trois) que je ne connaissais absolument pas. Dont je n'attendais rien.
Quand on est arrivé, ça venait juste de commencer, et je dois dire que ça m'a fait illico dresser l'oreille... "C'est très fort" a prévenu Manue. Oh oh. On y est donc allé, (c'était effectivement très fort mais ce très fort là n'était pas du insupportable, au contraire), et j'ai été surpris de voir un mec tout seul sur scène, et qui puisse produire une telle intensité sonore. Une déflagration sonique sidérante à mes oreilles dès la première seconde, et ce pendant toute l'heure que dura le concert. Un petit  barbichu à casquette et à t-shirt noir dont je suis tombé aussitôt musicalement & sonorement amoureux (J'étais tellement bien dans ses morceaux que j'en ai presque regretté d'avoir arrêté de fumer des pétards en 2006...) avec juste guitare, basse, et boucles magnétiques commandées au pied. C'est comme si je venais de rencontrer "ma" musique, celle qui correspondait exactement au moment, à l'intensité, au plaisir. Immersion, fascination. Un gros choc. Un ÉNORME coup de coeur. Aussi énorme que la puissance du son que je sentais vibrer dans mon ventre et tout le reste. J'en ronronnais d'aise, en secouant la tête et en battant du pied. Avec certains morceaux plus addictifs que d'autres, même si on ne comprenait rien aux paroles. J'étais dedans, j'étais bien (et pourtant ça n'avait rien à voir avec mathieu Boogaerts, hormis le fait qu'ils étaient seuls en scène tous les deux, avec un dispositif scénique "minimal". Et plus c'était fort plus j'aimais ça. (j'ai quand même fini par mettre mes bouchons oragne dans les noreilles).

Il a fini son set assez brutalement, a posé la guitare (ou la basse, je n'y (re)connais rien), puis fait un geste de la main pour dire au revoir c'est fini, et les lumières se sont rallumées et c'était effectivement fini. Pas de rappel ? Non. Et j'étais triste que cela soit fini. j''en aurais bien repris une lichette. J'ai profité de la pause pour aller acheter le cd du"onemanband" qui était en vente, sans même savoir si ce qui venait d'être joué y figurait ou pas... j'écouterais plus tard.

Du coup j'ai eu un peu de mal à rentrer véritablement dans le le concert de GRAND BLANC (pour qui, rappelons-le, j'étais venu, tout de même). J'ai trouvé ça au début un peu froid,timide, faiblard, (la sono était impitoyable pour les voix qu'on ne discernait pas toujours) et il n' y a que dans les moments forts que je m'y retrouvais, les belles montées un peu épileptiques, stroboscopiques, les déchaînements où je reconnaissais enfin avec plaisir le groupe qui m'avait enthousiasmé à Belfort. Mais j'avais du mal à apprécier pleinement, c'est comme si j'avais la tête et les oreilles encore un peu ailleurs ailleurs, -du côté de JESSICA93 par exemple-. D'autant plus que ça a été plutot bref, torché rapidos, une petite heure, le concert a fini par Samedi la nuit  -qui il faut le reconnaître a tout à fait tenu ses promesses-, puis Petite frappe en rappel. Oui, juste un morceau et c'est tout. Et c'était fini. Déjà ? Oui, un peu frustrant, oui.

Jlus tard j'ai décellophané le cd et j'ai commencé à l'écouter en rentrant, de chez Catherine à chez moi. Et j'ai retrouvé instantanément le même plaisir. Je suis allé fouiller un peu sur le ouaibe pour en savoir un peu plus sur ce jeune homme à casquette dont la musqiue me séduisait autant. j'ai atterri sur le site de Et mon cul c'est du tofu où on pouvait télécharger gratuitement leur album précédent ainsi qu'un maxi... A deux heures du mat' j'étais encore en train de les écouter...

 

des images trouvées de Jessica93 sur le ouaibe... :

http://www.journalventilo.fr/wp-content/uploads/2014/11/Jessica-93.jpg
(hier soir, il n'était pas à capuche mais à casquette...)

et de grand blanc aussi :

http://file.concertsenboite.fr/wp-content/gallery/grand-blanc-cargo-de-nuit-arles-18-04-2015/Grand-Blanc-Cargo-de-Nuit-Arles-18-04-2015-8.jpg

https://static1.squarespace.com/static/5162ddf1e4b0b72aa9510001/56e1618f2eeb812f6332ec96/56e1621320c64780c251dbfe/1457611291181/DSC_2094.jpg
(la très jolie chanteuse/clavièredu groupe)

 

 

Posté par chori à 16:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vaquero

RODEO
de Gabriel Mascaro

Un film surprenant. Une approche quasi documentaire centrée autour de quelques personnages : Iremar, le beau cow-boy barbu, Galega la blonde frisée qui l'accompagne, Cacà la jeune fille de celle-ci, et Zé le copain grassouillet. Tous nomades, forains, itinérants. Iremar et Zé s'occupent de préparer les taureaux lors des vaqueradas, un genre de rodéo typiquement brésilien. Ils sablent les queues de leurs animaux (le sport consistant pour les cavaliers à tirer le taureau par la queue et à le retourner, ce qui est assez physique. Galega danse déguisée en taureau, et Cacà ne rêve que de chevaux... On suit  ces gens, simplements, au fil de leurs jours et de leurs nuits, certains pourraient dire que "l'intrigue amoureuse n'est pas très développée" (c'était un vieux gag récurrent, quand on sortait, plus jeune(s), d'un film où "il ne s'était pas passé grand-chose", genre Tarkovski, Garrel, Hanoun). Et bien là, il ne se passe rien de plus que juste la vie de ces gens, et j'ai trouvé ça formidablement bien.
J'ai eu une explication partielle en fouinant sur allocinépointfreu : le réalisateur est celui-là même qui avait déjà réalisé Ventos de Agosto, qui m'avait déjà fasciné de la même façon. Vie de gens "simples". Vies pas si simples que ça. Avec des personnages légèrement -et délicieusement- twistés. Avec juste la petite pointe d'inattendu qui fait du bien. Iremar le beau barbu farouche ne rêve que de coutures de robes et de travaux d'aiguille. Gabriel Mascaro transcende la bourrinerie ambiante, sans éclats, sans façons, il nous l'irise et nous la (j'ai du mal à trouver le verbe exact, où il serait question de réalité augmentée, sans paraître pédant). Transcende ?
Ce qui est absolument fascinant, c'est que de cette réalité brute, brutale, puante, violente, "virile", (les mecs bossent littéralement dans la merde) le réalisateur tire un film élégant, touchant (je n'ose pas écrire "poétique") extrêmement sensoriel (une longue et magnifique  scène d'amour nocturne dans un atelier textile désert vient quasiment clôre le film, et fait écho à la même scène dans Ventos de agosto, dans une remorque pleine de noix de coco) parce qu'attentif à ces personnages, respectueux de leur identité
En plus, deux très jolies scène de QV : une douche collective des cow-boys, en clair-obscur (à claire-voie), et un très sympathique (et naturel petit pipi du matin... Du réel poétisé, vous disais-je.
(et un troisième excellent film cette semaine, après Nocturama et Jeunesse... et toujours à 5€, vous répète-je...)

536335

(et pour mémoire l'affiche du film précédent...)

026677

Posté par chori à 06:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 14 octobre 2016

portefeuille

DSC07255

Tout ce qu'il y avait dans mon portefeuille, et qui fut rapporté aux Objets Trouvés par je-ne-sais-pas-qui (qu'il ou elle en tout cas en soit mille fois remercié(e)), sans toutefois le portefeuille en question, ni la carte bancaire ni les 25 ou trente euros... (On se saurait tout avoir). Et encore mille mercis à Hervéchounet qui fit le déplacement à Paris tout exprès ou presque.

Posté par chori à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 13 octobre 2016

ohé ohé capitaine abandonné...

JEUNESSE
de Julien Samani
M'est revenue en tête cette ritournelle (d'un autre âge) tandis que je cherchais un titre idoine à la présente chronique... Et c'est vrai qu'il y a un peu de ça, tout de même. D'après un récit (de jeunesse) de Joseph Conrad, l'histoire d'un jeunot qui "aimerait débarbouiller ce gris en virant de bord"  et s'embarque donc quasiment de force sur un rafiot pourri à destination de l'Afrique.
Ce qui est déjà intéressant a priori, c'est que cohabitent à ce bord trois générations d'acteurs, qu'on aima (qu'on aime) chacun en son temps et à son tour, et qu'on a là tous les trois en même temps : le moussaillon c'est Kévin Azaïs (déjà trop bien dans Les combattants et Ni le ciel ni la terre) l'officier c'est Samir Guesmi (oh Camille redouble, L'effet aquatique) qu'on porte dans notre coeur, et le capitaine c'est Jean-François Stévenin (dont on tomba amoureux fin 70 début 80, entre Passe-Montagne et Barocco, c'est dire).
En plus c'est dans un bateau, et, si on a toujours aimé les histoires de bateau (promiscuité virile, etc.),  depuis quelques temps on les adore encore plus (Fidélio, Erotica exotica etc., Léviathan). On frétille déjà avant d'embarquer, et on se sent le pied, non mieux le coeur, marin. A l'abordage!
D'autant plus que le réalisateur est Julien Samani, et on a déjà programmé dans le bôô cinéma son premier moyen métrage, (La peau trouée) sur les chasseurs de requins. (Déjà des bateaux, des rudes gaillards, des avanies, des contusions, des éléments déchaînés, mais là c'était pour de vrai.)
Ici les texte de Conrad et la voix du narrateur -Patrick Grandperret- nous précisent bien qu'il s'agit d'une fiction. Enfin, pas que d'un documentaire. Ou plus que. Dès le début, même si encore à terre, on est déjà embarqué par le talent du réalisateur à scénariser l'espace. Oui, Julien Samani possède une intelligence foudroyante du cadre, remarquable, de tous les plans, et on s'accroche sur notre fauteuil dès lors qu'il y a du tanguage et du roulis (qu'il soient strictement maritimes ou plus généralement humains.)
Récit d'apprentissage, donc, mené de main de maître (de quartier-maître ? non, je n'y connais rien en grades de marins) par un réalisateur dont on attend la suite (et dont on a presque failli avoir la visite dans le bôô cinéma, une de nos adhérentes ayant l'entregent adéquat -et non non ce n'était pas Zabetta pour une fois- mais les délais étaient trop courts, mille sabords!).
Pour la prochaine fois, c'est sûr, on prend rendez-vous! (je trouve que, en ce moment, "on" ne passe que des bons films, et j'attends avec impatience le Rodéo de demain...)

103118

(je trouve l'affiche assez moyennement réussie...)

Posté par chori à 06:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 12 octobre 2016

tout ça dev(r)ait finir par arriver 2 (version longue)

NOCTURAMA
de Bertrand Bonello

Un des plus beaux films de l'année est programmé cette semaine dans le bôô cinéma.
Mauvaise pioche, il n'a droit qu'à quatre séances : deux à 20h30 et deux à 13h40 (séances dites "de retraités"! -qui d'autre peut aller au ciné ces jours-là à ces heures-là ?). C'est vraiment dommage, c'est vraiment rageant, et qu'on ne vienne pas me dire, dans ces conditions, que "le film n'a pas su trouver son public". Ca s'appelle une exécution en règle, c'est tout. Et tiens, coïncidence ?, c'est un peu de ça dont il est question dans ce film.
J'avais eu la chance et le grand plaisir d'assister à l'avant-première du film la dernière fois que j'étais à Paris, au cinéma du Panthéon, en présence du réalisateur et des journalistes du magazine La septième obsession. "Contre toute attente", le film m'avait soufflé, fasciné, époustouflé, et j'avais smsé à Hervé en sortant "je crois que j'ai trouvé mon film de l'année".
J'y suis donc retourné cet aprèm,  dans le bôô cinéma, pour voir, (nous étions trois dans la salle)... Et l'enthousiasme (l'emballement) de mon premier jugement non seulement s'est confirmé mais encore accru! Dès les premières images (un survol de Paris avec bruit d'hélicoptère -le film a failli s'appeler Paris est une fête-) j'étais pris, capturé, captivé. Je n'en perdais pas une miette. C'est l'histoire d'une bande de jeunes gens qui vont commettre des attentats simultanés, à Paris, justement,  puis se réfugient dans "un grand magasin" pour y passer la nuit en attendant que ça se tasse, et qu'ils puissent sortir tranquillou(s) le lendemain matin.
L'après-midi, la nuit, le matin. Voilà les trois parties du film, chacune traitée avec son timing ses contraintes et son rythme propres. Entre 14h et 5h du matin, avec un pic à 19h15 (je ne sais plus quel journal parle de "pliure" du récit et c'est exactement ça). Jeunes gens des deux sexes, de classe sociale, couleur de peau, niveau d'études et confession variés (ce qu'on pourrait nommer un échantillonnage), réunis pour faire tout péter.
On assiste à la préparation méticuleuse et fourmilière (des trajets en métro, des photos prises avec des téléphones, des intersections, des paquets qu'on récupère, des sacs plastique qu'on transporte, des téléphones qu'on jette dans les poubelles) où le temps est décompté minutieusement (à la minute près, justement), sans qu'on comprenne  tout à fait, à chaque fois, de quoi il est question. Itinéraires, minutage, instructions. On n'en saura guère plus sur le pourquoi de ces actions, le réalisateur ayant pourtant la finesse de nous insérer deux flash-backs qui nous renseignent sur la formation du "groupe" (et un peu le hasard qui y a présidé), conclus par un scène de danse collective de toute beauté.
On assiste au déroulement des actions multiples et simultanées qui vont soudain finir par prendre sens, à 19h15, se concrétiser sous forme de 4 explosions simultanées (et d'un assassinat, seul mort qui sera officiellement comptabilisé lors de ces attentats et des compte-rendus journalistiques qui en seront donnés). On constate ce qui fonctionne et ce qui merde, cette petite portion d'imprévu dûe au hasard ou simplement à la faiblesse humaine. Tout marche presque comme prévu. "Presque". Disons qu'on a huit des dix roulettes sur lesquelles "ça" aurait dû marcher optimalement (entre marge d'erreur et dommages collatéraux).
A ce moment, toutes les fourmis (ou presque) se sont hâtées pour gagner leur repaire dans le "grand magasin" où ils vont passer la nuit, en se perdant d'abord au milieu des clients puis en se dissimulant un peu partout à l'heure de la fermeture. (Ils ont un complice sur place, un des vigiles.)
Commence alors presqu'un autre film, la longue nuit dans cet endroit "rêvé" (un très grand magasin après la fermeture) un lieu de convoitise(s) et demarchandises où chacun peut réagir suivant ses envies. Tout est offert, disponible, et chacun va se laisser tenter. La mise en scène de Bonello était déjà remarquable dans la première partie, elle ne se relâche pas ici et monte encore d'un cran vers la perfection. C'est très plastique, très formel, et ça tombe bien puisqu'il s'agit dans tout cet espace de faire vendre, justement, des choses, avec l'esthétique frelatée et l'arrogance des riches. Marques, signes extérieurs, codes vestimentaires, luxe, tout ce qui justement leur est d'habitude presqu'inaccessible, à la grande majorité de ces jeunes. Et là soudain tout est là, disponible, à portée de main. Y a qu'à se servir. A faire comme si. c'est l'heure de la récréation. Avec le temps qui n'est (presque) plus marqué, qui s'immobilise qui s'étire qui ne passe presque plus (plusieurs fois ils se demanderont mutuellement l'heure qu'il est). Il y a ceux qui se reposent, ceux qui ont besoin de bouger, ceux qui font les cons, ceux qui commencent à flipper, qui vont et viennent et s'entrecroisent dans l'espace très complexe de ce "grand magasin" où la caméra, les décors, les cadrages, la musique même (composée par Bertrand Bonello) composent des tableaux touchants, intimes, incertains, magnifiques (j'ai un faible pour le jeune homme aux yeux et à la bouche maquillée qui fait un play-back sur My way, et qu'on retrouvera plus tard dans une baignoire sirotant du cognac). oui avec pour chacun(e) d'entre eux ce mélange troublant de l'enfant  et du jeune adulte (on ne sait plus trop quel est celui qui a déjà grandi ou qui n'en a plus envie).
Puis survient la dernière partie, celle de l'assaut, où le temps filmé va prendre une nouvelle forme, devenir complexe, démultiplié, diffracté, comme bafouillant, avec l'apparente neutralité des caméras de surveillance.  Qui permet d'une certaine façon de mettre à distance. Ca n'est plus un jeu, et pourtant ça y ressemble, oui ces jeux où les ados tuent des gens virtuels qui ressemblent à des vrais. Des cibles (tous ces personnages qu'on connaît à présent un peu plus) et des exécuteurs, casqués, armés, anonymes, impersonnels. Bam bam bam. C'est l'irruption de ce no future que, confusément, chacun des jeunes gens semblait appeler. Méthodique, et encore une fois magnifiquement scénarisé découpé et filmé. Illustré(s) avec deux choix musicaux finaux a priori étonnants : le Call me de Blondie puis la musique du générique d'Amicalement vôtre, de John Barry. Qu'on continue d'entendre bien longtemps après être sorti de la salle.
Oui, un grand grand film.

438207

Posté par chori à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 7 octobre 2016

les sanglots longs

FRANTZ
de François Ozon

Je n'ai pu le voir qu'en deuxième semaine (mais c'était toujours à 5€!). Ozon, ça dépend. Des fois c'est oui, des fois c'est non, et d'autres bof. Toute la gamme, quoi. là, j'avais de mes copines plutôt des échos oui, voire oui oui, et j'y allais plutôt confiant. Bon, c'est sûr il est loin le Ozon provo et trash des débuts. Il a grandi, mûri, s'est comme qui dirait respectabilisé.
Le classicisme c'est bien tant, que ça ne vire pas à l'empesé, au ripoliné, à l'amidonné. Grands sentiments en costumes, pâmoisons diverses, et manche à balai où je pense (un peu de trivialité n'a jamais nui, au, justement, classicisme).
La bande-annonce raconte une histoire qui, habile, n'est pas exactement celle que nous raconte le film (et qu'on s'est faite, justement, en regardant la bande-annonce). Ça commence à mi-chemin entre Heimat (le film) et, disons Le ruban blanc, de hanekechounet : Noir et blanc (avec tiens, un peu de couleurs avant, qui se sont tiens tiens évanouies. Ca parle allemand, (normal, nous sommes en Allemagne) et nous découvrons la tombe de Frantz, un jeune soldat récemment tué (nous sommes en 1918), tombe fleurie assidûment par une jeune fille dont nous découvrirons les parents, ou tout comme (elle devait épouser Frantz, et eux l'ont gardée comme leur fille). mais fleurie aussi par un mystérieux jeune homme, français, qui fait jaser et grincer des dents dans cette petite ville en ces temps de post-armistice où "les blessures ne sont pas encore cicatrisées", loin de là...
Ozon est malin, il nous fait nous faire toute une histoire (une certaine histoire), sauf que pas vraiment (je ne vous gâcherai pas le plaisir de la découverte). Et qu'il fait ensuite bifurquer ladite histoire, non pas vers celle qu'on aurait crue, souhaitée, mais, (après, d'ailleurs, une délicieuse fausse piste) oh qu'il est malin, une autre histoire. Tout ça dans un noir et blanc classieux, avec quelques passages -un peu systématiques et donc insistants ?- à la couleur, et même un entre les deux, à la façon des autochromes de Lartigue ou du traitement chromatique de la Journée particulière de Scola (la scène dite "du champ de bataille".)
Un film sur le mensonge et le non-dit (sur le courage et sur la lâcheté, et même doublement) qu'on pourrait relier de très loin avec Juste la fin du monde, de Dolan. Il a quelque chose à dire, il fait le voyage pour,  et il repart sans l'avoir fait tout à fait. Si l'image est aux petits oignons, l'interprétation l'est tout autant : face à un Pierre Niney idéalement frémissant et fiévreux (pffff je croyais avoir trouvé ça tout seul et je m'aperçois que le "fiévreux" figure arghhh! dans la critique de Première... tant pis je laisse), la jeune Paula Beer s'y révèle carrément magnifique (est-ce le noir et blanc ? j'ai pensé à Ida), et a d'ailleurs été -fort justement- récompensée par un prix d'interprétation à Venise.
Les Cahiaîs, toujours aussi horripilants, décrètent que le "premier film" (en Allemagne) est mauvais, tandis que le "second" (en France) est bon. Mouais. Tsss, quel chauvinisme, quel cococoricotisme, non ?

Frantz : Affiche

Frantz : Affiche

 

Posté par chori à 06:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 6 octobre 2016

tout ça dev(r)ait finir par arriver 1 (version courte)

NOCTURAMA
de Bertrand Bonello

Allez le voir!

 

210552

211646

211021

215709

206021

 

Posté par chori à 18:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

pile et face

CLASH
de Mohamed Diab

Que des bons films cette semaine! Après la Suède, l'Allemagne, un petit tour en Egypte. Dans le précédent film du réalisateur, il était question de bus, et des femmes qui s'y faisaient harceler par la gent masculine surchauffée. Il sera aussi question ici de véhicule, de promiscuité et de surchauffe. mais dans un autre registre.
Le véhicule est un fourgon de police, un panier à salade, et la caméra va réussir l'exploit de ne pas le quitter de tout le film. Pendant les émeutes de 2013, où s'affrontent deux camps, d'un côté l'armée et ses partisans et de l'autre les intégristes religieux, avec, pris en tampon entre les deux, tous les autres, les citoyens lambda. Dans le fourgon de police en question vont entrer tour à tour deux journalistes (les premiers arrêtés) puis ceux qui ont caillassé le fourgon, puis des intégristes, etc., comme des lasagnes sociétales à la sauce égyptienne (épicée) et les conditions de cohabitation vont devenir de plus en plus précaires, la tension montant progressivement avec la chaleur, la soif, l'angoisse, et les escarmouches diverses entre les divers passagers.
Une situation confuse, éprouvante, inhumaine, insupportable, à l'image de celle du pays au même moment. Une violence aveugle, absurde, imbécile, de chacun des camps pour celui d'en face. Où la plus minuscule étincelle est susceptible d'embraser le plus explosif des brasiers. Chosir entre l'armée ou l'intégrisme. (tu parles d'un choix!). C'est comme jouer sa vie à pile ou face, en éatnt quasiment sûr de perdre à tous les coups.
Mohamed Diab respecte son unité de lieu et de temps, et les compense en multipliant les micro-histoires qui naissent dans le confinement de ce fourgon. Micro-incidents éthiques, affectifs, organiques, sociaux, familiaux, dans ce vase-clos  qui ne fait que reproduire, à sa petite échelle claustrophobique, l'irrespirabilité littérale du pays tout entier. peut-être d'ailleurs a-t-il voulu en mettre un peu trop mais qu'importe...
Plastiquement (esthétiquement je devrais dire) j'étais plutôt comblé : une population moyen-orientale majoritairement de sexe mâle, cils de gazelle, barbes de 3 jours, j'étais plutôt ravi (même si le récit ne prête globalement pas à la rigolade -il y a quand même quelques "gags"- ni à la roucoulade -bien qu'il y en ait aussi un chouïa, ça et là-) et on a même droit lors de la scène dite "des lacrymos" à un torse-nuage plaisant de tous ces jeunes gens (oui je sais je sais j'ai honte de faire passer l'esthétique avant l'éthique, hein...) Les femmes sont plus minoritairement représentées, et c'est peut-être d'ailleurs dommage...
Toute la dernière partie du film prêtera de moins en moins à la rigolade, d'ailleurs (on se doutait quand même un peu que ça n'allait pas finir à la Mary Poppins, n'empêche...).
Un film courageux qui mérite qu'on le défende. Avec acharnement et conviction(s).

Clash : Affiche

 

Posté par chori à 06:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 5 octobre 2016

"personne ne réussit seul, personne..."

MR.OVE
de Hannes Holm

J'aime les feel good movies. C'est dans ma nature. Je suis un gentil (certains diraient benêt). Et il était donc normal que je me régalasse (coucou Marie) avec ce film-là. En plus il nous vient du nord, ce qui faisait un a priori favorable supplémentaire. Soit l'histoire d'un vieux con, ronchon, grognon, tâtillon, emmerdeur qui va se transformer progressivement (c'est le principe du FGM). En (toujours, ça, ça ne peut pas changer, sauf dans les contes et légendes) vieux mais beaucoup moins con, ronchon, tâtillon, etc.
Et donc dès le début on sait grosso-modo comment tout ça va finir ("I feel goood tadadadadadadam... so good, so good..."). Sauf que le réalisateur en profite, habile, pour nous raconter toute sa vie, au vieux con,, et on a donc un deuxième film pour le prix d'un (et 5€ pour Les amis du cinéma, je le rappelle, ça incite à y aller, non ?).  Et bien sûr, elle est très touchante, cette  vie qu'on nous fait défiler. Pour moi, à mi-chemin entre Toto le héros et Amélie Poulain -deux films que -coucou Pépin- j'aime (toujours) énormément.
Et se déroule, en parallèle, l'histoire "ici et maintenant". Où le vieux con, ronchon tâtillon etc... tente désespérément (!) de se suicider, pour rejoindre sa femme chérie (je ne spoile rien c'est dit dès le début du film) et n'y arrive décidément pas, surtout à cause des nouveaux voisins qui viennent juste d'emménager (et de commencer à foutre le bordel) dans l'idyllique et rigoureusement martial lôtissement de Mr.Ove. Un couple mixte (il est suédois et elle iranienne), avec deux fillettes dont notre cher Mr.Ove va faire connaissance, et... Bon vous devinez bien ce qui va arriver.
C'est très... nordique de réussir à faire rire avec des suicides ratés (la pendaison n'est pas en soi un sujet particulièrement hilarant). mais c'est incontestbale, le film l'est, très drôle, et cet humour très noir vient rééquilibrer le glaçage de sucre émotionnel qui vient (peut-être un peu trop ?) napper l'autre moitié du film...
Oui, ça fait du bien, les histoires de riz au safran, de trains, de différence entre saab et audi (ou volvo ? je ne suis pas très cars), d'échelle à prêter, de chat à nourrir, de conduite à apprendre, de mille-feuille à 13h, de deux bouquets pour le prix d'un, et j'en passe...
Hautement recommandable donc (surtout à 5€, etc. vous connaissez le laïus). Mais bon il ne passe (déjà) plus dans le bôô cinéma... surveillez les programmations de Besac, peut-être ?

Mr. Ove : Affiche
l'affiche française, peut-être un peu trop "directe"...

Mr. Ove : Affiche
que l'affiche anglaise, plus "prudente"...

Posté par chori à 06:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]