dimanche 16 avril 2006

massive

Revenir un peu sur cet album de Massiva Attack. Que j'ai acheté. (Oui oui, ça m'arrive). Après avoir envisagé plusieurs moyens plus ou moins malhonnêtes (dont certains sont même mal, ou, pire, interdits) de le faire parvenir en ma possession.

Moi je les aime bien, ces p'tits gars. J'ai acheté chacun de leurs albums (sauf la musique de Danny The Dog que je ne considérais pas comme un vrai (album), et que je me suis donc simplement procuré, je sais je sais c'est mal)
C'est vrai que sur les deux disques du pack, (il s'agit de la limited edition) seul le second justifiait vraiment l'impulsion d'achat. Le premier n'étant somme toute qu'un très "ordinaire" best of de 14 titres (ah si... avec un inédit tout de même). Tandis que sur l'autre (j'ai eu un peu de mal à comprendre comment ça marchait, mon ordi ne peut pas le lire) une face "cd" avec des inédits, des raretés, des versions alternatives, et une autre face "dvd" (oui, oui, il faut le retourner !)avec une compilation de clips du groupe (dont je connaissais la plupart, mais en version vhs plus pourrave) Oui, j'aime cet univers un peu sombre, inquiétant, décalé, je m'immerge dans cette musique tourmentée, dans ces voix basses, monocordes. Je trouve tout ça si confortablement inconfortable...

Leur premier album, Blue Lines (91), je l'ai trouvé en solde à la Lib' de l'U, à Dijon. (A l'époque, si je me souviens bien, pour cause de guerre du golfe, le groupe avait été obligé de raccourcir son patronyme en Massive...) Je dois dire qu'il ne m'avait pas fait plus d'effet que ça, à part le morceau Unfinished Sympathy, surtout après que j'ai eu découvert sur MTV le clip correspondant, extraordinaire plan-séquence qui suit la chanteuse qui marche sur le trottoir et les gens qu'elle y croise...

Puis vint Protection, (94) que j'ai véritablement écouté en boucle (le morceau du même nom passe encore souvent sur ma platine), suivi de peu par son jumeau traficoté No protection.(remixé par Mad Professor). Là, j'aime pratiquement tout. Ce faux apaisement (le bruit de la mer à la fin de Protection), ces stridences (Karmacoma), ces fulgurances, ces nappes obscures. Là je me dis que vraiment j'aime ce machin qu'on nomme trip hop.

Trois ans plus tard (98) c'est le tour de Mezzanine, avec sa galette fluo dans son emballage très noir et blanc. Là aussi, acheté illico (les singles aussi d'ailleurs!) Une kyrielle de morceaux extraordinaires (avec quelques apaisements), quasiment obsessionnels (Teardrop, Risingson, Angel, Group four) tant ils ont été écoutés !

Il faut attendre 2003 pour 100th window, que j'ai pris un peu de temps pour acheter (était-ce encore un album de Massive Attack, puisque ne subsistait plus qu'un seul des membres de la formation originelle...) Je l'ai trouvé chez le soldeur, et c'est vrai qu'à la première écoute, j'ai eu l'oreille un peu en berne... Pour  finir par craquer complètement sur le dernier morceau (Antistar), ainsi le morceau caché qui lui succède, bidouillage électronique répétitif et minimaliste m'évoquant le didgeridoo...

La compilation Collected reprend des morceaux importants, mais pas tous mes préférés (c'est hélas le problème avec les compils "du commerce" : forcément, le gars qui la fait, il ne peut pas avoir exactement les mêmes goûts que vous!) Mais sur l'autre disque, en plus des clips (certains dont je ne me lasse pas : Unfinished Sympathy, Protection, Karmacoma, et le petit nouveau False Flags, qui m'est insidieusement rentré dans l'oreille dès la première écoute) les morceaux présentés valent aussi le déplacement...

Oui je les aime bien, ces petits gars. Je me retrouve  chez moi dans cet univers dark, tourmenté, abrupt, bizarre, qui défie autant les lois de la pesanteur que celles de la perspective. Instruments, électronique, voix, arrangements, tout ça sent l'extrême perfectionnalisme. Et le résultat est à la hauteur de leurs prétentions. Avec toujours une grande cohérence entre la musique, le packaging, et les réalisations vidéo : entre l'inquiétant et le bizarre, l'oppressant et l'inapaisé, l'impassible et le sourire en coin.

Sérieux, nous ? Moroses ? Inquiets ? Sinistres ? semblent-ils nous dire, les petits gars. Ben regardez un peu autour de vous, tiens, et vous verrez,  si vous en trouvez vraiment, des raisons de sourire !

massive_attack_blue_lines_299002_1_ b000000w6x.01.lzzzzzzz_1_

b000006045.02.lzzzzzzz_1_ massive_attack_100_1_

   

Posté par chori à 10:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 15 avril 2006

bozarts

(étudiants)

celle qui collectait les listes de courses
celui qui avait oublié son bonnet dans la salle des 3ème année (que j'ai récupéré et perdu à mon tour)
celui qui collectait les billets de trains
celle qui voulait un zap book à spirales
celle qui collectait les jupes
celui qui collectait le plastique à bulles
celui qui avait un gilet pare-balles
celui qui avait un bonnet péruvien
celle qui faisait des menus pour ses poupées avec Publisher quand elle était petite
celui qui vomit quasiment à chaque soirée
celui qui a suivi une cure de désintox à 15 ans
celui qui est aussi sapeur-pompier
celui qui montre toujours l'élastique de son calbute quand il se penche
celui qui était toujours en train de lire Alice au pays des merveilles
celui qui grave (et sculpte aussi) des petites bestioles (mulots, campagnols, loirs, taupes, etc...)
celle qui est aussi costumière
celle qui travaillait sur les cartonnages de bouteilles
celle qui travaillait sur les boites de poupées
celui qui ne boit jamais de café
celui avec qui on ne manquait jamais de chanter Maréchal nous voilà quand on se croisait
celui qui était fou de spéléo
celui qui se représentait sous l'image d'un rouleau de papier toilette
celle qui a brodé tout un alphabet
celle qui militait aux Jeunesses Communistes
celle qui a toujours l'air malheureuse
celle qui est toujours révoltée contre tout et tout le monde
celle qui a fait une installation avec des picots et des ballons de baudruche
celle qui a écrit "ici" avec de la laine
celle qui, sur son affiche sérigraphiée, se présentait comme "je suis pas ta mère"
celle qui a écrit "QUAND" en lettres adhésives sur le mur, mais dont le D ne tenait pas
celle qui a mis deux photos de cul plutôt hard pour illustrer Carmen et Esmeralda
celle qui a pleuré quand la prof lui a dit qu'il y avait "tant de solitude" dans sa peinture
celle qui avait un rouge à lèvres très rouge
celle qui avait des jambes comme des bretzels
celui qui m'a dit "vendredi je t'apporte un cadeau"
ceux qui m'ont demandé "alors, quand est-ce que tu payes ta bière ? "
celui qui m'a dit "il faudrait qu'on se saoule la gueule avant que tu partes..."
celui qui racontait que dans les concerts qu'il donnait, il finissait souvent à poil, et c'est comme ça qu'il avait perdu son calbute avec des coeurs dessus
celle qui était "la plus grande" marchant à côté de celui qui était "le plus petit"
celui qui n'avait jamais entendu parler de Cézanne
celui qui avait mis des gros bodybuildés comme fond d'écran
celui qui avait été désigné dans le bus par les douaniers suisses comme bon pour la fouille, juste parce qu'il avait des dreads et un piercing
celui qui a créé une association
celui qui était presque toujours pieds-nus
celle qui avait un sourire triste
celle dont le "réveil" (téléphone) sonnait immanquablement en plein milieu du cours
ceux que j'avais surnommé(s) "bourrinet et bourrinou"
celle qui m'a dit "et toi le vieux, va boire ton café..."
celui à qui j'ai payé un ticket de bus parce qu'il avait oublié sa carte
celle qui avait une blondeur et une pâleur de peau que j'avais qualifiées de botticcelliennes
...


...imgp6453

Posté par chori à 14:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 14 avril 2006

paquet(s)

Pour remplir la boîte aux lettres, rien de tel que les abonnements et les commandes. (Ca a un p'tit côté Père Noël). On a choisi son truc, rempli son formulaire, fait péter la carte bleue... Reste plus qu'à attendre...
Y a des moments creux et d'autres où on attend plus de choses. Là, j'attendais : un cd, des boxers, et un appareil photo numérique. (Un nouveau, ça y est oui j'ai craqué), j'en ai racheté un avec un bien plus gros zoom (x12) et bien plus de pixels (5 millions). Bien plus cher, aussi, bien évidemment!
Ce matin donc, se pointe la camionnette des colis, avec dedans la factrice qui m'apporte deux paquets : un carton et une enveloppe souple. Voilà donc l'app phot' et les boxers, me dis-je. Le cd, ça sera peut-être pour demain.
Je déballe le carton, c'est bien l'appareil photo nouveau (avec son drôle de museau). En prenant l'enveloppe des boxers, j'y sens une forme étrange oblongue et dure. Tiens tiens ! J'ouvre l'enveloppe et j'en sors... une paire de talons-aiguilles (et même pas à ma taille en plus!)
Qu'est-ce donc ?
Je vérifie alors l'adresse de l'expéditeur : inconnu au bataillon, puis du destinataire : ce n'est pas moi du tout! C'est une demoiselle qui a pour nom de famille mon prénom, et pour adresse une rue pas très loin du tout de la mienne.
Me voilà donc avec une paire de chaussures excédentaires, et même pas mettables... Pfff va falloir retourner à la poste pour expliquer la méprise et les restituer.
Arrive alors, à vélo,  le facteur des lettres, qui me tend une enveloppe (les boxers, non, cette fois-ci...) J'explique mon histoire, et il me propose gentiment de se charger du paquet "talons-aiguilles" pour le remettre à sa destinataire. Gentil facteur, goodbye les chaussures...
Une dizaine de minutes plus tard, revient la camionnette des colis : la factrice me ramène un paquet plat et cartonné (le cd!) m'explique qu'elle savait bien que j'avais deux paquets, mais qu'elle ne m'a pas remis le bon! Je lui explique qu'il est déjà reparti sur le vélo de l'autre gentil facteur.

Voilà, donc, finalement j'ai tout reçu, même si un peu dans le désordre. Et je suis content de tout.
Le cd est très beau. C'est l'édition limitée du Collected de Massive Attack (avec un cd/dvd supplémentaire, des inédits, des raretés, et des versions alternatives, et une quinzaine de clips...) J'en reparle bientôt...

imgp7892

Posté par chori à 23:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 13 avril 2006

en voie de guérison

Ca doit être pavlovien...

Voilà que, ayant tout juste réalisé que demain soir c'était les vacances (tiens, ça fait drôle, tout de même, cet imparfait du futur...), en plus d'en concevoir une certaine satisfaction (sans que se pose l'épineux cas de conscience de savoir si je les ai méritées ou pas) voilà que l'espace mental, précédemment encombré plutôt du style noir-noir cumulo-nimbus, séisme, à quoi bon, désespoir, cataclysme, abysses de malheur, et autres joyeusetés...) se met au diapason de l'azur printanier et le voilà limpide, dégagé, lavé de frais, entre gazouilliset bourgeons...
Comme quoi, hein...

Bref, voilà que semblent un peu dégagées les bronches de la mélancolie, désengorgés les sinus de regardez-comme-je-suis-malheureux-hein-c'est-y-dieu-possible. Oui, on respire mieux. On est quasiment guéri. En tout cas, les symptomes s'atténuent. La preuve que "ça" se soigne. Quoi ? On ne sait pas vraiment. On aurait du mal à dire, mais le fait est.

Tout va mieux, parce que là, on en est sûr, c'est le meilleur moment. On est encore au travail, mais déjà un peu chiase-longue et bras de chemise. On est avant, on se rapproche, on y est presque... On anticipe, on en sourirait presque de plaisir. Projets, rêveries, réservations, tirages de plans sur la comète, on échafaude...

Ce que je vais faire, moi, pendant ces quinze jours ? Rien. Et ça me remplit de joie.
Les vacances, c'est un peu la cortisone du quotidien.

imgp8098

Posté par chori à 23:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

digestion

(juste un bout de rêve de cette nuit)

Je suis en compagnie de ***. (On n'est que tous les deux, d'ailleurs). L'ambiance est plutôt joyeuse, style fin de repas un peu arrosé. On rigole, d'ailleurs il pose sa main sur mon ventre (où je sens effectivement quelque chose qui l'encombre, comme si j'avais avalé un truc plat et dur genre os de seiche), l'y frotte un peu, et me dit en rigolant, d'un air complice, " Tu vas avoir du mal à digérer tout ça..."
On se marre ensemble.
(la conversation, il me semble, continue, mais j'ai oublié toute la suite...)

No comment.

Posté par chori à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 12 avril 2006

travaux manuels

(pardon pour les oreilles sensibles...)

de l'écriture et de la branlette considérées comme des activités jumelles, ou du moins fort semblables. Les deux se pratiquent à la main, (seul(e) de préférence), procurent un certain plaisir,  ne sont -finalement- que des succédanés, (ou des pis-allers) et (oh c'est élégant) trouvent toutes deux leur finalité (leur achèvement ? leur concrétisation ?) sur le papier (il n' y a pas loin du kleenex au couché mat...)

étant adepte des deux, je peux m'estimer relativement bien placé pour en parler, non ?

(j'en entends déjà qui vont pousser les haut cris : quoi ? l'écriture ravalée au rang d'une vile activité, si basse, si  communément définie comme honteuse ? l'écriture, alors que c'est un sacerdoce, une vocation, un élan qui tiendrait quasiment du divin ? )

oui oui, je persiste et signe.

l'une comme l'autre ne sont finalement qu'une façon -plus ou moins agréable- de passer le temps (si ce n'est pas de le perdre -car il fut perdu, tout ce temps-). On se, si j'ose dire, caresse dans le sens du poil, on s'auto-congratule, on s'agite, on se donne l'illusion d'agir, d'être en train de produire (des mots dans un cas, et des petits mozarts mort-nés dans l'autre...), de servir à quelque chose.

car toutes deux n'existent qu'en vase clos, en autarcie. On écrit pour soi, et on se branle idem. En maths, on parlerait de réflexivité. Juste moi et moi-même, quoi. Mes mots me touchent, ma main me touche. J'existe donc puisque je.

si je vais jusque au bout de cet embryon de raisonnement, cela impliquerait plus ou moins que le lecteur est en dehors du coup, qu'il surprend le résultat d'une activité à priori destinée à rester secrète... bon c'est là que le bât blesse un peu je le reconnais mais bon je ne vais pas tout recommencer à zéro pour vos beaux yeux (oui oui ô paradoxe vous êtres, lecteur, trice, en train de lire précisement ce que nous ne devriez potentiellement pas être capable de lire, puisque, si vous avez bien suivi, en principe, vous n'existez pas... mais en même temps c'est moi même qui me met un peu dedans, puisque, si vous n'existez pas, pourquoi donc alors au moment même suis-je en train de vous interpeler, et donc de supposer que vous existez ?)

non, la vérité c'est que j'écris d'abord (comme la majorité, non ?) pour moi. Pour me souvenir, pour me faire plaisir, pour me faire sourire, pour me donner envie de mourir, ou pour le délire ou pour le désir (ça dépend des cas) L'écriture comme la branlette sont des petits plaisirs égoïstes.

pour conclure : ça ne fait de mal à personne (jusqu'à preuve du contraire) ça n'est pas désagréable (dans la mesure où on le fait parce qu'on en a envie) alors, hein, pourquoi donc s'en priver ?

imgp6289

Posté par chori à 15:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
lundi 10 avril 2006

nuages...

et par conséquent pluie...
Bon, je sais, je ne vous apprends rien (mais en ai-je eu seulement un jour la prétention, hein ? )
Oui, voilà, il a plu toute la journée. Toute la journée, oui. On ne va pas en faire un fromage...
Comme ma tête, d'ailleurs (oh l'habile transition) un vrai gruyère. Le cerveau à pâte molle. Plein de trous. Sentiment de laisser passer des choses, d'oublier, d'effacer. De passer à côté, oui. Fromage fondu.
La vraie vie ne me passionne pas outre mesure (la fausse non plus, d'ailleurs). Ca s'étire et ça file et ça coule même parfois, mais pas vraiment de goût.
Pas vraiemnt d'appétit, par ailleurs.

(Tout ce que j'aurais pu.)

On passe sa vie à rater des bus, les uns après les autres.
On se dit ça ne fait rien, je prendrai le suivant...

Et un jour on réalise qu'on vient de louper le dernier.

(là je triche un peu, c'est un vieux truc que j'ai gribouillé il y a longtemps mais bon l'esprit en est encore assez juste pour que je le ressorte ici)

voilà, voilà, pas brillant brillant mais encore la tête hors de l'eau.

pas fringuant fringuant mais encore en selle (tiens tiens j'avais tapé sans selle)

clip clop claudique un peu mais qui veut voyager loin...

coucou les amis

imgp8763

Posté par chori à 22:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 9 avril 2006

les dimanches se suivent...

... et ne se ressemblent pas!
Le dernier, c'était plutôt genre "dimanche dans le pâté" et que je baille, peignoir savates bigoudis, avec au creux du bide le syndrome nuit blanche (on ne sait pas ce qu'on a envie de manger, on essaye des trucs, mais c'est jamais vraiment ça...) Une semaine après (ah la la mon pov'monsieur, c'est plus de mon âge !) toujours pas complètement récupéré mais bon ça en valait la peine...

aujourd'hui, donc, pas du tout pareil... Rendez-vous à 14h dans un bar de Besac pour tourner... je en sais pas quoi mais bon, pour tourner quelque chose (je sais juste que j'ai été pris au casting, parce qu'ils avaient besoin de vieux, enfin de pas aussi jeunes que les jeunes des bozarts) Bernard est également de la partie, ils (avec sa copine) m'ont invité à manger à midi, et ô miracle cette fois-ci j'ai trouvé la route tout seul du premier coup !

le créneau horaire alloué par le propriétaire du bar est précis : de 14h à 17h. On arrive juste à l'heure, c'est un vrai tournage : éclairage, caméra, maquillage, répétitions, choix de costumes, prises successives... Si au prochain Festival vous croisez un court-métrage intitulé (pour le moment) "Canal 38" , allez-y par curiosité. Le mec au comptoir qui dit à son pote "oui mais toi tu crois tout ce qu'on te dit" avant de se retourner pour regarder la télé, c'est moi !

dix-sept heures, on quitte les lieux, j'ai le vague espoir d'aller voir Fauteuils d'Orchestre, que j'ai raté à vesoul mais qui passe encore ici. Pour passer le temps jusque-là, on va... au Musée du Temps, dont j'ai déjà entendu causer maintes fois par mon amie Dominique, et où j'ai la chance de voir enfin en vrai un pendule de Foucault (sans avoir, je le confesse, compris à quoi ça pouvait bien servir!)

Dans le hall du cinéma, les files d'attente sont si denses et populeuses que j'en rebrousse chemin illico (pourquoi toute la ville a-t-elle décidé d'aller au cinéma précisément aujourd'hui, hein ?) et abandonne donc le projet (non sans noter, au passage, que ça peut-être un moyen rigolo de draguer -gentiment- un caissier, en lui demandant Je vous trouve très beau, non ? )

J'abandonne également le projet, un instant caressé, de rester jusqu'à 21h pour voir The Hole, de mon ami Tsai Ming Liang, projeté dans le cycle Histoires d'eau. Il a plu toute la journée (et il pleut, désormais, de plus en plus fort), assez d'eau donc pour aujourd'hui et, par conséquent de quoy, retournage à la voiture et rentrage à la maison (toujours sous la pluie) . Sagement.

imgp8778

Posté par chori à 20:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
samedi 8 avril 2006

c'est l'printemps

c'est l'printemps, on a laissé l'heure d'hiver
c'est l'printemps, parce que les forsythias
c'est l'printemps, j'ai du mal à me coucher le soir
c'est l'printemps, j'ai du mal à me lever le matin
c'est l'printemps, la voisine a mis remis ses draps à sécher au grand air
c'est l'printemps, j'ai le nez qui coule et les yeux qui piquent
c'est l'printemps, la sève monte dans les branches
c'est l'printemps, ma copine C. ne va plus venir au cinéma, et retourner dans son jardin
c'est l'printemps, les mecs sont en t-shirt et les filles en petite jupe
c'est l'printemps, voilà les premières fraises
c'est l'printemps, on commence à rêver aux grandes vacances
c'est l'printemps, le taux de suicides va connaître un de ses pics annuels
c'est l'printemps, je n'ai pas encore entendu le coucou
c'est l'printemps, les violettes sentent vraiment la violette (à ce qu'on m'a dit)
c'est l'printemps, le gigot d'agneau est en promo
c'est l'printemps, j'ai rangé la Très Grosse Doudoune dans le placard
c'est l'printemps, il gèle encore des fois pendant la nuit
c'est l'printemps, les bourgeons poissent
c'est l'printemps, je croque des p'tits radis avec du pain du beurre et du sel
c'est l'printemps, à mi-chemin entre les jonquilles et le muguet
c'est l'printemps, les programmations théâtrales vont incessamment sous peu toucher à leur fin
c'est l'printemps, on va boire des bières pression en terrasse
c'est l'printemps, c'est bientôt le festival de cannes
c'est l'printemps, "le carnaval s'en va, les roses vont éclore, sur le flanc des côteaux déjà court le gazon..."
c'est l'printemps, on va fêter le retour des mites alimentaires
c'est l'printemps, les jours sont encore en train de rallonger



c'est l'printemps, ...

imgp1863

Posté par chori à 15:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 7 avril 2006

économie d'amour

Tu verras, tous les deux
On se dira des mots affreux
dégueulasses
Qu'est-ce que tu veux
C'est la vie qui salit les godasses
Tu verras tous les deux
On s'offrira des tremblements de cœur
Tachycardie et plein d'ennuis
Ca va grimper sur l'échelle de Richter

Nos deux corps ne seront plus radiateurs
Nous aurons froid quand l'hiver viendra

Et c'est pour ça
Que je mettrai tous nos mots d'amour
Sur un compte bancaire
Hypothécaire à Genève
Oui c'est pour ça
Que je mettrai nos premières nuits d'amour
Sur un compte bancaire
au pays des secrets, après guerre
Car le temps n'arrangera pas nos affaires

Tu verras tous les deux
Nous ne serons plus comme deux amants
Aux épaules collées
Mais deux aimants aux pôles opposés
Tu verras, tous les deux
Ce sera à nouveau Guernica
Bombardement d'emmerdements
Je sais, c'est pas très marrant

Et c'est pour ça
Que je mettrai toutes nos nuits d'amour
Sur un compte bancaire…

Et c'est pour ça
L'écho de nos nuits d'amour, c'est ça nos économies…

(paroles/musique : Jean Bart)

Posté par chori à 19:32 - - Commentaires [3] - Permalien [#]