dimanche 21 juin 2015

à paris 2 (les affiches)

45130149343421032376_20130827141858909510436488262366521437636561530290782215308296041236881 149352 116336 198012435082421613

la plupart des films ont une affiche, certains en ont deux (ou plus) avec le même titre ou pas...

 

Posté par chori à 17:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 20 juin 2015

à paris...

lundi 15

arrivé à midi
Alissa a fait une tarte poireaux jambons sans gluten délicieuse

après je pars au cinéma :
CASA GRANDE
de Felipe Barbosa
****

Une solide chronique sociale brésilienne (masters and servants) doublée d'une chronique familiale (où dès qu'on devient un peu moins riche, les choses vont beaucoup moins bien), centrée autour d'un personnage d'ado pas du tout représentatif  des "héros" brésiliens "habituels" (il est pâlichon et plutôt grassouillet, ce qui le rend d'autant plus attachant). Moins esthétique que Les bruits de Recife, mais tout aussi revendicatif.

suivi de
FORT BUCHANAN
de Benjamin Crotty
***

... Un film, euh... juste improbable ? Des hommes et des femmes attendent leurs maris soldats en mission à Djibouti... Ca parle beaucoup (chiffons, parties intimes, jalousie et moyens de se consoler en l'absence des époux). Entre Le désert des tartares version pâmoison et La semaine de Suzette numéro spécial treillis. Puis on part à Djibouti rejoindre les  époux, et tout ne se passe pas forcément bien... Aussi fascinant qu'agaçant (une seule copie, semble-t-il, tout du moins sur Paris) un film flottantpeut-être pas tout à fait à la hauteur de ses ambitions.

, (tous les deux au Luminor)

mardi 16 :

FIN DE PARTIE (UGC Les Halles)
de Tal Granit et Sharon Maymon
***

Une comédie noire, juive, troisième âge et hospitalière soins palliatifs et Alzheimer - ce nom ne sera d'ailleurs jamais prononcé dans le film - cela faisait tout de même une certaine accumulation de motifs de rejet... c'est effectivement très drôle et très noir au début, et puis les rires s'amenuisent ("Jusqu'à quel point peut-on encore en rire ?" il semble que les spectateurs avaient des "limites" différentes). Très bien pour commencer ce séjour. (j'aime les comédies noires juives et troisième-âge...)


MANOS SUCIAS (UGC Les Halles)
de Jozef Wladyka
***

Un film colombien au fil de l'eau, avec trois hommes dans un bateau (dont deux frères colombiens et noirs) chargés de convoyer une torpille remplie de drogue. Rien ne se passera, bien entendu, comme prévu. Ambiance virile et plutôt testostéronée (on y apprend notamment à danser le choque, qui consiste, pour le monsieur, à frotter son devant contre le derrière de la dame...), on y tue pas mal, de différentes façons, et c'est plus que plaisant à regarder (jeunes gens torse nu, ça n'est pas de ma faute...)...

LE SOUFFLE (MK2 Beaubourg)
d'Alezander Kott
****

Je ne l'avais pas prévu, mais j'ai vraiment bien fait d'y aller. Un film russe facile à exporter, parce que complètement muet (et donc sans sous-titres) et aussi magnifiquement filmé. Un père, sa fille, leur maison et leur camion, au milieu de la steppe. Deux prétendants d'ethnies différentes qui jouent au combat de cerfs, puis des militaires, des compteurs-geiger, et, in fine, l'explication du titre... Un film beau comme tout, dans la veine documentaire/poétique/romancée du cinéma kazakho-géorgien (la veine Oshashvili, ma préférée...)

LA BELLE PROMISE (MK2 Beaubourg)
de Suha Arnaf
***

Un autre israélien, un film de femme(s), presque une relecture yiddish de Cendrillon (la belle jeune fille dans la maison de la marâtre et de ses deux soeurs.) On tente de l'éduquer, de lui donner des manières, avant d'essayer de la refourguer lors de plusieurs mariages arrangés. Atmosphère étouffante (à l'intérieur) et compassée (à l'extérieur) car ces dames font partie du dernier bastion des bons catholiques friqués de la ville... Dominique m'avait prévenu qu'il valait mieux y aller un jour où on était de très bonne humeur. En effet.

(avec passages Canopée, puis à midi pause à St Michel pour le traditionnel sandwich basque en terrasse -en plus j'ai deux peintres alternativement sur leur échelle à à peine 1m de mes yeux, mais je réussis à ne pas sortir mon appareil-photo- je me perds ensuite en cherchant la rue Daubenton (et le métro Censier-Daubenton) et le cinéma La Clé, pour réaliser en y arrivant enfin que ce n'était pas du tout le film que je voulais voir (je me suis mélangé dns les titres et les résumés) et je repars donc voir si j'ai encore le temps et la possiblité de faire quelques photos aux halles - bien m'en a pris, 16h c'est une très bonne heure...-) et du coup je finis au MK2 Beaubourg

mercredi 17 :

une journée "tout UGC" (à part une pointe sur le coup de 13h jusqu'à la boulangerie du Marais où il y a des très bons sandwichs (et des jolis vendeurs, qui changent souvent)

VALLEY OF LOVE
de Guillaume Nicloux
*****

Celui-là je l'attendais espérément (encore plus fort que désespé) et j'y ai donc couru dès la séance de 9h (ce qui m'a rapporté le pressbook qui y était distribué). La bande-annonce m'avait donné très envie (la très belle musique y est de Charles Ives). Si, comme espéré Huppert y est Huppertissime, Depardieu, lui, est gigantesque. dans tous les sens. Autant elle joue peut-être un peu sur (ou : surjoue, déjoue, vous suivez ?) autant lui impressionne d'autant plus qu'il se cantonne dans un registre infra, ou quasi.. Isabelle, Gérard, le désert, le fils mort. Les lettres, l'amour... J'y ai pleuré à plusieurs reprises. J'y retournerai. Top 10, sans doute.


MUSTANG
de Deniz Ganze Ergüven
****

C'était le jour des sorties, et, dans l'ordre, ce film-là était le deuxième. Des jeunes filles turques subissent d'abord, puis tentent de se rebeller contre, l'oppression "habituelle" des femmes dans les civilisations moyen-orientales. Frangines sequestrées dans leur maison, comme une version turkish de Virgin suicides, (même si, finalement, il n'y en a pas tant que ça, des suicides, si tant est qu'être mariée de force à un homme qu'on ne connaît pas n'en soit pas un...) parce qu'elles se sont "frottées contre la nuque des garçon", ensevelies sous le poids des traditions  (promulguées par les hommes et entretenues par les vieilles) et cherchant, littéralement, à s'en sortir. C'est la plus jeune des soeurs qui est la narratrice (et il faut redire combien elles sont toutes mimi).

L'ECHAPPEE BELLE
d'Emilie Cherpitel
***

Celui-là c'est la bande-annonce, vue la veille, qui m'a tenté, où Clothilde Hesme, en couleurs et à cheveux courts, donne la réplique à un gamin, Léon (avec une bonne bouille et un belle justesse), qui s'est sauvé une fois de plus de l'orphelinat, et vient chercher refuge auptès d'elle. Un film léger et joli comme un papillon. (avec, en plus, une chanson de The National dans la BO...) J'ai un peu dormi au milieu et le générique final m'a appris que j'avais (heureusement ?) loupé F. Beigbeder (...) Et, au générique de fin une très jolie jolie version de Bella ciao à deux voies (la demoiselle et l'enfant). Sans compter que Clothilde H. a vraiment des yeux admirables.


L'EVEIL D'EDOARDO
de Duccio Chiarini
****

L'autre excellente surprise du jour, un film rital délicieux, autour d'un ado qui, un été avec son pote, a désespérément envie de baiser et cherche donc à approcher des jeunes filles dans ce but. Dialogues crus (j'adore), et un problème qu'on n'aborde pas souvent dans ce genre de teen-movie ritalo-estival : le jeune homme souffre d'un phimosis, et hésite à se faire opérer... On y apprend, que, à l'italienne, faute de demoiselles disponibles, on peut se consoler en baisant avec... un poulpe (tout frais pêché)! Succès garanti en société. N'est-ce pas un peu trop pour public averti pour figurer dans notre prochaine semaine italienne ?

jeudi 18:

LA REVELATION D'ELA
de Äsli Ozge
***

... Qu'il est loin le temps où les films turcs diffusés en France ne parlaient de pauvres paysans  avec leurs chèvres ou de gamins dépenaillés, songeais-je devant ce très contemporain portrait d'un couple vivant dans un super appart de la mort design qui tue et tout, où elle est artiste contemporaine et lui architecte. Couple qui bat un peu de l'aile (ça commence par une scène de rapport conjugal assez chaude, avec un joli papa plein de poils et de barbe, et une maman avec des seins et des tatouages -sur les hanches- visibles) et ça ne va pas aller en s'améliorant, tout ça parce qu'elle a peut-être surpris un appel de son mari à une créature (on n'en sera jamais sûr).C'est bien mais c'est vraiment très froid. (Et le turc est vraiment une langue que j'adore entendre, à défaut de la comprendre)

LA BATAILLE DE LA MONTAGNE DU TIGRE
de Tsui Hark
***

Je n'avais jamais vu de film de Tsui Hark et celui-là passait justement dans la bonne salle et au bon moment, et donc, j'y suis allé... Il me semblait que cela avait un certain rapport avec la violence, sans que je sache vraiment à l'avance s'il s'agissait de film de sabre, de kung-fu ou de yakuza... Bon, violent, ça l'est, incontestablement, mais c'est aussi visiblement très très bien fait, le récit de cette "bataille" est inséré comme une vignette "en costumes" dans un film ultra-contemporain. La scène d'attaque du village, (où 30 gentils viennent à bout de 250 méchants sur 300) vire quand même presque un peu longuette, malgré le chiadage des effets spéciaux, les giclures de sang au ralenti, et autres graphicisations de la violence. Ca m'a quand même un peu saoulé, à la fin, et du coup (! c'est le cas de le dire) je ne suis rien allé voir d'autre, après. 

vendredi 19 :

Malou a prévenu qu'elle serait là à midi, avec du boudin du Perche (de Longny, médaille d'or, même!), je vais donc voir à 9h
LES CONTES ITALIENS
de Paolo et Vittorio Taviani
**

Quelle déception! Autant j'avais adoré leur précédent César doit mourir, autant cette adpatation du Décaméron de Boccace me semble pénible et interminable (le film fait 1h55, j'ai l'impression qu'il en dure 4!). Une stylisation moyen-âgeuse pour des récits pas très intéressants (peut-être celui de l'abbesse est-il à peine plus palpitant, juste sans doute, je me connais, parce qu'on y entrevoit deux messieurs tout nus) dans une mise en scène paresseuse et anecdotique (Qui aime bien...).

Puis retour à l'appart, je retrouve Malou et alissa, et nous dégustons ce sublime boudin avec des pommes.
Puis début d'après-midi scrabble (j'adore jouer au scrabble avec Malou) suivi d'une soirée scrabble (entre les deux je serai retourné à St michel et aux Halles pour tenter -désespérément- de trouver un petit cadeau pour Elizabeth, en vain)

samedi 20 :

Mon train partant à 13h, j'ai le temps d'aller voir un film à la séance de 9h. j'emmène Malou à l'UGC Les Halles pour (re)voir
VALLEY OF LOVE
de Guillaume Nicloux
*****
qui me bouleverse autant (peut-être même plus) qu'à la première vision. (j'ai entretemps commandé un disque de Charles Ives avec le morceau Question without answer, qui est le "thème" du film, et constitue une certaine part de l'émotion que celui-ci me provoque. j'adore le début, lorsqu'Huppert est filmée de dos un long moment, puis de face mais à contre-jour, puis dans un couloir sombre, et finalement derrière le double écran d'une fenêtre et de ses lunettes de soleil, qu'elle finit par enlever. La scène dans le canyon me submerge littéralement d'émotion. Et le plan final sur Huppert, immobile sur son banc comme une statue, aussi.

Posté par chori à 06:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 15 juin 2015

france-cu dans le cerisier

COMME UN AVION
de Bruno Podalydès

Un film parfait pour ce mercredi après-midi quasi-estival.
J'ai toujours tenu en estime Bruno Podalydès (et son frère Denis) et je l'ai plutôt  fidèlement suivi depuis Versailles Rive gauche, avec beaucoup plus de hauts (Dieu seul me voit, Liberté-Oléron, Adieu Berthe) que de bas (je me souviens d'avoir été plutôt déçu par Bancs publics). Je l'associe, depuis Versailles Rive gauche, justement, (peut-être à cause de la présence de Tintin et des dessins d'Hergé) à un aspect "ligne claire", un esprit BD, avec personnages précisément dessinés (j'avais écrit destinés), et parfaitement coloriés, dialogues aiguisés, situations plus ou moins loufoques, bref un univers pas très éloigné de celui de Joost Swarte, de par la précision des détails (l'apparent réalisme) et l'omniprésence de l'humour (parfois acide). Mais jamais méchamment.
Bruno Podalydès réalise, et se met en scène, au centre, et c'est très bien. Il s'entoure de charmante façon (Sandrine Kiberlain, lumineuse, Agnès Jaoui, divinement mûrie, Vimala Pons, toujours aussi mimi) mais n'oublie pas les habituels comparses (Michel Vuillermoz et Jean-Noël Brouté, sans oublier, accessoirement, le frangin, Denis Podalydès -j'ai repensé très fort au bureau de vote au début de Dieu seul me voit-). Un personnage attachant, déjà quadra, bientôt quinqua, un peu écarquillé entre  rêves aériens (St Exupéry, l'aéropostale) et vie terre-à-terre, et qui va choisir une voie intermédiaire, le fil de l'eau, en découvrant que kayak est un palindrome.
Oui nos rêves sont immenses et démesurés, nos aspirations sublimes, et souvent hélas leur concrétisation (le passage à l'acte) les fait rétrécir au lavage, façon mouchoir de poche (existe-t-il d'ailleurs, au fait, un autre genre de mouchoir ???), comme si réaliser son rêve ne revenait, en fait, qu'à le formater (à le compacter, à l'étriquer). Le début est plan-plan, attachant mais plan-plan, mais on est de bonne humeur, de bonne volonté, et on suit donc notre Bruno P. sans rechigner (la modélisation 3d, l'anniversaire, les réunions, les discussions conjugales, tout ce qui est "avant" le kayak, mais notre intérêt se structure au fur et à mesure au fur et à mesure que se construisent l'embarcation puis le projet (c'est quand même l'objet qui impulse l'aventure. C'est délicieux et attendrissant, ce dernier pique-nique, cette ultime siestounette (avec Sandrine K, quand même!) avant le grand saut dans l'inconnu aventurier, la mise à l'eau (et le fait, donc, de s'y jeter,  littéralement). Bruno Podalydès pagaie sur sa rivière, et on le suit, enchanté. Jusqu'où ira-t-il... (c'est comme quand, gamin, j'avais eu mon 103 peugeot, et que, après m'être lancé sur les petites routes pendant au moins un quart d'heure, j'avais le sentiment d'avoir fait des centaines de kilomètres et d'aborder ainsi des terre parfaitement ignorées du reste des mortels, des villages qui n'existaient pas avant, qui venaient -plop!- de se matérialiser sur la carte, jusque parce que je les avais atteints) il n'en sait rien mais il y va.
Car là c'est un peu pareil, il a fait au moins... quatre kilomètres, et le voilà qui s'espère tout à fait ailleurs, à des années-lumière de son quotidien habituel, oui, Cortez au moins voire Magellan, le voilà qui aborde des territoires inconnus, en posant le  pied dans un genre d'auberge champêtre et joyeuse, au bord de l'eau, au milieu d'autochtones -la jeune fille, les peintres-bricoleurs, la patronne) tout plus réjouis(sans) les un(e)s que les autres, dont il va faire la connaissance, ainsi que, très vite,  celle des rituels locaux, le plus habituel (et festif) étant la dégustation de l'absinthe (comme on boirait de l'eau -ou presque-, avec le décorum nécessaire (la fontaine, le sucre, la cuillère), et les effets attendus. Un changement de rythme, de point de vue, d'idéal, de destination. Auquel il tente d'abord -mollement- de résister avant de décider -enfin- de s'abandonner et de se s'avouer délicieusement vaincu.
"Quand on voyage..." il faut ménager sa monture, certes, mais soi-même bien plus. Voyage minuscule, certes, sieste, farniente, repos, inaction, voilà un film qui pourrait être l'illustration quasi-parfaite de la vacance, la mystérieuse vacance, ce graal existentiel auquel j'aspire, autour duquel je tourne  (et que je tente vainement de définir) depuis bientôt quarante ans...
Et Bruno Podalydès fait ça excellemment, magnifiquement. En tant que personnage et aussi en tant que réalisateur. Ce film est un vrai bonheur, de tendresse, de drôlerie, de "retrouvons le vrai goût des vraies choses" mais sans en faire des tonnes, sans aucune démagogie racoleuse ni militantisme lénifiant (il y a, sous le sucre qui fond dans la cuillère, la légère amertume d'un certain vague-à-l'âme quadragénaire et discrètement spleenesque) il s'inscrit sans sourciller dans une incontestable modernité (il y est tout de même question de géo-localisation...) tout en exaltant des valeurs intemporelles. Vous souvenez-vous comme , il y a longtemps, un certain Alexandre avait réussi à être bienheureux ? Le Michel de ce film-ci ne serait pas très loin d'en prendre le chemin...
Un film dans lequel on se sent à l'aise (déjà, un film qui réussit à vous faire rire sur toute la longueur, ça n'est pas si courant) un film où on a envie de revenir, un film dont a envie de tout se rappeler, un film qui vous met le sourire plus grand que derrière les oreilles, un film qui fait du bien, quoi, un vrai port d'attache, vous dis-je!
(En plus, on a droit à une très jolie version de Vénus de Bashung, au ukulélé. Rien que pour ça...)

203359

Posté par chori à 07:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 14 juin 2015

fermé pour cause de fermeture

ce blog sera comme les volets, clos (ou peut-être entrouvert) du 15 au 20 juin, pour cause de séjour parisien (et de boulimie cinématographique)

IMGP3432

Posté par chori à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeunot

LE VOYAGE D'ELADIO
de Hubert Mingarelli

Je viens de le finir.
Chez Mingarelli, il y a toujours un moment où j'ai les larmes aux yeux. Là, c'est presque à la fin. On est à nouveau dans une Amérique Latine stylisée, comme dans Hommes sans mère ('histoire des deux marins en bordée). Au début, un vieil homme, Eladio, se fait frapper (et assommer) devant sa maison par une troupe de "rebelles", parce qu'il leur a reproché d'avoir pris les bottes de son maître. Lorsqu'il reprend connaissance, il décide de se mettre en marche pour aller retrouver "dans les montagnes" ces voleurs de bottes (un groupe d'hommes, comme d'hab' chez Hubert M., ce qui est sans doute pour beaucoup dans le plaisir que j'ai à le lire) pour tenter de récupérer les bottes en question. Groupe qui a pris de l'avance et qu'il essaie désespérément de rattraper. Et c'est tout ? Oui, c'est tout. Un vieil homme qui marche, qui cogite aussi, qui parle tout seul (et parfois discute aussi imaginairement avec son patron -le propriétaire des bottes-, entre autres).
Une écriture serrée pour une avancée rectiligne, des sensations élémentaires (la soif, la faim, le froid, la peur), un trajet à l'image du paysage, un récit tout de montées et de descentes, qui parfois coupe le souffle, avec quelques haltes pour récupérer un peu, tout ça dans un trajet à pied de quelques jours à peine, qui progresse comme la vie d'Eladio a passé. Assez peu de rencontres (celle qui ouvre le livre et celle qui le termine presque, avec, entre les deux, l'apparition d'un beau personnage de femme -presque comme la Fée Bleue de Pinocchio-), la plupart du temps Eladio marche seul mais ses souvenirs, ses rêves ou ses fantasmes (et ses regrets aussi) lui tiennent compagnie et l'aident à "entretenir la discussion", et à aller de l'avant.
Le livre insère donc le discours intérieur d'Eladio dans le récit de son périple, comme toujours chez Mingarelli en phrases simples mais efficaces. Pas de chichis ni d'enjolivures, avec même des insultes et des gros mots quand Eladio parle dans sa tête (Mingarelli sait quand même se tenir et écrit toujours uriner à la place du plus couillu -et plus ordinaire- pisser). Et c'est cette précision là qui la rend encore plus attachante.Encore une fois, c'est à la fois très simple et très beau, .
C'est d'autant plus touchant que l'habituelle problématique mingarellienne (les rapports entre un adulte et un jeune homme, pour faire court) intervient ici mais, comme subtilement aménagée. (et la presque fin est à ce titre très forte, oui, les larmes sont venues).

Le-Voyage-dEladio_4638

Ce qui en reste : la semelle de la chaussure, le jus d'herbe, la couverture, la maison sans toit dans la nuit...

Posté par chori à 21:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 13 juin 2015

archi

LA SAPIENZA
d'Eugène Green

Aïe aïe aïe.
Déjà que j'y allais en traînant des pieds (au souvenir échaudant du Pont des arts dont j'avais failli m'ensauver en courant et quitter la salle tellement tout cela m'insupportait) j'avais quand même décidé de re-tenter l'expérience Green, surtout aux dires d'Hervé qui l'avait déjà vu, l'avait trouvé très bien, et y revenait d'ailleurs. Surprise : il y avait dans la salle plus d'une trentaine de spectateurs (alors qu'on était à peine dix la veille pour Tu dors Nicole). Diantre ! Je me suis donc installé, et ça a commencé. Monteverdi, très bien. Et hop, les personnages commencent à s'exprimer en faisant consciencieusement toutes les liaisons et c'est c'est un peu fatiguant à l'oreille -je le savais pourtant et j'étais prévenu mais rien à faire ça m'énerve-. Ils sont de plus filmés face caméra et un champ /contrechamp (habituel en cas de dialogue) devient un plan face caméra suivi d'un autre plan face caméra, puis d'un autre si le premier interlocuteur souhaite répondre ou approfondir sa première assertion et ainsi de suite. Un peu comme si on avait demandé à des personnages de Rohmer de parler comme s'ils étaient dans un film de Bresson (ou de Straub).
C'est laborieux, c'est gourmé, c'est rigide et c'est prétentieux. C'est ça le théâtre baroque, m'a précisé Hervé (sauf que là, quand même, on est au cinéma, ne l'oublions-pas). Un couple (lui architecte, elle psychanalyste) venu en italie pour que lui fasse un travail de recherche sur Borromini, un architecte italien (de la renaissance ?) échange... ils rencontrent un autre couple, de jeunes italiens (frère et soeur, lui voulant devenir architecte et elle, diaphane, souffrant d'un mal mystérieux). Le mari du premier couple prend sous son aile le frérot, et part faire avec lui la tournée des grands ducs églises, cathédrales et autres basiliques, avec commentaires ad hoc, tandis que l'épouse (un peu) délaissée reste au chevet de la soeurette, à la guérison de laquelle elle va d'ailleurs aider. Et à la fin chacun d'un couple retrouve sa chacune, et yop la boum la vie est belle, et Monteverdi, et générique de fin.
Je ne vais pas en dire plus de mal que ça puisque, je l'avoue, j'ai senti mes paupières me lâcher assez vite (et donc, je suis, sans doute, passé à côté de maintes  assertions et autres joliesses) et ne l'ai vu que morcelé, entrecoupé, essayant pourtant à chaque fois de reprendre pied, de m'arrimer dans l'éveil, mais rien à faire, pendant un certain temps, et j'en suis donc sorti, à la fin, plutôt grognon, en me disant que Green non non on ne m'y prendrait plus.
Pour la petite histoire, nous étions huit à discuter dans le hall, en sortant de la salle : quatre avaient adoré et quatre avaient détesté. Il ne faut pas dire "Je n'ai pas du tout aimé" mais "Ce cinéma-là ne me convient pas." Du tout.

217750


Ce post doit bien évidemment être lu à haute voix et de baroque façon en faisant toutes les liaisons surtout celles marquée en gras

Posté par chori à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 6 juin 2015

correc'

TU DORS NICOLE
de Stéphane Lafleur

J'avoue que quand quelqu'un l'a mentionné à la dernière réunion de programmation, (Hervé, je crois), c'était la première fois que j'en entendais parler. Oui, toute première fois. Et les critiques que j'en ai lues ensuite m'ont vraiment donné envie d'y aller. Ce que j'ai fait, ce jeudi soir, à 18h30 dans le bôô cinéma (on était deux dans la salle). En ce jour de pré-canicule (ou d'ailleurs, la direction du bôô cinéma n'avait pas jugé utile de mettre la clim') c'était tout à fait... rafraîchissant (comme dans les pubs pour des chewing-gums hyper mentholés) de voir un film québécois en version originale, en joual sous-titré qui étincelle et qui crépite à chaque ligne (dans la différence entre ce qui est dit et ce qu'on lit, c'est un peu comme le portugais hihi), à la fois si proche et si exotique.
C'est bon de se laisser porter, dériver, au fil de l'été que vit cette adolescente (la Nicole du titre et de l'affiche), avec sa copine, son frère, les potes musicos de son frère, son collègue trisomique... dans un beau noir et blanc dense, le film avance, balance, découpé en séquences (en vignettes, musicalement on pourrait dire en morceaux ou en plages) scandé, par des noirs musiqués (ou pas). De la musique, il y en a beaucoup, dans ce film réalisé par un monsieur que je connaissais au préalable (encore merci à Gigis et Emma) comme chanteur et musicien (du groupe Avec pas de casque), de la musique, certes, celle, live, d'un groupe en répétition(s), (la formule de base : guitare / basse /batterie) mais aussi dans le tempo, l'écriture du film (j'ai pensé aux takes de Julio Cortazar, en n'étant toutefois pas sûr que c'était la bonne comparaison), la restitution d'une certaine nonchalance estivale, un je-ne-sais-quoi de nouveau, de frais et de désinvolte dans la conduite (l'apparente inconduite, plutôt) du récit, et la façon d'appréhender les personnages. D'inattendu. D'extrêmement agréable, pour les oreilles et pour les yeux.

J'ai vraiment beaucoup aimé ça. Ce personnage féminin en apparence lisse, comme flottant à la surface de la piscine des événements de cet été presque rohmérien (Conte d'été québecois), où les mots comptent (content) plus que les actes, et les objets (simples : un vélo, un antivol, une carte de crédit, une machine à coudre, une batterie) conditionnent, d'une certaine façon, les péripéties. Oh rien de bien dramatique ni trop violent : les liens familiaux, souvent pesants, les liens amicaux, parfois agaçants, les liens amoureux, flottants, émouvants, fluctuants, composent un maelstrom de courants parfois contradictoires qui s'enroulent et se déroulent, au milieu desquels Nicole se laisse vivre. Il y a des espoirs et des déceptions, des enthousiasmes et des contrariétés, des projets et des hypothèses, mais tout ça est délicatement léger, et crée un univers très particulier. Il est question d'amour, beaucoup (même si souvent les choses ne sont pas -ou mal- dites) mais il est aussi question d'argent, d'emploi, de remboursement, des détails terre-à-terre qui ancrent le film dans une indéniable réalité contemporaine (et diurne), mais heureusement qu'il y a la nuit (comme le chantait il y a fort longtemps le groupe Beau Dommage, tiens, des québecois aussi)... C'est encore plus  beau, tout ce qui se passe la nuit, quand, justement Nicole dort (ou pas). Des petites bulles oniriques et nocturnes éclatent plop! à intervalles réguliers et viennent iriser la trame du récit. Qui pourraient être oniriques. On reste le cul entre les deux chaises du vécu et du rêvé, et c'est très bien comme ça... Ce qui est réel pourrait fort bien ne l'être pas (ou le contraire).

Tous les personnages qui gravitent autour de Nicole sont attachants, parce que traités à la fois de manière très prosaïque (réaliste) mais avec pourtant toujours ce petit supplément d'âme, (un détail, une attitude, un certain éclairage) qui les colorie un peu différemment, qui les poétise, qui nous les rend plus proches. On ne sait pas vraiment quel âge a Nicole, un peu plus de la vingtaine, sans doute, mais cet étrange été pourrait bien être la métaphore de cet étrange moment où on cesse d'être adolescent pour devenir "autre chose", un passage (à gué) dans un vaste flux qui vous désoriente, une traversée qu'il est bon de ne pas faire seul(e) et où il faut bien s'aider, au cas où, avec les moyens du bord.

J'ai plusieurs fois repensé à It follows (sans doute à cause de la piscine, mais aussi de l'ambiance : des jeunes gens, dont pas mal de jeunes filles, un certain flottement, des parents presqu'absents, des rêves, des désirs et des passages à l'acte ou non), mais un It follows sans le background anxiogène et/ou horrifique. Juste en commun le sentiment d'étrangeté, de regard novateur. Tu dors Nicole en serait comme une cousine éloignée, n&b et québecoise. Avec le point commun incontestable, aussi, que ces deux films se côtoieront dans mon top 10 (ou 20, ou 17, ou 33 qu'en sais-je encore) 2015.

379126

(et du coup, je suis allé fouiller sur le ouaibe, j'ai découvert que Stéphane Lafleur avait réalisé deux films avant celui-là, Continental, un film sans fusil et En terrains connus, et je les ai achetés. Oui, oui, achetés!)

Posté par chori à 08:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 4 juin 2015

hamac

oh le mois de juin, déjà... ("c'est vrai que le temps passe m'a dit mon ami Michel etc.") les mois d'avril et mai ont passé scandaleusement vite, je souhaiterais m'en plaindre et déposer une réclamation, quelque part... et pour juin je crois bien que ça va être pareil, mais pourtant nulle angoisse, nulle inquiétude, nul stress, non non aucun nuage à l'horizon de mon temps qui passe... aucun réveille-matin, surtout
les neufs mois qui viennent de passer m'ont confirmé une chose (que je savais déjà, mais c'est mieux d'être sûr) : je suis phénoménalement doué pour l'inertie, la bienheureuse inaction, la délicieuse indolence, l'exquis nerienfairage (bon je ne le crie pas trop fort, le fait d'exprimer ma sérénité actuelle se teinte toujours d'une certaine quantité de culpabilité par rapport à ceux (celles surtout, à vrai dire) qui ne sont pas encore dans le même état - mais elles y seront aussi, à leur tour, c'est certain, je ne fais que leur tendre un miroir anticipatoire, de les rassurer, au fond, n'est-ce pas -)
parfois je me sens comme un gamin qui a fait l'école buissonnière et qui attend que ses copains copines sortent enfin à leur tour du scolaire bâtiment pour pouvoir aller jouer ensemble, mais parfois aussi (souvent) je m'accommode parfaitement du fait de m'amuser tout seul (crénom de nom comme disait Brassens) il y a tellement de choses à faire (ou à ne pas faire, justement)
là il est 8h54, j'écoute Grandaddy au casque,  par la fenêtre pointe un rayon de soleil qui vient me chatouiller la nuque et je me dis que je vais bientôt aller petit-déjeuner...

 

DSC02871

Posté par chori à 09:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 3 juin 2015

louie s05 e08 vostfr

et voilà, la saison 5 de Louie, c'est (déjà) fini...
8 épisodes seulement (les raisons de cette saison plus courte sont assez drôles, enfin celles que je viens de lire, si elles sont vraies, où il est question de décision hâtive après avoir fumé trop de marijuana...) mais 8 fois ce qu'on aime chez Louie (et c'est ce qu'on aime chez lui)

On l'avait quitté là...

louies4


Et on le retrouve là :

 louie-road2a 

louie-road2b

Louie-Saison-5

ob_18a656_cop-story-jpg-crop-promovar-mediumlarg

ob_69d0a0_ls5-bobby-s-house-0100-hires2

louis_ck_toilet_weed

LS5_Bobby_s_House_0159_hires2

LS5_A_La_Carte_0273_hires2

(huit images pour huit épisodes, mais je ne vous les ai pas mises dans l'ordre...)

C'est vraiment une série que je continue d'adorer, parce que, allez savoir comment, il réussit chaque fois à nous surprendre. Comme ça ne raconte rien de précis, on ne sait pas à quoi s'attendre. Parce qu'il nous fait -délibérément- peut-être un peu moins rire, mais qu'il est capable au contraire d'encore mieux nous émouvoir. Nous toucher. Mais toujours l'air de rien, sans en faire des tonnes. Au début, ce que j'adorais, c'était le côté stand up comedy, les vannes rentre-dedans, le politiquement incorrect, les blagues de cul, le pipi-caca, bref la provocation bon enfant mais toujours efficace. et le fait que tout ça venait de l'observation de sa vie, de la réalité, des détails du quotidien. Louie se regarde vivre, il se regarde vieillir, il se regarde ne pas être à la hauteur, il se regarde avoir l'air con parfois, et il nous le montre, simplement (en apparence). Clown triste ? il y a peut-être de ça, mais il est vraiment très très fort pour faire naître l'émotion, comme ça, au débotté, de passer sans prévenir d'un état à un autre, sans qu'on n'ait rien vu venir, pourtant... C'est le genre de série qu'on peut voir et revoir presque indéfiniment, sans se lasser, et pas obligatoirement dans l'ordre, (c'est d'ailleurs la seule, quasiment, que j'ai conservée dans mes documents) puisque, contrairement à la saison 4, chaque épisode est indépendant (sauf les deux derniers). Il y en a, bien sûr, qu'on aime plus que d'autres (et à l'intérieur même d'un épisode, des morceaux qu'on préfère aussi, c'est comme dans la vie, les "bons moments" et les moins bons).
Il y a vraiment des morceaux de bravoure dans chacun des épisodes (Untitled en est un à lui tout seul) et ils concernent en génral un homme (pas forcément lLouie) dans une situation inhabituelle... On pourrait successivement qualifier la série de féministe,  de lucide, de désenchantée, d'acide, de réconfortante, (le seul reproche que je pourrais faire est qu'elle est aussi très hétéro, mais pas tout à fait dépourvue de sous-sous-texte-gay, -je suis très fort pour explorer, avec ma frontale et mon pic,  les galeries de mine du script à la recherche de filons enfouis de gayitude - mais disons que ça fait partie du charme... Louie est sans conteste mon rouquin / hétéro / new-yorkais / blanc préféré)

Les huit épisodes sont :
1) Pot Luck (Louie va à un repas de parents d'élèves)
2) A la carte (Louie et les femmes)
3) Cop story (Louie retrouve un ancien pote)
4) Bobby's house (Louie va à un enterrement)
5) Untitled (Louie fait des cauchemars)
6) Sleepover (Louie reçoit les amies de sa fille)
7) The road 1 (Louie et son chauffeur)
8) The road 2 (Louie à Minneapolis)

En plus, ce n'est pas vraiment la peine de commencer à attendre la suite, puisque'on ne sait même pas encore s'il y aura une 6ème saison ou pas...

Posté par chori à 07:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 2 juin 2015

matterhorn

DEPT OF DISAPPEARANCE
de Jason Lytle

Quand Gigis m'a mentionné hier le nom de ce monsieur, dimanche, ça ne m'a fait ni chaud ni froid et j'ai demandé qui c'était. "l'ex leader de Grandaddy" m'a-t-il répondu, et que," oui, ça sonnait comme du Grandaddy", en réponse à ma seconde question. Je me souvenais d'avoir plusieurs "vrais" disques de Grandaddy, de les avoir écoutés et aimés il y a quelques années déjà...
J'ai donc mis le disque de ce Jason Lytle, branché le casque sur l'ordi, et hop c'était parti. Au début, je dois le reconnaître, j'écoutais ça poliment, en faisant autre chose, j'ai reconnu la voix du monsieur, et les guitares jolies, et les ambiances planantes, et les harmonies vocales, et les synthés vintage qui font parfois coincoin et d'autres fois glouglou, et je me suis progressivement laissé envahir par cette écoute. Hmmmm mais c'est vachement bien, me suis-je dit à la fin, et j'ai réécouté le disque une seconde fois, et là, hop, j'étais en plein dedans, avec stupeur et ravissement. Les poils dressés et les larmes aux yeux, oui oui ça ne trompe pas. Incontestablement, un signe de reconnaissance, ce monsieur-là fait partie de ma famille. Bienvenue Jason!
Un disque qui parle à la fois de montagne (Matterhorn, Alpes) et de disparitions + les fignolages vocaux sublimes, ça m'a rappelé un autre disque du même tonneau (sylvestre et neigeux), l'Everest de Girls in Hawaii, une autre magnifique et bouleversante découverte idem, from Gy encore une fois (était-ce Régis ou Emma ?). Oooh c'est bien d'avoir des amis qui aiment la musique (sourire jusque derrière les oreilles, avec les joues roses de reconnaissance)...
J'ai donc été rechercher mes albums de Grandaddy, (j'en avais 3), pour les réécouter dès que possible (c'est dur de faire les choses l'une après l'autre, j'aimerais tout écouter en même temps) et vérifié aussitôt sur le ouaibe ce qu'il me manquait de ce monsieur (c'est son deuxième album solo, j'ai donc commandé le premier illico).

Jason-Lytle-Dept-Of-Disappearance-608x608
l'album

jasonlytle11159957_1015289666407
j'ai appris par la même occasion qu'il y a juste un mois, il avait fait un concert à Clermont...

jasonlytle_MG_1320
...et voilà le monsieur (j'aime assez le look bûcheron, en plus...)

 

Posté par chori à 07:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]