samedi 7 février 2015

mes prix

un petit mot,quand même, en direct de
(j'avais commencé ça, un matin, sur place, mais c'est tout ce que j'ai pu écrire c'est dire)

donc plus exactement, un petit mot, juste en arrivant de (6h de train quand même!) avec la crève mais bon c'est la vie, (j'avais écourté mon séjour pour pouvoir assister ce soir au concert de Nasser, puis appris entre temps qu'il y avait tarot chez maryse ce même soir, et finalement ce sera rien du tout, voilà - Nasser, ça ne sera que le troisième fois que je les rate, la prochaine sera la bonne j'en suis sûr)

donc de retour de ce festival pour lequel j'ai une certaine tendresse (en réalisant quand même que ça faisait 10 ans que je n'y étais pas venu!) parce que c'est... très particulier : on ne voit pas voir des films, comme dans les autres, on va voir des programmes, des séries de films (avec une "thématique" et un code pour les repérages : les séances internationales sont des I quelque chose, les françaises des F, les labo des L, et ainsi de suite  : les transversales cette année étaient le vélo (V quelque chose) et la Chine (CH, vous avez compris le principe...) à vous ensuite de composer votre programme, puisque vous avez tous les lieux, tous les horaires (sur deux pages : les pairs et les impairs), chaque programme passant entre 6 et 8 fois. il y a aussi d'autres petites thématiques (une sur la Palestine (P), une autre de cinéma mexicain, sans oublier la séance spéciale polar/sncf (POL)
Au début, c'est simple, on y a à l'aveuglette, comme ça vient, mais plus les jours passent et plus ça se complique (c'est mathématique), et il y aura, forcément, à la fin, des séances magnifiques que vous aurez ratées, alors que vous aurez assisté à d'autres qui étaient plus dispensables...

Alors, avant la proclamation du palmarès ce soir, lors de la soirée de clôture, voilà juste un petit survol personnel : dans chacune des séances, mon (ou mes) film(s) préférés(s) :

POL : LOCKED UP (GB, 7')
3 bras-cassés, après un hold-up, bloqués dans la voiture dont le conducteur a perdu la clé...

I1 : INSPECTION (Russie, 16')
Une visite d'"assistantes sociales" au domicile d'une femme alcoolique et de sa fille
I2 : A MILLION MILES AWAY (US, 27')
Une chorale féminine d'adolescentes, face à leur nouvelle prof...
I3 : COUNTY STATE, USA : SWEET CORN (US, 23')
Un polar à rebondissements multiples, avec un hold-up, un fermier, de la citronnade et un vieux pick-up pourri
I4 : RETURN (NZ, 14')
Soirée en famille d'un mec "de retour", entre ses potes et son père, avec bières et jacuzzi...
I5 :
PILOTS ON THE WAY HOME (Estonie/ Canada, 16')
Film d'animation à QV, avec une femme en morceaux dans trois valises et des aviateurs en mal d'amour
HJONABANDSSAELA (Islande, 14')
Deux vieux potes (le gros et le maigre). arrive une dame dans leur piscine...
I6 : HOLE (Canada, 15')
Un handicapé sollicite son infirmier pour parvenir à jouir...
I9 : THE BRAVEST, THE BOLDEST (US, 16')
Dernier film vu cette année, et mon Grand Prix  International perso! (dernière larme de la compèt')
I12 : A SINGLE LIFE (Pays-Bas, 2')
Au milieu d'une sélection plombante, un bijou aussi drôle que court : un 45 tours, une vie...
I14 : PRENDS-MOI (Canada/Québec, 10')
Un infirmier aide un handicapé à avoir des rapports sexuels (ma première larme de la compèt')

L2 : SMALL PEOPLE WITH HATS (GB, 7')
Animation, non-sense total, delicious
L3 : TEHRAN-GELES (France, 18')
Sur une musique minale et répétitive, des vues nocturnes de téhéran, auxquelles se superposent d'autres, de los angeles, avec des témoignages oraux d'iranien(ne)s. Hypnotique et  jusqu'auboutiste (le rouge à l'image et la note finale) Mon grand prix Labo
L5 : CAMS (Suède, 13')
Paysages en plan-séquence sans aucune présence humaine, mais avec de drôles de machins noirs. Qui passent furtivement ou bougent soudain. Inquiétant...

F1 : TERREMERE (32')
Des frangins rebeus partent au Sénégal dans une vieille bagnole avec un cercueil sur le toit pour y enterrer leur père
F2 : JE REPASSERAI DANS LA SEMAINE (8')
Une animation sur deux potes et la mort du grand-père d'un des deux
F3 : TISINA MUJO (11')
un gamin, un ballon de foot, un  cimetière, une femme...
F4 : TON COEUR AU HASARD (39')
Portrait d'un loser affectif en trois actes (la caissière / la grand-mère, l'españole) qui ne s'en sortira jamais avec les femmes. L'acteur principal (Jonathan Couzinié) y est magnifique. Mon grand prix National
F5 :
MON BRAS ARME (4')
Un genre de clip de flics sur techno minimaliste
BEACH FLAGS, UNE EPREUVE DE SAUVETAGE (14')
Animation, avec une compétition de maîtresses-nageuses Iraniennes...
F8 : MON HEROS (30')
Deux frangins, un costume de poulet, des chinois, une bétaillère, des bières... Pendant longtemps ce fut mon préféré, avant d'être détrôné in extremis par Ton coeur au hasard...
F9 :
LEFTOVER (14')
Animation magnifique sur le thème des restes, avec plusieurs petites histoires dont on pense qu'elles vont se rejoindre, mais pas du tout...
LE DERNIER DES CEFRANS (30')
Encore un film de jeunes et de rebeus (il y en eut pas mal, cette année, tout de même...)
F11 : K-NADA (22')
Deux frangins en bagnole pour Amsterdam, l'un pour ramener de la dope et l'autre pour passer un cocnocurs de d-j...
F12 :
SECHEUR (23')
Un film simple et doux, juste une journée où deux copains sèchent l'école...

V1 : VIVE LE TOUR! (Fr,18')
Un doc restauré sur le tour de france dans les années soixante : Chapeaux en papier Poulain, Poulidor, etc. un autre temps (il est quand même question, in extremis, du dopage...)

P :
DISNEY RAMALLAH (Fr, 17')
Un père et son fils, qui voudrait désespérérément aller à D*sneyland. Ma deuxième larme cette année. (pas la fin, non, juste la scène de l'anniversaire)
THE WARREN (US/ Pal, 11')
Pes soldats israéliens font irruption dans l'appartement d'une famille palestinienne pour y débusquer...

 

thumb-x480-1421076496
(Tehran-Geles)

TheBravest,TheBoldest_Hero
(The bravest, the boldest
)

Ton-coeur-au-hasard-3-720x405
(Ton coeur au hasard)

allez, et je rajoute mon "Prix du jury" :

mon-heros
(Mon héros)

Posté par chori à 13:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 5 février 2015

de retour le 6 (7)

NASSER_7_DIGITAL

Posté par chori à 08:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 4 février 2015

de retour le 6 (6)

affiche-festival-court-metrage-2015-clermont-ferrand

Posté par chori à 08:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 3 février 2015

de retour le 6 (5)

it_follows

Posté par chori à 08:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 2 février 2015

de retour le 6 (4)

Grande150756

Posté par chori à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 1 février 2015

de retour le 6 (3)

uha_poster_photo-150x200

Posté par chori à 08:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 31 janvier 2015

de retour le 6 (2)

445_001

Posté par chori à 08:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 30 janvier 2015

de retour le 6 (1)

39-1

Posté par chori à 08:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 27 janvier 2015

les chaussures / le fil du micro

(un rêve qui me laisse, au réveil, passablement agacé)

je suis avec (?) , on a acheté chacun une place pour aller au cinéma mais la séance n'est qu'à 13h (ou 15 ?) et on a le temps donc on va (?)

(on se retrouve aux Beaux-Arts, ou peut-être plutôt chez Thomas (le jeune homme dont je m'étais entiché, il ya 10 ans) ambiance de fin d'année, les étudiants préparent des cartes, ou des feuilles A4, qu'ils vont s'échanger, où ils inscrivent chacun leur tour leurs coordonnées, nom, adresse, numéro de téléphone, pour rester en contact (je me réjouis de savoir que je vais avoir les coordonnées de Thomas), tout ça de manière très graphique, très "artistique"

il arrive, d'ailleurs, le voilà, il est entre deux filles, c'est drôle, je me souvenais qu'il était petit, mais là il est vraiment très petit,  il a changé de coiffure, n'a plus "la touffe" qu 'il avait aux beaux-arts ni le crâne rasé qu'il avait ensuite, il a juste des cheveux mi-logns, et raides, ce qui lui fait une drôle de tête ça me fait drôle de le revoir après tout ce temps, je me demande s'ils se souvient que j'ai été amoureux de lui, et je me demande si je suis toujours amoureux, et j'ai du mal à répondre non mais je vais faire comme si de rien n'était
en tout cas, il est très aimable
(je fais quelque chose avec une feuille de papier qui est déjà peinte et sur le bord de laquelle je voudrais laisser une traînée de peinture blanche)


au moment de partir, je m'a perçois que je n'arrive plus à remettre la main sur mes chaussures que j'avais enlevées en entrant, je me souviens que j'avais des sabots, et il n'y en a pas pas, parmi la multitude de chaussures qui sont posées par terre

nous sommes dehors, devant la maison de Thomas, il y a un énorme monticule de terre (comme ceux qu'on obtient en creusant pour faire les fondations d'une maison) on grimpe dessus, un de ses copains  essaie de reconstituer le trajet que j'ai fait, pour essayer de retrouver mes sabots mais c'est compliqué

je suis embêté, j'ai à présent aux pieds une paire de chaussures qui semblent être des chaussures de fille, un peu, pas trop, plus ou moins, ça dépend des fois quand je les regarde

on est en train de marcher à plusieurs dans la rue (ou sur un chemin plat comme un bord de canal), et soudain j'enlève une de mes chaussures (ce sont alors quasiment des talons-aiguilles, mais un peu vieillots, style dame des années 50, gris perle, me semble-t-il), et en la regardant de plus près, je m'aperçois que le nom de sa propriétaire (et son adresse) sont calligraphiés dessus, sur le côté : il s'agit d'une américaine, et je me dis que c'est donc elle qui a dû partir avec mes chaussures (mes sabots)

 

grey shoes

(un autre bout de rêve, le lendemain, sans rapport)

je suis sur une scène, toute en longueur, comme posée sur les douves d'un château (d'ailleurs, par l'espace entre le bord de la scène et les murs, on voit qu'il y a de l'eau en dessous)
je dois faire un duo avec un chanteur japonais (il arrive sur scène) je ne sais absolument pas ce que nous allons chanter et je men inquiète un peu, mais il me fait un clin d'oeil complice, en souriant, genre "ne t'inquiète pas, tout va bien se passer..." La musique commence, je ne reconnais toujours pas la chanson... Nous avons chacun un micro, avec un très looooooong fil, et j'essaie de me dépêtrer du mien, pour changer de place, en le faisant passer dessus ou dessous des obstacles qui sont sur le bord, il me semble que nos deux fils de micro, qui passent par dessus un fil tendu très haut entre les murs, en travers de la scène, sont en réalité reliés ensemble, et que je suis, en quelque sorte un contrepoids pour le chanteur japonais, je m'en rends compte d'ailleurs brutalement puisque, ayant réussi à libérer mon fil d'un obstacle, je réalise que du coup le système de contrepoids ne fonctionne plus, et que, du coup, le chanteur, déséquilibré, tombe à l'eau de façon misérable, (ce n'est ni trop haut ni trop profond) il a l'air humilié, et les gens rigolent...
Arrivent des coulisses des membres de son équipe, dont une dame asiatique qui a l'air plutôt en colère après moi, et ne mâche pas ses mots pour me faire comprendre que c'est de ma faute, parce que j'aurais du venir plus tôt pour les répétitions (comme lui est célèbre et moi pas, c'était à moi de me déplacer, de faire le premier pas)

micro

 

Posté par chori à 06:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 26 janvier 2015

"ce film n'existe pas encore"

REALITE
de Quentin Dupieux

Oh le plaisir! Oh le bonheur! Oh la jubilation! C'était  le premier film de la journée de prévisionnement à Lure, et ce n'était pas forcément celui dont j'attentais le plus. Après un Rubber que j'avais adoré, puis un Wrong en demi-teinte, et un Wrong cops encore en demi-teinte (on en était donc au quart-de-teinte), je ne savais pas trop à quoi m'attendre...
Le système Dupieux dès l'ouverture (de la chasse ?) se met en place : au départ un bout-à-bout de scènes qui n'ont rien à voir entre elles : un papa qui tue un sanglier pendant que sa fille l'attend dans la voiture, un animateur avec un costume de rat qui se gratte en questionnant son invité pendant une émission culinaire, un des cameramen de cette émission qui va présenter son projet de film d'horreur à un producteur, un grand monsieur barbu habillé en femme dans une jeep militaire qui s'arrête pour cueillir des fleurs...
Puis chacune des scènes se dérègle légèrement : dans le sanglier, il y a une cassette vidéo ; l'eczéma du présentateur semble imaginaire ; l'entretien entre le réalisateur et le producteur se fragmente et se recompose ; le grand monsieur jette les fleurs qu'il vient de cueillir devant la porte d'une maison où il vient de sonner...
Puis surgissent les interférences, entre les différents segments, et le film se dérègle encore légèrement plus : la petite fille et son papa sont dans un film regardé par le producteur, et pourtant ont croisé en voiture le grand monsieur habillé en femme qui est pourtant dans un rêve que ce monsieur raconte à sa psy, qui n'est autre que l'épouse de... Bon je ne vais pas faire mon Télérama et vous raconter toute la suite (ni toute la fin) mais tout ça va s'emberlificoter de plus en plus inextricablement (et jouissivement) : le "réel", le filmé, le raconté, le rêvé, l'imaginé, à tel point qu'à la fin on ne sait plus du tout qui est vraiment qui, qui filme qui et qui rêve de qui... Tout ça délicieusement nappé de "la musique qui rend fou" (Phil Glass, Music with changing parts) -dixit Jean-Luc-.
On peut s'amuser à (essayer de) compter, par exemple, combien il y a de films dans Réalité (ah, au fait, c'est juste le prénom de la petite fille, hein) et tenter de tracer un diagramme sagittal (ou un diagramme de Carroll -Lewis!- vous vous rappelez des maths modernes ?), sauf qu'on se rapprocherait plutôt, ici, de la folie douce, voire de la furieuse...
Contrairement à ses précédents films, Réalité est "rigoureusement" cohérent dans son incohérence (à moins que ce ne soit le contraire) et c'est pour moi, sans aucun doute, le meilleur film de son réalisateur. Et peut-être celui qui, grâce à la présence d'Alain Chabat, pourrait peut-être lui permettre (sans doute, je l'espère) de trouver son premier grand succès public (il le mérite!).
Pour citer Poe (ou Propaganda) : "Just a dream within a dream"... Mais à la puissance n (ou même n+x ?)

077619

Posté par chori à 06:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]