samedi 7 avril 2018

une mite au plafond, un chien sans laisse, et un chat nommé chat

044
ALBA
de Ana Cristina Barragan
Semaine latino 7.3 : Equateur
Portrait d'une fillette de 11 ans qui doit soudain aller vivre avec son père, parce que sa mère est malade. Le papa en question, elle ne le connaît pas, d'ailleurs elle ne lui parle pas, et lui non plus. Il a l'air vieux, tristounet, malade. On découvrira progressivement que ce père, s'il n'est pas très expansif, fait, en silence, patiemment, tout ce qu'il peut pour le bien de sa fille. Un film lent, attentif, juste, à propos d'une fillette qui grandit (j'ai eu comme l'impression qu'elle me rappelait queqlu'un...) avec un intéressant travail sur la couleur et le rythme. Un film à l'image du père, pas bavard (sauf dans les scènes avec les enfants, qui résonnent de jacasseries comme autant de volières) mais doté d'une indéniable tendresse. Un film, enfin, qui s'épanouit et nous bouleverse dans une très simple et touchante scène finale.

Alba_(film)

 

045
MARIANA (LOS PERROS)
de Marcella Saïd
Semaine latino 7.4 : Chili
Portrait d'une femme de la haute bourgeoisie chilienne pétée de thunes, qui tombe amoureuse de son prof d'équitation, qui s'avère être un ex-colonel "responsable de la sécurité" (et donc de multiples disparitions) sous Pinochet. Une saloperie, donc. Trouble, fascination, ambiguïté, dans cette relation naissante entre celle qui ne supporte pas qu'on lui donne des ordres et celui qui avoue qu'il ne connaît pas la peur, et encore moins les remords. Où les chiens du titre ne sont pas uniquement ceux qu'on voit y courir ou qu'on entend (avec insistance) aboyer.  Par la réalisatrice de L'été des poissons-volants (projeté dans la Semaine Latino 3, et dont la critique est ), une étude soignée, grinçante, et plutôt glaçante. Moralité : les riches (ou les puissants) ont toujours le dernier mot.

363845

046
NOTRE ENFANT
de Diego Lerman
Semaine latino 7.5 : Argentine
Portrait d'une femme médecin de Buenos Aires (encore un personnage de femme forte) qui parcourt 800km (après une belle scène d'ouverture nocturne à base de bruit d'essuie-glaces et de gouttes sur les vitres) pour aller chercher le bébé qu'elle a entrepris d'adopter et qui va vite déchanter en réalisant le traquenard dans lequel elle est tombée, et tenter l'impossible : se révolter, face à un trafic très organisé où les notables locaux s'en mettent plein les poches. Ce qu'on croyait être au départ une simple chronique sociétale se transforme quasiment en thriller où l'on est, à chaque instant, de plus en plus tendu et inquiet. a chaque nouveau rebondissement je me crispais un peu plus sur mon siège. Oppressant. Moralité : comme ci-dessus, les riches (ou les puissants) ont toujours le dernier mot.

3164300

 

Posté par chori à 06:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 6 avril 2018

valet de carreau

043
7 PSYCHOPATHES
de Martin Mc Donagh

Mais comment ai-je pu passer à côté de ce film? J'avais pourtant adoré Bons baisers de Bruges, le premier film du réalisateur, et c'est 3 billboards, son troisième, qui m'a donné l'envie d'aller voir ce qui se cachait entre les deux (même si, si j'ai bien compris, ledit réalisateur le désavoue maintenant plus ou moins).
Résumons : comme dans Bons baisers... on a Colinchou Farrell en vedette, une sacrée bonne dose d'humour (noir) et des mecs avec des  flingues qui s'entretuent mais pas de façon conventionnelle ; et comme dans 3 Billboards, on a Woody Harrelson et Sam Rockwell, une histoire à rebondissements, encore des mecs avec des flingues, et toujours une sacrée dose d'humour (noir). Avec, ici, en prime, un Christopher Walken anthologique, un Tom Waits idem, plus la présence en ouverture de Michael Pitt et de ce très cher Michael Stuhlbarg, qu'en ce moment j'ai tendance à voir -et à aimer- un peu partout, et qui reste bien de devenir ma prochaine coqueluche...
Ajoutez un scénario tordu, oui, au sens propre, vrillé comme un ruban de Möbius (en gros l'histoire d'un scénariste qui écrit un film mais va finir par s'y retrouver en plein dedans, 7 psychopathes pourrait être au polar ce que Scream fut au film d'horreur : une mise en abyme maligne,où le cinéaste examine les  "codes" sous un angle théorique et complice mais les intègre finalement en tant qu'éléments de son propre film). Un scénariste écrit le scénario d'un film qui s'appelle 7 Psychopathes (comme dans paludes, Gide écrivait un bouquin qui s'appelait paludes, mais dedans il y a avit beaucoup moins de flingues).
C'est le premier film qu'a réalisé Martin Mc Donagh aux Etats-unis (qui nous le signifie bien dès l'ouverture, avec un plan sur l'inévitable HOLLYWOOD à flanc de colline) et il nous offre (voir, plus bas, la campagne d'affichage américaine) un casting inoxydable, où chacun(e) tient son rôle de jubilatoire façon (bon, c'est "un film de mecs" : la critique d'un des personnages sur le manque d'épaisseur des personnages féminins dans le scénario -Ô Pirandello- n'est pas totalement injustifiée, et le réalisateur saura d'ailleurs s'écouter (en tenir compte) et rectifier le tir en offrant à Frances Mc Dormand le rôle principal en or massif de son film suivant).
Le récit est un peu déconstruit, et avance, au moins au début, un peu de bric et de broc, avec différentes histoires que le cinéaste ou un de ses personnages nous raconte(nt), histoires qui ne se situent pas toutes, d'ailleurs sur le même plan fictionnel mais qu'on suit toujours avec grand plaisir (tout le début du film ferait un peu penser à une compilation, une anthologie d'histoires de psychopathes) qu'après il est plus ou moins facile de relier entre elles. Mais le réalisateur y vas de bon coeur.
Martin Mc Donagh pratique une forme d'humour (et de distanciation) que j'adore : il met en scène des personnages (ou des situations) qui sont des clichés, mais ont suffisamment de force pour regarder en face le spectateur et lui dire "Oui, je sais, je suis un cliché mais regardez comme j'en suis conscient..." Oui, qui le revendiquent. Et bam bam! (les mecs et leurs gros flingues, pour un amateur de sous-sous-texte gay comme moi, c'est du vrai grand bonheur, tellement ils aiment les sortir et les braquer, leurs gros machins rutilants et chromés, pour un oui pour un non, c'est ça les vrais z'hommes hin hin).
Bref, 7 psychopathes est un film ludique, facétieux, ironique. un film qui, même s'il ne tient pas toutes ses promesses, m'a, en l'état, grandement réjoui.

20413806

20214661

20214662

20214663

20214664

20214665

20214666

un casting inoxydable vous disais-je...

Posté par chori à 06:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 5 avril 2018

micro178

*

Un député macroné a une "idée géniale" : donner un petit-déjeuner à l'école aux enfants des "quartiers défavorisés", et ça m'énerve, parce que cette idée, on l'avait déjà eue (et mise en pratique) il y a dix ans, et que l'institution était intervenue pour nous obliger à la supprimer,  accusant cette collation d'être la cause de l'obésité des élèves

*

"Les questions se posent comme des avions. Quand un avion se pose, il retrouve son ombre. Ce serait beau si les réponses retrouvaient leur ombre en atterrissant." (Tomi Ungerer)

*

je me souviens combien on s'échangeait , avec délices,
cette phrase, au téléphone ou par courrier :
"C'est la fin de l'hiver..."

*

C'est la première fois que ça m'arrive : dans la précipitation, j'ai oublié un film dans la plaquette de programmation : c'était Call me by your name, et j'ai donc dû imprimer une feuille supplémentaire qu'on a insérée dans la prog...

*
entendu, chez la coiffeuse La p'tite lady (de Vivien Savage)
et aussitôt repensé à Emma, et à quand on était jeunes...

*

 Mai 68 a commencé un 22 mars...

*

"La vie c'est dur, c'est pas demi-molle..."
(Vald)

*

jeudi au cinéma (Taste of cement), j'ai dormi hélas
vendredi au théâtre (Au bord de l'eau) j'ai dormi hélas
samedi au cinéma (Vers la lumière) j'ai dormi hélas
je ne suis pas sûr que cette machine à dormir soit si efficace que ça...

*

"Plus on vieillit, et plus ils font les lettres petites"
(un lecteur du journal local, au FJT)

*
"Ah... il est mort mon voisin, merde..."
(une autre lectrice du même journal, un autre jour)

*
"Un jeune paon qui glandouille"
(Le Canard)

*

(à la boulangerie) un ado achetant une baguette à 1,05€ ne daigne pas prendre la pièce orange que se proposait de lui rendre la vendeuse : "Non, gardez-la..."

*

en allant à Audincourt, comme un avant-goût du concert, nous avons longtemps roulé  dans une sublime lumière d'orage qui transfigurait le paysage.

*

" On aime toujours les gens quand on ne les connaît pas vraiment..."
(Dominique A)

*

Posté par chori à 06:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 4 avril 2018

ce soir,petite chambre...

043
LES BONNES MANIERES
de Juliana Rojas et Marco Dutra

Semaine latino 7.2 : Brésil
Vu hier le film interdit aux moins de 16 ans, et cet aprèm' celui-ci, "seulement" interdit aux moins de 12a. Après, ils seront tous "tous publics". Bon je l'appréhendais un peu à cause de ce que je savais du pitch (qui en fait n'est que la moitié du film). On avait déjà programmé, lors d'une précédente semaine latina, le précédent (et premier ?) long-métrage de ce couple de réalisateurs : Trabalhar cansa (Travailler fatigue) qui distillait déjà une certaine -et réjouissante- singularité (la critiquounette est ). Celui-là vient juste de sortir (21 mars) et les critiques en sont plutôt très bonnes (il a même été primé à Locarno, eh!), et je l'ai bien aimé, oui, mais en sachant que je n'aurais sans doute pas envie de le revoir...
Un bemolito, donc, mais voilà parfois j'ai un léger problème avec le cinéma "de genre" (Hammer des années 60 et toutes ses diverses créatures...) car c'est bien de  film de genre qu'il est question ici (pour être dans l'air du temps, on pourrait même le qualifier de transgenre, tant il en a, avec intelligence, récupéré les codes, mais pour les transposer dans le Brésil -cinématographique- d'aujourd'hui, avec la chronique (critique) sociale et politique qui va avec.)
La première partie (le film est, oui, comme déchiré de l'intérieur par une scène centrale) est la moins surprenante (mais pas la moins intéressante) : on est en terrain connu. Une femme (une employée) arrive chez une autre femme (une patronne) dans son magnifique appartement pour un entretien d'embauche (que la patronne avait d'ailleurs oublié). Malgré des références pas très convaincantes, elle est pourtant engagée par cette riche bourgeoise enceinte, qui a besoin de quelqu'un pour être là à demeure et l'aider jusqu'à l'arrivée du bébé, dont elle sera chargée ensuite de s'occuper comme nounou. La patronne en question a bien quelques comportements nocturnes bizarres, mais va vite se nouer entre les deux femmes une relation amoureuse passionnée, un peu déséquilibrée par les errances somnambuliques de la patronne (dont elle ne garde d'ailleurs aucun souvenir au matin), qui ont lieu uniquement quelques jours par mois (oui, oui, la pleine lune vous avez deviné...) mais dont l'amante ne semble pas lui tenir rigueur....
Après la scène déchirante, au sens propre, on voit d'un coup quelques années passer (juste avec du linge pendu sur un fil, idée simple mais joliment efficace) et on retrouve la nounou avec un adorable petit garçon, Joël. Et démarre une seconde partie beaucoup plus inattendue, dans un film brésilien je veux dire (mais pour qui a vu -spoiler attention- disonsLLe loup-garou de Londres, de John Landis, rien de vraiment étonnant, à part le fait qu'il s'agit ici d'un enfant-garou.) Une maman brésilienne et son fils de cinq ans, et les problèmes d'éducation que cela suppose. Car l'enfant est vaiment particulier (commez chez Rohmer, hihi, surtout Les nuits de la pleine lune, où il est davantage ... dirons-nous... agité). Et j'avoue qu'il y a dans cette moitié-là des images plutôt dérangeantes pour la petite chose sensible que je suis (et que, je pense, on voit ici pour la première fois) pas forcément les plus gore -le film reste bien plus souvent dans l'allusif et n'éclabousse jamais excessivement- juste celles relatives à la figuration de la pilosité chez le personnage en question.
Mis à part ce détail, c'est très bien construit, les effets spéciaux sont là mais jamais  trop abusivement, la progression de l'action est bien dosée, dans ce film au-dessus duquel volettent plusieurs ombres tutélaires bienveillantes (une très jolie scène de terreur enfantine nocturne dans un super-marché, à mi-chemin entre Nocturama et Jacques Tourneur), une scène de révolte populaire qui m'a évoqué le Frankenstein de James Whale, jusqu'à une image finale très forte, (et, somme toute, logique, inévitable) comme celle de Butch Cassidy et le Kid (oui oui!) sans oublier celle, plus diffuse peut-être, du Truffaut de L'enfant sauvage...
Décidément le Brésil est très fort pour nous offrir, à chaque nouvelle Semaine latino, un film saisissant, surprenant, inclassable...

5460972

Posté par chori à 06:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 3 avril 2018

dans la cabane

042
LA RÉGION SAUVAGE
de Amat Escalante

Semaine latino 7.1 : Mexique
Et nous entrons de plain-pied dans notre querida Semaine Latino (la 7ème déjà!). Plain-pied est d'ailleurs une façon de parler, et pas forcément la plus appropriée puisque le pied n'est pas l'organe (le membre ?) le plus sollicité dans le film (pour entrer, je veux dire). Interdit aux moins de 16 ans il est. Diantre. C'est cul, c'est cru, et ça démarre en fanfare : premier plan : une demoiselle se caresse avec un chose pas très bien identifiée, deuxième plan une autre demoiselle, dans son lit, se fait matinalement et de dos honorer par son mari, troisième plan (ou presque) un homme est assailli tout aussi par derrière et énergiquement par un  autre monsieur (qui y va de bon coeur...) bref, on rentre dans le vif du sujet (et des sujettes) avec vigueur. L'appétence sexuelle est une chose nous concerne tous, partout, géographiquement, mais on peut dire qu'elle est spéciquement intensive ici, (enfin, là-bas, quand on regarde depuis chez nous) au Mexique. (L'amateur attentif de langues étrangères apprendra notamment, via sms, que baiser se dit coger... et notre héros aime ça, coger...) Comme je l'ai déjà écrit, ailleurs, Mexico, Mexiiiico, serait-on donc à même de chanter à pleins poumons au moment de la jouissance. On comprend assez vite que le monsieur avec la dame et celui avec l'autre monsieur sont le même, Angel, puis que la dame et l'autre monsieur qu'il honore sont frère et soeur... Donc, voci le trio : la femme, le mari, et le beau-frère. Plus la demoiselle du début, qui va assez vite les rejoindre.
Il est aussi question d'une cabane au milieu des bois où un couple de vieux scientifiques hébergent quelque chose, qui provoque le plaisir -et l'addiction- de celles (d'abord), puis ceux qui en font la connaissance, et qui nous sera révélé (le quelque chose) aussi progressivement que la bestiole dans Alien, pour vous donner un ordre d'idée (pour ceux qui se souviennent de Possession, avec isabelle Adjani, ce sera aussi le même ordre d'idée...). Et cette fameuse cabane va accuieillir, l'un(e) après l'autre, chacun des principaux protagonistes.
Amat Escalante, on l'aime aussi beaucoup ici (Sangre, Los bastardos) et on a passé presque tous ses films. mais qui dit Mexique pense aussi forcément Carlos Reygadas,  qu'on a aussi  toujours beaucoup aimé par ici (Japon, Batalla en el cielo, Post tenebras lux), auquel ce film ici emprunte non seulement ses paysages matinaux verdoyants embrumés et humides mais également une certaine folie furieuse. Les deux hommes se connaissent (Escalante a été l'assistant de Reygadas, et Reygadas a co-produit les films d'Escalante) leurs univers cinématographiques respectifs sont un peu poreux, perméables l'un à l'autre, et leurs films ont en commun une certaine violence, une frontalité, une crudité qui peut en désarçonner certain(e)s (mais qui, personnellement ne m'est pas du tout inconfortable...) à la seule différence que, chez Escalante, on n'a jamis de QV.
On a donc un récit extrêmement réaliste et prosaïque (des gens qui travaillent, qui préparent à manger, qui prennent leurs repas, qui vont chercher les enfants à l'école) dans lequel vient interférer un élément "autre" qui va bien sûr perturber -parasiter- cette réalité terre-à-terre et ordinaire ("normale", quoi) comme une maladie contaminerait progressivement une population donnée (et deviendrait visible au même rythme). Comment la fatalité affecte, en ricochet, une série de personnages diversement maussades (on ne sourit pas beaucoup dans le film, et c'est rien de le dire... Le récit se situe dans le registre de l'excès, qu'il soit de malheur, de violence, ou de sexe. Où le plus monstrueux finalement, ne serait pas forcément celui qu'on croit... Avec au centre du récit ce personnage masculin particulièrement double (il baise en douce le frère de sa soeur mais tient officiellement un discours macho et outrageusement homophobe), dualité qu'on retrouve aussi, in fine, en écho, chez la bestiole... (Premier film mexicain, à ma connaissance, avec un alien. En tout cas, un film qui marque.)

4043551

(je trouve l'affiche très réussie)

 

Posté par chori à 06:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 2 avril 2018

you make me feel

041
MEKTOUB MY LOVE : CANTO UNO
d'Abdellatif Kechiche

Ohlalalala... 2h55 annoncées mais j'ai eu l'impression que ça en durait au moins cinq! Je me méfiais un peu je dois dire (je trouve toujours les films de Kechiche un peu beaucoup trop longs) mais bon la bande-annonce avait l'air sympathique (c'est sans doute le Youuuu make me feeeeeel qui m'a appâté) et c'est le sms d'Isa ("un cinéday à 20h ça te dit ?") qui a comme on dit emporté le morceau.
Au début du film, le jeune Amine observe à la dérobée (à travers les persiennes) une scène de baise torride entre Ophélie et Tony. Ledit Amine, d'ailleurs, ne va faire que ça dans le film : mater (serait-il l'alter ego du réalisateur ?, son Antoine Doisnel sétois ?) Ophélie (qui, entre parenthèses surjoue cette scène de baise avec des mines d'actrice porno, mais bon)  couche "en cachette" avec Tony (elle doit épouser clément, qu'on ne verra jamais). Quand Amine finit par frapper à la porte, Tony se barre et Ophélie se rhabille, short en jean et cache-coeur pigeonnant,  et lui ouvre pour lui faire la conversation. Et nous expliquer la situation. Amine rentre à Sète pour les vacances, après une année studieuse à Paris, et retourve sa famille et ses copains/pines.
Plus tard, les mêmes, à la plage, vont faire la connaissance de Charlotte et Céline. Tony, Amine, Ophélie. Charlotte est séduite par Tony, et croit qu'Ophélie veut le lui piquer (alors qu'elle l'a déjà, mais que l'autre ne le sait pas) ce qui va être la source d'interminables discussions (euh... tu vois...elle m'a dit ça... et j'ai dit ça... et euh... tu vois...) entre les protagonistes, et Amine, qui sert surtout de confident/confesseur (et dont on se demandera jusqu'à la fin s'il a du désir, une sexualité, tellement il se place en observateur (dès la première scène du film) et détonne un peu par rapport aux autres qui ont tous l'air d'être en surchauffe et d'avoir le feu aux fesses...) En parlant de fesses, justement, on va beaucoup en voir, dans le film, et filmées avec une complaisance qui confine bien souvent à la vulgarité. Kechiche aime les gros culs, et nous le proclame avec insistance en les filmant en très gros plans lubriques (on a le sentiment que s'il pouvait mettre la caméra  encore plus près (dedans) il le ferait carrément, et c'est peut-être cette (pour moi) obscénité-là qui a fait bander à mort tous les critiques ? Cette légitimation de pouvoir baver à son aise sur ces spécimens callipyges m'agace et me dérange (bon, je reconnais, je préfère baver sur le cul des mecs oui oui c'est vrai ). Mais bon, c'est comme les dialogues  niveau roman-photo ou courrier du coeur ou série ado (et le niveau sonore de ces jacasseries), au bout d'un moment, ça lasse.
Mektoub my love est comme la nourriture de fast-food, un film extrudé : si on enlevait tout l'air qu'il contient,
1) il aurait une durée normale
2) il serait beaucoup plus digeste
Là j'avoue que, très souvent, j'ai pris mon mal en patience (je soupirais intérieurement pour ne pas gêner mes voisines) mais certaines scènes sont -véritablement- interminables : celle où tout le monde se prépare à partir en boîte notamment (et où tout le mond est déjà bourré, où j'ai failli sortir tant ça m'énervait), celle de la boîte de nuit (la plus putassière -et la plus loooongue- du film mais bon), et même celle de la mise à bas de la brebis (oui oui). Certains personnages, en plus, me posent problème (enfin plutôt la façon dont le réalisateur les traite), surtout Céline (la copine de Charlotte) dont on a du mal à comprendre  l'enthousiasme à s'asseoir sur les genoux d'un vieux cochon alcoolisé (le tonton Kamel) et se faire tripoter  à part d'être juste dépeinte en (comme dirait Blier) "reine des salopes" (c'est la seule utilité qu'elle a dans le film, la seule façon dont elle est décrite), pour faire la balance avec sa copine qui serait, par opposition l'amante courtoise qui ne rêve que d'amour pur (et qui donc est malheureuse). Les personnages dans leur grosse majorité sont brossés à gros traits (et on a un peu de mal à s'y reconnaître et les différencier, les mères, les tantes, les cousin/sines). Par contre on a le plaisir de retrouver, soudain, Hafsia Herzi dans un rôle de tantine joyeuse et libérée (et juste, ce qui n'a pas toujours été le cas...)
Mais il faut reconnaître -soyons objectif, ou tentons de l'être- que le film n'est pas dépourvu de qualités. J'aime beaucoup le montage,  la façon  dont Kéchiche passe d'une scène à l'autre, ses transitions abruptes, très séchement. Et, surtout, surtout, j'adore la dernière scène, peut-être parce qu'elle n'a pas tout à fait l'air d'appartenir au même film. Allez savoir pourquoi, m'est soudain revenue l'image de Melvil Poupaud dans Conte d'été, ou d'Amanda Langlet dans Pauline à la plage. Oui, tout à coup, in extremis, nous voilà de retour chez Tonton Rohmer (et ça fait un bien fou...)
Mais bon je vous confirme que je suis sorti du film surtout en ronchonnant, et plutôt d'abord avec ce qu'en avait pensé Zabetta (isa était moins catégorique que moi, mais, me semble-t-il, pas hyper-enthousiaste quand même), et, en rentrant  je suis donc illico allé voir sur allocinoche et là, ah la la, bien ce que je craignais : ça ding-dingue-dongue de ***** (cinq étoiles), et de pleines brouettes de dithyrambes délirantes et de superlatifs en colliers et de lauriers tressés en pleurant de joie par la quasi-unanimité des critiques qui n'en peuvent plus (et qui n'ont sans doute pas vu le même film que moi) et, tiens, pour conclure,  cette fois je serais plutôt d'accord avec Ecran large : "Les amateurs du cinéma de Kechiche apprécieront la formidable sensualité de cet opus organique, quand les autres regretteront les effets de redite d'un film trop long et stéréotypé."

 

0837726

 

 

Posté par chori à 06:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 1 avril 2018

mars 2018

jeudi 1er (Thé V')
dans le touchant My Rock de Jean-Claude Gallotta, j'ai été spécialement ému (oui, les larmes sont montées) au début du duo masculin sur Sunday Morning
vendredi 2 (rester au chaud)
Météo France parlait de redoux et de pluies, et de hausse des températures, résultat le redoux mon cul : il re-neige à fond les ballons (les marches devant ma porte, que je venais de nettoyer, ont reblanchi aussi sec)
samedi 3 (boîte aux lettres)
les camions postaux (et les facteurs) ont enfin pu circuler : aujourd'hui enfin du courrier! (trois Libé -jeudi, vendredi, et samedi/dimanche- et le mois de Pépin, qui a un peu souffert hélas)
dimanche 4 (chez les voisins)
comme au scrabble, ce qui compte c'est de gagner la toute dernière partie de Okey, et en une seule fois, juste avant de se lever pour partir au cinéma (même si on a perdu toutes les précédentes, elles sont alors effacées)
lundi 5 (Vesoul/Besançon)
Même sous un grand beau ciel bleu, c'est sûr que c'est beaucoup moins joli, le paysage, quand toute la neige a fondu, mais qu'est-ce que je me sens soulagé!
mardi 6 (Thé V')
public des grands soirs avant la représentation du Révizor : salué (vraiment) beaucoup de gens que je connais (et obligé d'abréger des conversations pour en suivre d'autres)
mercredi 7 (Les Bâties)
Tout un tas de circonstances ont fait que j'étais très heureux d'être là pour fêter en plaisante compagnie le 67 ème anniversaire de Francette
jeudi 8 (FJT)
alors que je photographiais à répétition avec mon téléphone le ciel bleu radieux (et nuages blancs effilochés), Milo a fini par me demander "Mais pourquoi tu fais toujours des selfies ?" (ça m'a fait rire)
vendredi 9 (ordi)
écouté le très beau nouvel album de Dominique A, et coup de foudre immédiat pour le très impressionnant Corps de ferme à l'abandon, du coup réécouté en boucle en ce début d'après-midi
samedi 10 (jaune ou verte ?)
Non pas que je sente ma fin prochaine, mais j'ai commencé à faire du tri : zou, à la poubelle (presque) tous ces dvd faits maison (et leurs boîtiers idem) enregistrés à la télévison avec mes graveurs successifs (dvd dont je ne peux même plus lire certains)
dimanche 11 (cuisine)
j'ai amélioré la (déjà très bonne) soupe confectionnée par mon voisin en y ajoutant le jus de cuisson des moules au fenouil et à l'orange que j'avais préparé(es) la veille
lundi 12 (Coulevon/Montmarin)
après avoir regardé les prévisions météo pour la semaine, je me suis dit que c'était probablement le seul jour où je pourrais y aller à pied, et je suis donc parti vaillamment (après avoir adressé un sms à Catherine "On n'est pas en sucre, quand même"), d'ailleurs il n'a pas plu (à ce moment là tout du moins, parce que plus tard, si...)
mardi 13 (fjt)
suivant le regard de diablotin du cuisinier et les conseils de Marie ("Laisse-toi aller, fais-toi un peu plaisir...") je finis par le prendre, ce tiramisu (bien que j'estime ne pas le mériter, mais ça ne regarde que moi)
mercredi 14 (plate-bandes)
j'ai profité de la plus belle journée de la semaine (c'est la météo qui l'a dit) pour m'agenouiller et arracher quelques kilos de mauvaises herbes (c'est plus joli quand on voit la terre)
jeudi 15 (dans la voiture)
En montant,  Jean-Hubert a dit que ça sentait la soupe de légumes (techniquement, ça sentait le poireau, puisque c'était une tarte à ça qu'on avait mangé chez Manue avant de partir)
vendredi 16 (au café)
Je suis très intéressé en entendant Catherine énumérer tout ce qu'elle fait avec des orties (elle en a fait pousser exprès pour ça dans son jardin) après que je lui aie dit que je venais d'arracher toutes celles qui avaient poussé chez moi
samedi 17  (parking)
un peu agacé en rentrant du cinéma de trouver cette 206 rouge, cavalièrement garée devant mon portail ouvert, et m'empêchant donc de rentrer ma voiture dans ma cour, (il y avait une teuf chez le vieux voisin), me suis posé la question de l'éventualité d'une riposte graduée (aller sonner, expliquer, récriminer, demander à l'intrus de déplacer son véhicule) puis j'ai soupiré  -à quoi bon ?- et me suis garé le long du mur, à côté de la fameuse 206
dimanche 18 (au réveil)
vu par la fenêtre de la cuisine : elle était bien tombée comme annoncé pendant la nuit, cette neige tant redoutée, mais tellement peu qu'il y en avait -et ça c'était drôle-  rien que sur ma voiture (une heure plus tard, tout avait fondu)
lundi 19 (enfin)
le directeur du cinéma est rentré de vacances d'Australie et on a -c'est pas trop tôt- les horaires de projection des films de la 7ème Semaine Latino (et donc imprimer les programmes)
mardi 20 (lac de Vaivre)
avec Véro et Marie on a bouclé le tour en cinquante petites minutes (à un moment je leur ai fait remarquer qu'elles marchaient plus vite que d'hab', elles ont ralenti)
mercredi 21 (Super U)
Décidément... Je retombe sur H. (ce jeune homme qui m'avait tant ému en m'étreignant fin décembre), et rebelote, dans ses yeux la joie et la surprise de me revoir, et il me prend à nouveau dans ses bras, et de nouveau j'ai droit à sa virile étreinte, il me serre fort en disant "J'en profite..." (cette fois-ci, c'est moi qui sors de chez la coiffeuse), et j'en suis ravi
jeudi 22 (à la manif)
pour ne pas avoir froid à la tête, j'avais mis mon bonnet de chez Noz, gros moche mais chaud (je sais je n'ai pas une tête à bonnet), ce qui a fait dire à plusieurs personnes "Oh tu as un beau bonnet..." avec le sourire et non sans une certaine ironie (gentille) je pense
vendredi 23 (au café)
ils étaient pourtant trois, en orange fluo, accoudés au bar, mais comme je n'étais pas à "notre" table (ni à "ma" place), impossible d'immortaliser l'événement sans attirer les soupçons...
samedi 24 (parking)
comme abîmé soudain dans une insondable tristesse : de (re)voir comment ce jadis plaisant lieu de drague a été saccagé, tous les gros arbres coupés, et surtout, malgré la présence de poubelles, s'est transformé en vrai dépotoir à ciel ouvert pour conducteurs dégueulasses (ne rejetons pas toute la faute sur les routiers)
dimanche 25 (changement d'heure)
il paraît que ce serait la dernière fois, tant mieux : au moment de le faire sur mon nouveau radio-réveil, je trouve ça si compliqué que je finis par appuyer sur tous les boutons, en vain, et finalement débrancher le machin (pour éviter qu'il ne sonne inopinément au milieu de la nuit)
lundi 26 (cam4)
ce monsieur amateur de rock prog et zytophile que j'observe régulièrement lors de ses prestations audiovisuelles et duquel mon ordi m'a malicieusement, et à deux reprises, empêché de conserver la trace de se ses effusions
mardi 27 (autour du lac)
la promenade rituelle a eu lieu de 13h30 à 14h30 (nous n'étions que deux, Véro et moi) sans pluie malgré ce que la météo avait annoncé, je suis monté dans la voiture à 31', à 32' les premières gouttes tombaient sur le pare-brise...
mercredi 28 (dans le hall du cinéma)
Je n'avais pas très envie d'aller à la soirée Belinda (j'avais déjà vu le film à Belfort), et lorsqu'Hervé m'a annoncé que la réalisatrice n'était pas là parce qu'elle s'était trompée de jour, j'ai pu du coup repartir le coeur léger...
jeudi 29 (salle 3)
générique fini, lumières de la salle allumée, à la fin de Les bonnes manières, on regardait (avec Zabetta et Fanny), un peu inquiet(e)s, cette tête blanche qui restait immobile, seule, là-bas, au milieu du troisième rang...
vendredi 30 (Audincourt)
Grâce à Emma qui s'est faufilée devant pendant la première partie (Chevalrex), on était merveilleusement placés pour le concert de Dominique A : en plein milieu, tout contre les barrières (la place que je préfère)
samedi 31 (à la boulangerie)
il a quand même fallu que je m'habille pour sortir acheter du pain pour les trois jours à venir (du coup je craque et j'achète aussi un palmier géant dont j'envoie une photo à Catherine (c'est elle qui m'en avait parlé)

Posté par chori à 06:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 30 mars 2018

être enceinte et avoir un enfant ça n'a rien à voir

040
DIANE A LES EPAULES
de Fabien Gorgeard

Deux bonnes nouvelles : le film est délicieux et je n'y ai pas fermé l'oeil une seconde. Yesss! Ca faisait un moment qu'Emma m'en avait vanté les mérites, et j'étais donc plutôt content d'enfin pouvoir le voir.
Quel bonheur! Un personnage féminin fort (comme la juge Anne Gruwez de Ni juge ni soumise, la Mildred de 3 billboards ou même l'Alma de Phantom Thread) charpente le récit. Celui de Diane, ici, qui a accepté d'être mère porteuse pour un couple d'amis (dont Grégory Montel, le délicieux nounours vu et aimé dans Dix pour cent) et rencontre, en faisant des travaux dans la maison de ses grands-parents, l'électricien qui y travaille, Fabrizio (Fabrizio Rongione, en qui j'ai cru, pendant tout le film, avoir reconnu le héros du plaisant Je suis supporter du Standard, sauf que pas du tout, alloinoche m'apprend que le monsieur est apparu dans maints films belges récents, surtout ceux des Dardenne, mais j'ai la mémoire des visages, et le sien je suis sûr de l'avoir déjà vu quelque part... peut-être le Ca rend heureux de Joachim Lafosse ?).
Diane, c'est Clotilde Hesme, beaucoup aimée déjà par le passé (Les amants réguliers, Les chansons d'amour, Les Mystères de Lisbonne, mais aussi Angèle et Tony, et, bien sûr, les trois saisons de la série Les Revenants) et là à l'épicentre du film. Si j'avais un peu tendance à la ranger jusque là dans la catégorie "belles actrices tristes", (ex-aequo quasiment avec Céline Sallette), ici elle pétarade, elle sidère, elle ensoleille, elle illumine, bref, elle explose dans ce -premier- rôle visiblement taillé sur mesure pour ses jolies épaules (qu'elle déboîte, d'ailleurs -ouch!- à merveille), et ce n'est pas par hasard si je citais plus haut les trois personnages féminins avec qui elle aurait définitivement quelque chose à voir. Anne, Mildred, Alma, et Diane. Et pas très loin non plus (j'y repense après coup) de la jeune femme de Leonor Serraille (incarnée par Laetitia Dosch)
La même franchise, le même franc-parler, la même force. (Pugnacité). Qu'est-ce que ça fait du bien de voir des personnages féminins de cette trempe. Les hommes, ici, font juste office de faux-bourdons, qui volettent et... bourdonnent (justement) comme ils le peuvent autour de cette reine qui fait beaucoup de vent. Clotilde Hesme nous épate et nous fait jubiler dans ce récit somme toute assez simple et resserré (un journal de grossesse, en quelque sorte, filmé en chapitres mensuels) en nous exposant la multiplicité des nuances de sa palette de jeu. Mais elle est très bien entourée (la distribution est plutôt resserrée) les personnalités de chacun (e) se complètent à merveille (et c'est toujours très juste.)
Diane a les épaules est un film qui fait du bien, tout simplement. Et donne envie d'avoir très vite des nouvelles de son réalisateur.

3891846

Posté par chori à 06:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 29 mars 2018

clichés

039
VERS LA LUMIERE
de Naomi Kawase

Devrais-je dire encore une déception ? Mais ça s'adresse surtout à moi-même, qui m'y suis -à la séance de 18h pourtant- copieusement endormi. J'aime pourtant beaucoup comme le film commence, avec cette jeune femme qui rédige les textes d'audiodescription, pour spectateurs malvoyants au cinéma., avec les va-et-vient que cela autorise entre le film -celui qu'on est en train de voir- et le film dans le film (l'histoire d'un vieil homme) -celui sur lequel elle travaille-. La jeune femme fait, dans ce cadre, la connaissance d'un photographe ("assez connu") qui est en train de devenir aveugle, et en conçoit, on le comprend, une certaine amertume.
Ca commençait plutôt bien, oui.

(...)

Après j'ai, hélas, commencé à perdre un peu le fil(m) (comme si je devenais alors moi-même malvoyant, ou plutôt profondément -mais en pointillés- aveugle.) me surprenant chaque fois à rouvrir les yeux (sans avoir eu conscience de les avoir fermés auparavant, c'est  exaspérant, et hélas rien n'y fait) et ne me restent hélas que des fragments de l'histoire, des bouts de scène, des instants. Des fragments juxtaposés. J'aime pourtant beaucoup comme c'est filmé, de très près, et même de très très près, avec beaucoup de mouvement, de flou, de tangage... Mais voilà j'ai plein de trous noirs dans le récit, donc il m'est décemment difficile de critiquer. Faudrait que je puisse le revoir en entier pour vérifier si ce sentiment d'incomplétude (en ce qui me concerne) est justifié par le film où par les trous que mes micro-siestes y ont fait.
Donc je m'abstiens...

5636853

Posté par chori à 06:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 28 mars 2018

construction/destruction

038
TASTE OF CEMENT
de Ziad Kalthoum

Un chantier, à Beyrouth. Des ouvriers syriens. Un film qui par sa forme se revendique au-delà du simple cinéma. L'intensité, la force, de la proposition m'ont évoqué l'effet d'immersion produit par le Leviathan de Castaing-Taylor et Paravel (que j'adore) même si les deux films n'ont strictemnt rien à voir (ici un chantier et là un chalutier, ah si, quand même, tiens, tous deux avec des hommes, rien que des hommes -juste des hommes-).
Des hommes sans nom, presque sans voix, qu'on voit sortir d'un trou pour prendre le monte-change qui les emmène au-dessus des buildings où ils travaillent. Des hommes en action, au travail (avec des gilets fluo et des casques de chantier c'est dire si je bichais), dans le fracas des machines-outils (j'ai toujours adoré le bruit des chantiers) et voilà que soudain s'élève une voix, un "discours intérieur" (comme dirait Pépin au théâtre), le voix d'on ne sait pas lequel d'entre eux, qui évoque ses souvenirs, l'odeur de son père, et la guerre. La guerre omniprésente que tous ces hommes ont fui, pour devenir à Beyrouth d'invisibles et anonymes maçons, mais qui les poursuit qui les hante (dans leurs mots dans leurs rêves et leurs souvenirs et même leurs téléphones).
Le réalisateur s'est emparé de son sujet comme d'un immeuble en construction, à bras-le-corps, et a échafaudé un film vertigineux et puissant. La matière même du film (les cadrages, les images, et surtout le son, qui a bénéficié d'une vraie "création") nous embarque et ne nous lâche plus. on est fasciné par la fusion entre la réalité "constructive" de ces hommes (et son interprétation graphique, le réalisateur ne se prive d'aucun effet pour nous estourbir) et les images intérieures qui leur (re) viennent (parfois d'ailleurs en symétrie avec leur activité : construire/détruire), se superposent et se mélangent, les souvenirs et les regrets aussi. Et les rêves.)
Taste of cement, c'est la réalité (dans sa brutalité) et la beauté plastique générée par sa perception. C'est un opéra baroque de bruits industriels, agencés comme une partition, où émergent parfois, comme dérivant, les mots de l'intime de ces hommes dont on n'en saura hélas pas beaucoup plus.
C'est un film magnifique, qui n'a pas eu vraiment de chance (sorti le 3 janvier 2018 -qui avait envie d'aller s'intéresser au destin de ces hommes en se réveillant du réveillon, je vous le demande ? - , peu de critiques presse, dont un détestable * de Téléramuche, (qui, s'y j'avais été abonné, m'aurait fait me désabonner illico), et ne passant plus, au moment où j'écris, que dans quelques salles en france (bravu Utopia, bravo le Studio Galande) et dont j'attends désormais de pied ferme la sortie en dvd.
Merci, le Festival Diversité!

taste_of_cement-994182648-large

3973639

 

Posté par chori à 06:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]