vendredi 19 décembre 2014

caldavdixneuf : Canop'

et je ne pourrais pas terminer ce petit déballage de choses agréables sans évoquer (je pars demain à Paris) le "Chantier de la Canopée" qui m'a fourni bien des sujets de plaisir et des raisons et des motifs de photographiage au cours de cette année 2014 qui s'achève doucettement mais là je ne vais même plus parler je vais juste vous mettre des images, vous allez comprendre tout de suite...

DSC06374  DSC05713

DSC06345  DSC05410

DSC05746  DSC05201

DSC03036  DSC03054

DSC06854  DSC06788

DSC06178  DSC06882

(no comment...)

 

Posté par chori à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 18 décembre 2014

lunettes noires

OF MEN AND WAR
de Laurent Bécue-Renard

Après le magnifique De guerre lasses (la guerre du point de vue des femmes) Laurent Bécue-Renard a donc réalisé le second volet de ce qu'il envisage comme une trilogie : la guerre encore, cette fois du point de vue des hommes. Pas n'importe quelle guerre ni n'importe quels hommes. Il s'agit de soldats américains de retour d'Irak et  victimes de syndromes post-traumatiques : si le physique est indemne, le mental en souffrance. Ces hommes ont vécu là-bas des trucs effroyables, qu'ils portent en eux,  dont ils n'arrivent parfois même pas à parler.
On les suit au Pathway home, un centre d'accueil (et de "rééducation" pour anciens combattants) lors de séances de groupe où chacun à son tour est appelé à prendre la parole s'il le désire, et à partager avec ses coreligionnaires le(s) trauma(s) qui l'habite(nt). C'est très émouvant de voir ces corps de soldats, de combattants (muscles, tatouages) conçus pour endurer, résister, soudain mis en échec  par leurs propres rouages intérieurs, et ces hommes se mettre à pleurer,  ou même être sur le point de vomir, à l'évocation de ce qu'ils ont vécu, parce que, justement, cette parole-là est, au sens propre, inexprimable.
Le film alterne les scènes de groupe, de thérapie, au Pathway home, et les moments familiaux privés, où chacun des soldats est filmé dans sa vie quotidienne, avec sa femme, ses enfants, s'en exprime, et le va-et-vient entre les deux états (le soldat en souffrance / le père de famille en voie de guérison) est d'autant plus impressionnant qu'à première vue, il est difficile de voir combien (et comment) ces hommes souffrent, cela n'est manifesté que par la parole (la leur ou celle de leurs proches.
Ils ont tué, volontairement ou par accident, d'autres êtres humains, amis ou ennemis, ils les ont vu mourir, et ce qui les hante désormais les a aussi profondément changés. Crises de violence, pétages de plombs, perte de contrôle, c'est désormais d'eux-mêmes qu'ils ont peur. Comment vivre, pouvoir envisager de continuer de vivre, avec ces choses épouvantables cadenassées à l'intérieur de soi , comment s'en défaire, comment s'alléger enfin de ce poids, se débarrasser du barda militaire, se reconstruire en tant qu'homme, père, mari, juste quidam, average guy ?
Le dispositif adopté par le réalisateur est aussi fort qu'il est extrêmement simple : la caméra est posée, elle est là, au milieu d'eux, près d'eux, présente, elle enregistre. Elle retranscrit. Et on suit sans que l'attention faiblisse ces hommes, pendant les deux heures vingt que dure le film, et c'est passionnant, c'est bouleversant, c'est révoltant aussi. La façon dont ces paroles individiuelles se provoquent, s'unissent, s'entrecroisent, s'entraident. L'armée, la guerre, les combats, les ennemis, la violence, la "virilité". Les dommages (causés), et les réparations (hypothétiques).
Ca m'a remis en tête ce que chantait Maxime Le Forestier, il y a longtemps, dans la chanson Parachutiste ...

275924
(encore une fois, une affihce plutôt laide, et qui dessert le film)

 

Posté par chori à 11:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

caldavdixhuit : postcards (suite)

cp1

(vieilles cartes / lieux et gens)

cp3

(vieilles cartes /lieux)

cp4

(événements / lieux)

cp5

(événements /faites maison)

cp6
(vieilles cartes / nulles)

cp8
(publicitaires)

cp9

(lieux / hommes)

cp10

(faites maison)

cp11

(vieilles / soldats)

cp2
(art / messieurs tout nus)

(suite) oui oui le plus difficile quand on les garde, c'est de réussir à les classer de façon un peu cohérente, (efficace, plutôt), et j'ai donc réquisitionné plusieurs boîtes à chaussures où j'ai donc mis en place un certain classement :
- les "très vieilles", qui se sous-divisent grosso modo en :
* roucoulades
* soldats
* tourisme
* divers

- les vieilles, qui se sous-divisent en :
* touristiques (cartes moches de lieux initéressants)
* humoristiques (le notion d'humour étant ici très relative et souvent redoutable)
* cuisine (souvent pourrait sous-diviser "tourisme")
* artistique
* divers

- les plus récentes, sous-divisées en
* artistiques (tout ce qui est "fait main")
* cinéma
* publicitaires
* divers

Posté par chori à 09:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 17 décembre 2014

caldavdixsept : noms de vins

 

 

http://www.moulis.com/wordpress/wp-content/gallery/chateau-chasse-spleen/label-chasse-spleen-2000.jpg http://3.bp.blogspot.com/_ba7lj8a1Awo/TNKQvwvTzlI/AAAAAAAAOgs/qj14UzHsldA/s1600/domaine+de+la+solitude+label.jpg

 http://www.bookine.net/cotesduras.jpghttp://www.winelabels.org/image/pissed.jpg
http://www.1jour1vin.com/fr/img/products/chateau-la-dominique-cuvee.jpg  http://images.delcampe.com/img_large/auction/000/201/127/509_001.jpg
http://www.intothewine.fr/uploads/article/.thumbs/vin-bio-biodynamie-vins-naturels-L-1_f88670.jpeghttp://p7.storage.canalblog.com/74/28/541350/33001911.jpg

oui j'avoue, à la façon des dames qui lors d'une élection votent pour un candidat juste pour sa gueule qu'elles trouvent belle, je choisis les vins surtout en fonction de leur étiquette, de leur dénomination, et je n'ai  à ce propos pas grand-chose de plus à écrire...

 

 

Posté par chori à 06:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 16 décembre 2014

caldavseize : chaussures

l'adieu aux armes basketts

voilà ça y est les pauvres elles ont rendu l'âme il y a un petit trou au bout qui laisse passer l'air et l'eau, dommage oui elles sont mortes kaputt hors d'usage bonnes à jeter il faut désormais que je me mette autre chose aux pieds, (je suis très fidèle en chaussures, quand j'en trouve une paire qui me convient, je les mets jusqu'à ce qu'elles trépassent, en général, ou que le climat ne le permette plus, en capitaine , pour filer la métaphore "aux armes") elles furent valeureuses, pourtant, elles ont tout connu : l'école, les vacances, la retraite, elles ont fait aux moins deux fois les Eurocks, elles ont mouillé très fort à Lyon au concert de The National (je crains qu'lles ne s'en soient pas remises), elles sont allées plusieurs fois à Paris (je me souviens que je les y avais même étrennées, ce qui était une très mauvaise idée tellement elles m'avaient ampoulé, la première journée, et puis elles s'étaient "faites") et je parvenais, bonheur quotidien,  à les chausser déchausser sans défaire les lacets (oui le bonheur), juste à mon pied comme il faut pourtant ce n'étaient pas des Torsion comme Pascal Brutal, je les avais achetées en solde à intersp*rt parce que ça m'amusait les bandes fluo (à l'époque -j'avais tapé à l'épaule- il y en avait très peu) recueillons donc nous et faisons à leur mémoire une minute de silence

DSC06981
(le soir , dans la cuisine)

DSC06982
(le matin, sur le perron)

 

Posté par chori à 07:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 15 décembre 2014

caldavquinze : voulzon et sushi

souchon voulzy

le plaisir d'aujourd'hui est un disque : depuis longtemps on les a aimés, séparément, on les a écoutés mille et mille fois chacun, et voilà qu'ils se décident à en faire un ensemble, avec juste leur deux noms sur la pochette comme titre, et voilà que la critique finasse et fait la fine bouche et dit mièvre et dit tout ça pour ça et ennui et déception oh les benêts oh les idiots oh les pisse-vinaigre à bouder ainsi leur plaisirfaut pas exagérer il y a dans ce disque à deux têtes à deux vois à quatre mains des choses bien plaisantes, avec les textes impeccables de souchon et les musiques imparables de voulzy, dans un album pas vraiment surprenant (mais bon, on se doutait bien qu'ils n'allaient pas nous pondre une épopée death metal furieuse et barbelée avec des tronçonneuses), juste un album doux, un album pépère (mais ils commencent à avoir l'âge, hein, et on aussi...) Je ne peux hélas donner ici  que des exemples des textes (pour les musiques, hein, faudra vous débrouiller) :

Elle aime ces garçons à l'air libre
Qui traînent derrière le port
En fumant du gros calibre
Et que le monde a mis dehors
(bad boys)

A cause d'un amoureux ailé en Latécoére lourd
Qui transporte des baisers, des lettres d'amour
(consuelo)

Le bateau pencha
Elle tomba sur le matelas
Le matelot aima cela
(idylle anglo-normande)

les guitares qui jouent fort
Dans son cockpit
Lui sont d'un réconfort
Amniotique
(il roule)

mais  vous vous en doutiez il y a des belles guitares, des claviers suaves, des harmonies vocales, des mots posés, de l'amour et de la tristesse et c'est bien agréable tout ça

http://www.laurentvoulzy.com/wp-content/uploads/2014/10/cover_ASLV.jpg

Posté par chori à 06:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 14 décembre 2014

je crois entendre encore

NUITS BLANCHES SUR LA JETEE
de Paul Vecchiali

Alors qu'on annonce pour début 2015 la resortie d'un paquet de ses films (surtout le magnifiquissime Corps à coeur et le porno Change pas de main "introducing Jean-Christophe Bouvet") l'entregent de notre assoc' nous a permis de visionner avant sa sortie  (28 janvier) son dernier film, projeté cet été à Locarno.
Un film parlé, oui, juste un homme et une femme qui (se) parlent, plusieurs nuits de suite, sur un coin de jetée. Elle c'est Astrid Adverbe, que je ne connaissais pas, aussi juste que lui, et lui c'est Pascal Cervo, qui prouve une fois de plus quel acteur magnifique et scandaleusement sous-employé il est. Le film est tiré d'une nouvelle de Dostoievski (d'ailleurs elle s'y prénomme Natacha, et lui Fédor) il est question d'amour (d'amour en question aussi bien que de questions en amour) dans une langue très écrite (entre Rohmer pour les élans et Marivaux pour les incertitudes, ou bien le contraire). Un préambule de jour (et un peu hors-jeu) met en présence Pascal Cervo et Paul Vecchiali (se créditant au générique du rôle du "vieux"), et un très joli générique chanté et dansé (en surimpression) viendra refermer un peu mélancoliquement l'ensemble (à la fin de la nuit).
On retiendra l'extrême justesse de la direction d'acteurs, beaucoup de mots mais assez peu de mouvements, et un intérêt qui se maintient tout au long de manière assez miraculeuse (il y aurait peut-être juste un petit ralentissement avant la toute fin, avant l'ultime sonnerie de téléphone, qui laissera d'ailleurs le spectateur aussi pantois que le personnage concerné (et qui laisse à penser que s'il y avait eu des téléphones portables du temps de Marivaux, celui-ci n'aurait pas hésité à les utiliser de la sorte, pour harponner soudain la bienveillance convenue (la convention bienveillante) de l'aventure amoureuse, pour en déchirer soudain la trame, y créer une béance pour qu'y passe un souffle d'air iodé (sans doute, on est sur le port, après tout).
Oui le film se clôt avec une ironie un peu cruelle, mais c'est sans doute ce qui fait, paradoxalement, encore plus sa force. Il est question d'aimer, d'attendre, de rendez-vous non honorés, de promesses non tenues, de l'objet de l'affection, qui pourrait bien à point nommé être remplacé par un autre hop! comme ça (à moins que), du jeu et de ses règles ("à une condition : ne tombez pas amoureux de moi"), des circonvolutions (circonlocutions ?) du désir, du ballet des sentiments, tout ça dans une langue magnifique, servie, je le répète par des acteurs qui le sont tout autant.

Oh nuit enchanteresse
Divin ravissement
Oh souvenir charmant,
Folle ivresse, doux rêve!

314499
(mmm je ne suis pas sûr que cette affiche soit très attractive...)


(le réalisateur et ses deux acteurs, à Locarno)

... et je rajoute quelques mots pour dire que j'ai oublié de parler de la musique (on y entend différentes versions lo-fi des Pêcheurs de perles de Bizet, le morceau qui donne son titre au post, que j'ai découvert il n'y a d'ailleurs pas très longtemps, chanté par Catherine Frot et André Dussolier si ma mémoire is good) réorchestré notamment pour piano-jouet (j'étais fier, j'ai reconnu quasiment tout de suite).

Posté par chori à 22:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

(le genre de rêve dont on est très content de se réveiller!)

(au début, il y a une histoire de téléphones portables qui sont tombés dans les toilettes, qui contiennent des (?) importants, deux téléphones, celui de Régis puis le mien, et que je récupère tous les deux, dans une impulsion, et que je mets dans la poche de mon sac à dos)

puis il ya une enquête (en rapport peut-être avec les fameux téléphones)

je suis d'abord auditionné par un "avocat" dans une pièce très exigüe, comme une chambre de bonne, mais très étroite, et mansardée, il n'y a d'ailleurs de la place pour que un lit, posé par terre, on s'installe dessus, je me dis que ça ne va pas être très facile pour lui de noter les réponses aux questions qu'il va me poser, vu qu'il s'est allongé, et qu'il tient une feuille (un cahier ?) sur son torse, ce qui fait qu'il est obligé de relever la tête pour pouvoir lire

puis un deuxième interrogatoire, plus officiel, celui-là, puisqu'il se fait dans un genre de tribunal (il y a une juge qui n'a pas l'air très commode), mais pas vraiment, puisque nous nous partageons cette pièce avec un groupe musical en train de répéter (la juge nomme les instrumentistes comme "les saxophonistes" (mais je ne suis pas sur)

dans une maison avec plein de gens, toujours dans cette enquête/interrogatoire (le filet se resserre, je sais que je n'aurais jamais du récupérer ces deux téléphones dans les toilettes, que c'est très grave si on les découvre, je vais être accusé, jugé, mon compte est bon) l'enquêteur le plus acharné (il ressemble à Marc) pose la même question à chaque personne, et plus il se rapproche de moi, plus je me dis que je suis fait, puisqu'il demande à chaque personne s'il peut voir une dernière fois ce qu'il y a dans son sac, pour vérifier...

avant qu'il ne vérifie le mien (et découvrir les deux fameux téléphones) je sors de la maison, tellement je n'ai pas envie qu'on découvre que j'ai menti, d'être pris sur le fait

c'est intolérable, je vais être accusé... je marche dans la rue avec Emma, qui tente de me consoler

(et je me suis réveillé, extrêmement content de réaliser que je n'étais accusé de rien, du coup je me suis rendormi, et que crois que j'en ai remis une petite louche, de tribunal and co)

Posté par chori à 17:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

caldavquatorze : phibes

the-abominable-dr-phibes-phibes-and-the-frog-mask

un souvenir d'enfance quasiment, de jeunesse en tout cas, la première fois que j'ai vu, ça devait être en noir et blanc un dimanche après-midi dans Monsieur Cinéma et ça m'avait beaucoup impressionné : il (celui avec un masque d'oiseau) lui a mis un masque en fer (à tête de grenouille) qui, une fois fermé, va se resserrer progressivement avec un petit engrenage clic clic clic  inexorablement pour lui écrabouiller la tête... vu le film ensuite en entier aux fameux "vendredis-ciné du Centre Social", et énormément apprécié son côté baroque et kitsch, l'emphase et la démesure de Vincent Price ("Nine have killed, nine will die..."), l'orchestre d'automates, l'ingéniosité animale des meurtres (grenouille, sauterelles, licorne, chauve-souris...) et l'humour très british qui fait que le film est beaucoup moins terrifiant que plaisant (ah le sirop de choux...), au fait le film est signé Robert Fuest et s'intitule L'Abominable docteur Phibes...

http://www.cinemotions.com/data/films/0311/06/1/affiche-L-Abominable-Dr--Phibes-The-Abominable-Dr--Phibes-1971-1.jpg

 

 

Posté par chori à 08:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 13 décembre 2014

caldavtreize : variations décembreuses

décembre miscellanées

- décembre (et meuse) ça c'est géographique (historique aussi, à la rigueur)

- décembre (à la cave) (ou les escaliers) ça c'est topographique (huhu j'avais tapé popographique...)

- le jour décembre (ne serait-ce pas plus précisément le mercredi décembre ?) ca c'est pieux

-plus approximatif :
cette jeune fille est indécembre

- décembre ça rime avec :

ambre / antichambre / cambre / chambre / démembre / ex-membre / gingembre / membre / novembre / septembre
(j'ai supprimé les noms géographiques)

 

- rébus :
http://deco.journaldesfemmes.com/0510pouf/images/casa.jpg http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/f/fd/Meuse_confluent_Sambre.jpg/260px-Meuse_confluent_Sambre.jpg

ou bien:
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/a/ab/Citroen_ds.jpg http://www.balticambre.fr/wp-content/uploads/2011/09/ambre_baltique.png
- en charade ?
Mon premier est une injection à venir en bas
Mon second est une onomatopée pour exprimer qu'on a froid
Mon tout est le douzième mois de l'année
- autre noms de décembre :
nivose, december, dezember, diciembre, aralık, dezembro, grudzieńдекабрь,
दिसंबर,
ديسمبر
12月

...

Posté par chori à 13:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]