164
165

FAUTE D'AMOUR
de Andreï Zviaguintsev

"On pourra, évidemment, contester à Zviaguintsev le droit de flanquer ainsi, sans se décourager, des baffes répétées à ses compatriotes (et à nous, à l’occasion). Mais on ne saurait nier qu’elles claquent sec et fort. Et qu’elles visent juste." Télérama

Oui, je cite Téléramuche, parce que ça me parait très juste et très vrai. Frappant. Cinglant. Une sacrée paire de baffes, oui. J'avais plusieurs échos très enthousiastes (Jean-Luc, Catherine, Zabetta), et je ne peux que joindre ma voix aux leurs. Faute d'amour est un film fort ET un grand film. Glaçant par ce qu'il raconte (normal, c'est russe) autant que  sidérant par la façon dont il le montre (normal c'est Zviaguintsev).
Les plans d'ouverture donnent le ton (arbres, neige, eau... Elena, d'ailleurs, ne se terminait-il pas sur un plan d'arbre ? A vérifier) avec personne (sans personne ?) en leurs cadres somptueux (Mais que veut-il alors nous dire, en slience ? se demande-t-on, on comprendra plus tard...) où va, juste après un plan de sortie d'école, venir prendre place un enfant. Un enfant ordinaire, nous dira d'abord le plan d'ensemble, qui n'y prête pas plus attention qu'aux autres. C'est Aliocha, un blondin d'une dizaine d'années, qu'on retrouvera d'abord avec les arbres la neige et l'eau, puis dans sa chambre, assis à son bureau face à la fenêtre, avec un plan (pour moi sublime, ceux qui me connaissent comprendront) avec des gouttes sur les vitres (les plans à travers cette même fenêtre, en travelling avant,  reviendront rythmer le film à plusieurs reprises).
Sa chambre, dans l'appartement de ses parents qui ont transformé le lieu en zone de guerre : ils sont en train de divorcer et ça donne lieu à des échanges hargneux, amers, méprisants, au milieu desquels Aliocha est en même pris en otage, mais, paradoxalement,  ignoré, considéré par ses belligérents de parents comme quantité négligeable, dommage collatéral. (Ce dispositif m'a fait penser à un film roumain dont je ne retrouve plus le titre, où un appartement devenait, au sens propre, un champ de bataille... Papa vient dimanche, non ? sauf que'en Roumanie, le papa aimait sa fille.)
Pas comme ici. C'est terrifiant d'être aussi peu (aussi mal) aimé. D'autant plus que chacun des parents a déjà commencé à refaire sa vie ailleurs (le père a mis une jeunette enceinte, et va donc l'épouser, et reproduire ce qu'il a fait avec sa première épouse ; la mère, elle, a trouvé un homme qui visiblement a les moyens -et la maison qui va avec- riche ? nouveau riche ? qu'importe...) et que le gamin, comme l'appartement qui va être vendu, fait désormais partie d'un passé dont aucun des deux parents ne souhaite, visiblement, s'encombrer.
Ne pas en dire davantage sur la situation, sinon que le cinéaste va faire opérer au récit un  demi-tour au frein à main, mettant les personnages (et le spectateur) dans une position inattendue, et suivant consciencieusement cette piste, quasiment jusqu'au bout. Presque, oui,  avant que de nous abandonner, de nous éjecter du récit, tout seuls en plein hiver au bord de la route et dans le froid, sans pitié ni attendrissement.
"Est-ce qu'on va être heureux?" s'interroge la nouvelle épouse du père. Non, semble répondre le réalisateur. C'est sans espoir et c'est la guerre, la guerre partout et tout le temps, en Ukraine, au journal télévisé, dans l'appartement, dans la famille, dans la vie tout court. Et des victimes, cette guerre va continuer à en faire.
Et le réalisateur réussit, encore une fois, la prouesse de mettre ce récit aigre en images somptueuses. La musique est à l'image du film. Puissante. Chaque plan est méticuleusement construit, pensé. Les derniers sont à tomber. Un regard-caméra qui nous glace et nous émeut, une photocopie décolorée, et la boucle est bouclée en revenant aux arbres à la neige et à l'eau du début, avec une insistante (intriguante ?) contreplongée finale.
Un grand film qui m'a particulièrement touché.
(Et j'adore la voix d'infra-basse du flic).
(Top 10)

588369