171
THE SQUARE
de Ruben Östlund

Vu juste après Corps et âmes, et ce fut sans doute une erreur. J'ai déjà parlé des "films qui ne vont pas ensemble" (et de l'image "comme le fromage de chèvre et le jus d'orange", que -je viens de vérifier, il me semblait bien- que, donc, j'ai déjà utilisé ). Ce fut le cas. La comédie ne m'a pas fait rire et la dénonciation ne m'a pas touché. Enfin, pas vraiment. Disons que si le propos du réalisateur était de crééer le malaise, il a réussi, mais pas forcément de la façon dont il l'avait envisagé. Il voulait que son personnage principal nous file la honte, et c'est lui qui le fait. La petitesse, la lâcheté, la compromission du mâle suédois (ou plus largement, européen, ou même mondial, qu'importe), il les avait déjà traitées dans Snow Therapy, et je lui avais alors trouvé un certain charme (une certaine habileté ?) mais que j'avais finalement gratifié d'un Mouais. Il revient donc ici à la charge, continue de grattouiller dans son petit pré carré, autour du personnage de Christian, un conservateur de musée très contemporain (le qualificatif sied aux deux, à l'homme et au musée).
Christian s'est fait voler son porte-feuille et cherche comment les récupérer, Christian draguouille une journaliste, Christianlaisse la com' de sa nouvelle expo partir en quenouille, Christian organise une conférence de presse, etc. on découvre même, au bout d'un certain temps, que Christian a des enfants...

Il veut jouer au moraliste (ou fait mine de) et ça ne fonctionne pas. Il voulait dénoncer mais au final se contente d'énoncer. Et c'est loooong. Le film m'a produit le même éffet que La grande belleza (et il tient d'ailleurs le même genre de discours) :  avec une petite heure de moins c'eût sans doute été jouable. (Peut-être n'aime-je pas les films qui glosent sur l'Art ?)

"Mais pourquoi est-il aussi ­méchant ? Film après film, Ruben Östlund nous inflige sa misanthropie radicale — Haneke, à côté, c’est Capra ! Et s’acharne sur ses personnages avec une cruauté narquoise. Ce jeu de massacre est d’autant plus pénible qu’il a du talent. Sa ri­gueur esthétique dans la composition des cadres, son sens de l’humour à froid font souvent mouche dans la première heure de The Square, quand il se contente de suggérer sa haine de ses contemporains. Ensuite, ça se gâte : le réalisateur explique tout (et plutôt deux fois qu’une), et on ne voit plus que le petit malin, ravi de ses effets provocateurs — pas toujours efficaces : la fameuse scène du happening au milieu du dîner des donateurs est si étirée que son potentiel de malaise s’émousse. Östlund ne dérange pas, il agace. Quant à sa satire de l’art contemporain, elle est aussi subtile que les gribouillis d’Omar Sy vendus à prix d’or dans Intouchables…"(Samuel Douhaire, Télérama).

Merci merci Téléramuche ! Ce qui m'a surtout gêné, cinématographiquement, c'est cette énervante habitude qu'a le réalisateur de ne pas (savoir/vouloir) terminer ses plans. A quoi bon construire une scène (l'introduire, la développer, y installer une problématique, une tension, pour soudain tout abandonner et passer à autre chose comme si ça n'avait finalement aucune importance ? peut-être est-ce une référence (clic clic un clin d'oeil) au Musée à l'Art, aux Oeuvres, et à la façon dont on les voit dans une Exposition : on y consacre un moment et hop on passe à la suivante ? Le réalisateur a agencé ses jolis petits blocs narratifs et sautille de l'un à l'autre, à nous spectateurs de nous conformer à son rythme...
Je sais, j'ai un problème avec le second degré, je n'en possède pas vraiment, oui je suis primaire, et je prend donc les choses au rez-de-chaussée de la compréhension, au pied de la lettre, de l'image, ici, plutôt. Les attaques contre l'art conceptuel, je serais plutôt d'accord (je persiste à considérer Fluxus et consorts comme une joyeuse fumisterie), la petite mendiante qui explose j'ai même tendance à trouver que c'est la chose la plus drôle -en tout cas la plus inattendue- du film, mais je pense que la scène du repas et du "grand primate" relève du plus grand mépris, du spectateur surtout.
je garderai du film le personnage du petit gamin énervé qui crie sur Christian qui l'a embarqué contre son gré dans une histoire qui ne le concernait pas et veut absolument qu'il lui présente des excuses. Peut-être parce que là, à ce moment, je m'identifiais.
Bref tout ça m'a mis d'assez mauvaise humeur je dois le reconnaître (peut-être aurais-je du rester en compagnie de la biche et du cerrf du film précédent)

"Le play-boy propre sur lui finit littéralement dans le local à poubelle transformé en piscine de déchets domestiques où il plonge et patauge comme en un bain lustral où quelque chose de sa nature humaine profonde et perdue se récupérerait au contact des couches culottes souillées et pots de yaourt vides. Les bourgeois, les journalistes, les femmes, les immigrés, les pubards, les enfants, tout le monde aura pris au passage sa petite éclaboussure à peine salissante. Au fond, Ostlund est trop calculateur, didactique ou idéologue pour faire entrer dans son film cette part de vraie trivialité qui trahirait sa vulnérabilité, ses doutes, les failles qui rendraient du coup plus sympathique son insatiable besoin d’être reconnu et plébiscité par ce monde qu’il croit si aisément pouvoir encadrer dans une farce glacée." (Didier Péron, Libération)

1297137

(et l'affiche est très moche... pour le coup, la Com', ici, n'a pas fait son job...)